mardi 26 juillet 2016

Une urgence urgente ! La « pensée unique » dehors !



Plus les attentats se multiplient, plus la « pensée unique » demande un renforcement de l’état d’urgence. Encore plus de policiers, encore plus de personnes suivies et au-delà du fichier « S », plus de reconduites hors de la métropole, plus de mosquées fermées, plus de militaires, plus de volontaires, plus, plus, toujours plus, c’est à qui renchérira le plus haut pour remporter le vote des français. C’est le signe d’un pays aux abois avec une classe politique juste forte en gueule mais pleutre en actions efficaces et incapable du moindre recul par rapport à des évènements qu’elle a déclenchés. Le temps n’est plus au « responsable mais pas coupable » mais au « coupable et responsable ». Nous avons confié le pays à des traîtres à la solde de l’étranger. Souvenez-vous du communisme à l’époque de Maurice Thorez, qualifié de parti de l’étranger. Cette fois c’est toute la « pensée unique » qui œuvre en France depuis 1974 en creusant la déchéance de la France, et qui finit par choisir, par faiblesse depuis Mitterrand, le parti de l’étranger.

Cette fois la « pensée unique » s’offre nue au regard de nos concitoyens, dans toute son horreur avec les morts qui s’accumulent, les discours lénifiants répétant le « vivre ensemble » comme un « De profundis » vers un Dieu sauveur consciente de son impuissance. Si ces politiques, à qui nous avons confié le pays, naïfs que nous sommes, avaient réellement pensé au Bien commun plus qu’à leur carrière, avaient cru que la France pouvait seule affronter l’ère nouvelle au lieu de remettre son destin entre les mains de Bruxelles création et jouet de la ploutocratie mondialiste, si nous avions seulement pensé que le regroupement familial était la porte ouverte à une immigration de peuplement, s’ils n’avaient surfé sur des idéologies comme le multiculturalisme et le bonheur de l’homme dans le loisir et la consommation, alors… nous n’en serions sûrement pas là. 

Les attentats s’accumulent en France, en Belgique, en Allemagne. Ils sont le fruit d’une politique étrangère volontairement suicidaire ou alors les politiques sont encore plus cons que ce qu’ils paraissent. D’abord il fallait comprendre que l’oumma n’est pas un long fleuve tranquille et que des courants religieux s’affrontent depuis des centaines d’années. Par contre ils sont toujours de connivence quand il s’agit de l’expansion de la religion musulmane, quitte à se déchirer en même temps ou plus tard. Ensuite les chefs religieux n’ont cessé de nous envoyer le message d’une victoire par la fécondité des femmes donc par un peuplement pacifique. Notre réponse aurait dû être de limiter la création de familles musulmanes dans notre pays car l’immigration doit être contrôlée de toute façon mais sa « digestion » est difficile lorsqu’il s’agit d’une autre civilisation reconnaissant la religion comme une religion d’État ou supérieure aux lois de la République.

Après cette dernière bévue, le seul remède était une politique agressive d’assimilation et en aucun cas une politique d’accommodements des lois dont celle de 1905 et de recul de la laïcité. Cette deuxième erreur se traduit par des exigences de plus en plus importantes avec l’augmentation de la population musulmane, la construction de mosquées subventionnées partiellement grâce aux centres culturels et aux terrains gratuits, et un imam qui dit publiquement à Nice que la laïcité est responsable des attentats. Avec d’une part l’augmentation d’une population où la réussite scolaire n’est pas suffisante pour des emplois qualifiés d’autant plus rares que les petites entreprises n’embauchent pas et que l’immigration officielle continue au rythme d’un bilan entrées-sorties de plus de 150.000 par an, et d’autre part les paraboles dirigées vers le Qatar, le terreau nécessaire à l’augmentation de la radicalisation est mis en place.

Il manquait une dernière erreur à faire, ils l’ont faite malheureusement volontairement, aller provoquer l’oumma dans des pays où la religion musulmane est très implantée. Le résultat est un flux migratoire de gens fuyant les zones de guerre que l’on a fait partir, voire aidés, vers la Turquie, la Jordanie et le Liban. Aucun effort diplomatique n’a été déployé pour que les pays du Golfe acceptent  la majorité des réfugiés. L’Arabie Saoudite sait pourtant accueillir dans des conditions plus que confortables les millions de pèlerins vers la Mecque. Mieux on a laissé celle-ci financer l’Etat Islamique, Daech étant une création des Etats-Unis avec la complicité des occidentaux. Tout était bon pour faire tomber Bachar El-Assad qui résistait au passage du pipeline du Qatar sur son pays. La coalition n’a pas réussi pendant quatre ans à faire reculer Daech bien au contraire, il a gagné du terrain. Ce n’est que depuis l’intervention russe que la stratégie s’est infléchie. La présence russe rend impossible la destitution de Bachar El-Assad qui en un an reprend les villes perdues. L’occident avec Israël se tourne vers l’Afrique avec l’Algérie en première ligne de mire.

Cette dernière erreur de la France est celle de tomber dans le piège tendu à ses citoyens, celle du chaos en Europe. Ce chaos arrange les USA qui y voient un affaiblissement de la résistance, à la signature du Traité de libre-échange transatlantique, et à leur implantation plus importante de forces armées et de bases pour les accueillir comme la France s’apprête en effet à le faire. Ceci arrange bien sûr l’islam qui peut lancer le djihad beaucoup plus facilement avec des terroristes plus nombreux et plus fondus dans la masse musulmane des immigrés anciens ou nouveaux arrivants. Voilà pourquoi la situation de la sécurité en France s’est brusquement dégradée. Elle était évidemment prévisible. Les dangers, que la politique menée nous faisait courir, ne pouvait échapper à ceux qui sont ou ont été aux commandes de notre pays. Elle ne pouvait pas être dans l’intérêt de la France mais elle apparaît clairement dans l’intérêt des États-Unis. Nos politiques de la « pensée unique » sont donc des traîtres, passibles de la Haute Cour de Justice. 

Pour en finir avec la politique extérieure, il faut comprendre que rien n’arrête la folie guerrière dans laquelle nous sommes à notre corps défendant. On apprend par la presse algérienne, que selon une source diplomatique africaine, Israël a engagé une vaste offensive en Afrique, dont la finalité pourrait avoir une relation directe avec l’Algérie. Plus grave, l’Etat hébreu n’agit pas seul dans cette stratégie « élaborée secrètement entre Israël et la France avec l'apport financier du Qatar et de l'Arabie Saoudite ».  Le moment choisi est la guerre de succession du Président Boutéflika qui ne saurait tarder. Dans ce but : « Tout est fait pour neutraliser l'Algérie économiquement, diplomatiquement et militairement  ». « La situation au Mali ne va pas s'arranger et Israël s'y emploie, avec l’aide de ses alliés occidentaux et arabes, en sabotant les accords de paix », « la France ne veut pas lâcher le morceau en Libye », où elle vient de perdre trois de ses agents secrets à Benghazi. Israël « a testé l'armée algérienne et continuera à le faire parce qu’il espère trouver la faille », l’attaque du site gazier de Tiguentourine, en janvier 2013, faisait partie de ces opérations. On apprend aussi que « C’est toute l'Afrique qu’Israël veut conquérir ». Le roi du Maroc a compris et s’est rendu à Moscou. Vous comprenez où nos fous guerriers nous mènent ? La guerre avec l’Algérie avec une immigration essentiellement algérienne, c’est le chaos assuré en France après les syriens, les érythréens, etc. en Allemagne.

Mais économiquement tout est fait pour mettre la France en difficulté, prisonnière d’une monnaie qui enrichit l’Allemagne et qui appauvrit le pays jusqu'à la classe moyenne à qui l’on impose de payer de plus en plus pour les caisses vides de l’État, nous plaçant pour une fois en tête des pays européens ! On n’a évidemment aucune intention de faire baisser le chômage qui ne peut réellement baisser que par l’embauche dans les petites et moyennes entreprises quand les grandes entreprises délocalisent et dégraissent le personnel par des fusions ou des plans de licenciement. Une simple pause suffira pour clamer victoire et se blanchir de leur traîtrise à notre peuple ! Il faut compléter l’État d’urgence par une nouvelle mesure urgente… La « pensée unique » ça suffit, elle n’est pas nôtre !

  
 La « pensée unique » est une pensée étasunienne. 

Aucun citoyen ne devrait la faire sienne.

Ses suppôts politiques de tous bords 

Sont à mettre dehors ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon