mardi 19 juillet 2016

Le combat titanesque : NOM contre OCS (2ème partie)



La politico-sphère s’agite mais aucun des partis du Système n’ose évoquer le danger islamiste, le mot écorche les palais et même celui du Luxembourg. L’Islam est un danger pour notre civilisation, un danger par une invasion que nous ne savons ni assimiler, ni réduire et un danger par des actions terroristes que nous avons exacerbés alors que les frères musulmans savaient désormais qu’ils pouvaient se contenter d’une invasion pacifique par l’immigration mais surtout par la fécondité des femmes musulmanes. Le résultat est mathématiquement certain, la population musulmane immigrée dépassera en nombre celui des français autochtones par les générations d’immigrés nés après 1960. Seule la connaissance exacte de la date est imprécise puisqu’elle dépend en partie de la politique d’immigration appliquée. Mais c’est la loi inéluctable de la fécondité qui régit principalement la démographie de notre pays et prime largement pour l’instant sur l’immigration. C’est elle qui produit plus de Mohammed que de Thomas.

Ne parler que de restreindre seulement l’immigration est un non-sens démographique, alors que c’est l’assimilation qui peut encore affaiblir l’impact d’une religion qui sous-tend une autre civilisation. Elle s’imposera par le nombre si elle n’est pas parfaitement intégrée à la population d’accueil. Arrêtons les guerres dans l’oumma qui n’excitent qu’un désir de vengeance, contrôlons le débit d‘entrée de l’immigration et établissons des accords et des aides dans les pays migrateurs, punissons sévèrement ou expulsons ceux qui œuvrent contre la France ou fomentent du terrorisme sous couvert de religion dans notre pays, mais tout cela n’a aucune chance si nous ne portons pas l’essentiel de nos efforts vers l’assimilation. C’est en effet une tâche primordiale, très difficile mais indispensable pour espérer maintenir en Europe notre civilisation. En tous cas c’est en inculquant nos valeurs, culturelles et historiques, dans le respect strict de la laïcité et de la langue, et non en se pliant à des accommodements avec elles et avec la loi de 1905, que nous aurons une chance de vivre en paix

En parlant de ce sujet nous sommes en plein dans celui du Nouvel Ordre Mondial, car c’est précisément ce que celui-ci ne veut pas que l’on fasse et nous obéissons. Le peuple suit encore par légalité au pouvoir, par idéologie, par « moutonnisme » enfumé ou par simple désintérêt. Mais tout sera fait pour empêcher que la révolte qui gronde puisse s’exprimer. L’état d’urgence, inefficace par définition puisqu’il est en dehors des causes du terrorisme, n’est utile qu’à cela, comme la guerre partout qui maintient un sentiment d’anxiété et d’utilité du pouvoir. On vient d’apprendre que François Hollande se prépare à inviter les bases américaines, enfin de l’OTAN, sur notre territoire, violant définitivement l’indépendance de notre défense par rapport à l’OTAN qui va en réalité prendre le total contrôle de nos armes et de nos infrastructures militaires puisqu’il sera le coordonnateur sous le commandement d’un général américain.

Si De Gaulle n’était pas mort, il en mourrait. C’est cela l’hégémonie américaine et le travail du NOM par la peur et le chaos. D’ailleurs pour que les français n‘en veuillent pas trop à leur gouvernement, en pensant être le seul pays ciblé, un petit attentat en Allemagne est le bienvenu. Nous voilà entraînés dans une guerre contre la Russie, la Chine, l’Iran en plus de la Syrie, de l’Irak, du Yémen et déjà un pied de nouveau en Libye. Donald Trump n’a pas envie d’en découdre, il ne faut pas qu’il prenne le pouvoir. On va créer une ambiance d’imminence de la guerre qui justifierait qu’Obama fasse un troisième mandat… Si, si, on en parle sérieusement dans les milieux du NOM.

Face au NOM se dresse l’OCS, l’Organisation de Coopération de Shanghai, un énorme conglomérat de pays qui rejette toute hégémonie de l’un d’entre eux, même si le couple Russie-Chine en est la colonne vertébrale. Ce qui est original dan ce traité, ce sont les deux objectifs suivants : « Sauvegarder la paix, la sécurité et la stabilité régionales ; Œuvrer à la création d’un nouvel ordre politique et économique international, plus juste et démocratique ». Ils sont prêts à coopérer pour l’intérêt de tous, avec des moyens bancaires à la hauteur de leurs ambitions, dans pratiquement tous les domaines mais en particulier stratégiques, militaires et économiques. La mise en valeur de l’Asie avec de nouvelles infrastructures Est-Ouest doit relier plus solidement l’Europe et l’Asie, la Russie jouant un rôle important de pays de transit nord et de possesseur de ressources énergétiques et minières très importantes. Le Kazakhstan qui fait partie de l’OCS est un grand fournisseur d’uranium car le développement du nucléaire est en cours contrairement aux pays de l’ouest de l’Europe, Royaume-Uni exclu. L’Inde, le pays le plus peuplé du monde, a adhéré à l'OCS, le jour du Brexit. Elle apporte un poids considérable pour l’avenir, même si l’émergence d’un pouvoir d’achat comparable à la Chine est encore pour demain. L’Inde est un pays qui dispose des moyens intellectuels pour s’inclure définitivement dans la modernité.



Mais un fait significatif vient de se produire et de réaliser une prédiction que j’avais faite il y a trois ans. Il s’agit du Pakistan qui était selon moi sur la liste des pays qui allaient devoir être mis au pas par l’hégémonie américaine. A cette époque ce pays et son gouvernement étaient sous la surveillance « amicale » de celle-ci. On l’avait donc laissé se doter de l’arme nucléaire de façon à lui permettre de tenir tête à l’Inde dans le vieux conflit de frontières qui les oppose depuis longtemps. Le Pakistan s’était prêté sans protester à l’ingérence de l’armée américaine pour la mascarade de l’assassinat de Ben Laden. Or il vient de rejoindre l’OCS lui aussi le jour du Brexit et tourne donc le dos aux États-Unis comme je l’avais pressenti. Que croyez-vous qu’il arriva ? Il vient d’être victime d’un cruel attentat. C’est une victoire majeure, et donc insupportable, de l’OCS. La géographie nous montre que l’Afghanistan est pris en tenaille avec une implantation importante des forces étasuniennes. On va voir les États-Unis renforcer significativement leur présence là-bas et il se pourrait bien que nous « devions » y retourner. Mais NOM et OCS vont s’affronter partout dans le monde dans une guerre de captation ou de domination de territoires et de leur ressources.

Mais des frontières de la Russie, à celle de la Chine, la tenaille américaine crée des zones de tension. En Ukraine, Porochenko est soutenu par les USA et l’UE pour revendiquer la Crimée qui a voté démocratiquement à plus de 90% son rattachement à la Russie dont elle faisait partie historiquement. Ce dernier se permet ainsi de ne pas payer ses factures énergétiques à la Russie, sûr que la Russie ne pourra jamais faire reconnaître son bon droit dans une justice sous contrôle du NOM. Il continue à tenir le Donbass sous ses bombes malgré la trêve et des groupes néo-nazis indépendants veulent en découdre. Le pouvoir est noyauté par des suppôts américains omniprésents avec notre accord tacite et l’OTAN y est accueilli. L’UE fait les yeux doux à l’Ukraine et nous payons, comme pour la Turquie, pour les préparatifs d’entrée. Justement la Turquie, partenaire de l’OTAN, s’avère devenir plus incontrôlable et, comble de pied de nez, Erdogan s’excuse platement pour la destruction du chasseur russe et dégèle les relations avec la Russie. Ce dégel est évidemment lié à l’intérêt turc pour le passage du pipe-line Russie-UE sur son territoire comme l’est aussi la Grèce. Il souhaite aussi rallier l'OCS. Que croyez-vous qu’il arriva ? Un coup d’État où, à deux minutes près, Erdogan était tué. C’est ce que les forces de l’ordre appellent un coup de semonce. Mais de même Tsipras s’est rapproché de Poutine. Que croyez-vous qu’il arriva ? La Grèce a perdu toute souveraineté et est priée de faire ce que dit Angela Merkel, et qu’exécutent la troïka UE, BCE, FMI où s’accoquinent technocrates et banquiers du Système.

Mais allons à l’autre bout de l’Asie. Le Pentagone y envoie des navires, des avions et des forces spéciales aux Philippines pour menacer la Chine. Les États-Unis encerclent déjà ce pays avec des centaines de bases militaires qui forment un arc reliant l'Australie à l’Asie et passant par l'Afghanistan. C’est ce qu’Obama appelle le «pivot». Ils l’accusent d'avoir déployé des missiles sol-air et des avions de chasse sur l'île Woody, dans l'archipel des Paracels, contrôlé par Pékin depuis les années 1970, mais revendiqué par le Vietnam et Taïwan, revendications encouragées par Washington. Des militaires et officiels américains, dont le secrétaire d’État John Kerry, dénoncent régulièrement la «militarisation» opérée par l'armée chinoise. Mais le porte-parole du ministère chinois de la Défense réplique : «Les États-Unis sont le véritable promoteur de la militarisation» dans la zone. La présence de navires de guerre américains non loin des îles chinoises est perçue comme une «provocation» par les autorités chinoises. « Les États-Unis, pays extérieur à la région » ont également « encouragé leurs alliés et partenaires à conduire des exercices militaires » et « ferment les yeux ». La Chine vient récemment de dire qu’elle n’acceptera aucune décision la privant de ses îlots et qu’en cas de provocations futures des États-Unis elle n’hésiterait pas à s’y opposer militairement. Obama entraîne dans sa menace le Japon et des pays de l’O.T.A.S.E. (Organisation du traité de défense de l'Asie du Sud-Est), dont l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Pakistan ( ? ), la Thaïlande, les Philippines. 

De l’autre côté de l’Atlantique, le Brésil fait partie des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine,Afrique du Sud), ce qui est une offense inadmissible dans le pré-carré américain en Amérique du Sud où les USA font et défont les Présidents au gré de l’appréciation de leur servilité. Que croyez-vous qu’il arriva ? La Présidente Dilma Rousseff est provisoirement mise à l’écart pour corruption et remplacée au pouvoir par un personnage bien plus corrompu au point de devoir démissionner de son mandat de président de l’Assemblée. Le NOM n’épargne aucun pays qui ne s’aligne pas, la France comprise qui passe désormais comme le pays le plus aligné sur les Etats-Unis. La confrontation NOM-OCS et BRICS est une guerre à mort pour une autre vision du monde. La mise sous tutelle d’un côté et la coopération dans tous les domaines dans l’autre. La lutte contre la démocratie d’un côté et le respect de l’identité des peuples de l’autre. La lutte est totale, économique, monétaire, financière avec les armes mises de plus en plus sur la table de la géopolitique mondiale. Le ralliement du Pakistan à l’OCS est finalement plus important que le Brexit, car ce dernier ne va pas changer grand-chose dans le monde mondialiste où la livre fait partie des monnaies de réserve. On va assister à des querelles entre coquins du Système vite arbitrées par la ploutocratie mondiale. Par contre l’attirance de la vision du monde de l’OCS met en danger la puissance hégémonique américaine, menacée du désintérêt de la ploutocratie du NOM. 

Dans un monde où l’enfumage, la tromperie des peuples, 

Nous fait prendre les vessies pour des lanternes,

Une ploutocratie dominatrice règne et gère 

Un Nouvel Ordre mondial implacable.

Comme le soleil, un espoir se lève 

A l’Est… mais à quel prix ? 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon