dimanche 31 janvier 2016

L’humanité est-elle en danger ? (1ère partie)



La France est en guerre… selon Manuel Valls, risque de guerre mondiale entre Russie et USA, flux migratoires insupportables, réchauffement climatique, etc. sont quelques-unes des peurs qui sont distillées par les politiques, les médias et les réseaux sociaux. Les nouvelles d’attentats se multiplient. Deux attentats suicides ont fait dimanche trois morts et 56 blessés dans deux localités tchadiennes de la région du lac Tchad, cible régulière d’attaques des islamistes nigérians de Boko Haram, a-t-on appris de source sécuritaire. Au moins 45 personnes ont été tuées et 110 blessées dimanche dans une triple explosion près du sanctuaire chiite de Sayeda Zeinab au sud de Damas, en Syrie, selon un nouveau bilan fourni par l'agence officielle syrienne. D’après Europol, la disparition de 10.000 enfants réfugiés profiterait à des trafiquants associés à la traite des hommes. Les nouvelles inquiétantes ne manquent pas dans des zones de conflit localisées mais qui ont une fâcheuse tendance à s’étendre.

Ces derniers évènements nourrissent l’actualité, le temps d’apparaître dans les médias, sauf quand ils sont très proches de nous et que les médias sont autorisés à en parler. Pourtant d’autres dangers ont une portée bien plus inquiétante. C’est ainsi que le docteur Jean-Pierre Dickès présente la première partie de son nouvel ouvrage: « Transhumanisme, vers la fin de l’espèce humaine ». Celui-ci présente l’arrivée d’un homme artificiel, un humanoïde intersexué. La science des NBICS, Nanotechnologie, Bio-ingénierie, Informatique, Sciences Cognitives sur le cerveau et les robots y travaille. L’Open World Project a déjà pour but de créer un robot dans lequel on a mis un cerveau humain ou un humain dans lequel on a mis un cerveau artificiel ordinateur. On a réussi à transplanter un cerveau de ver dans un lego qui se comporte exactement comme un ver. On a pris des cafards dans lesquels on a mis un cerveau artificiel. Ceux-ci sont capables de se comporter avec une intelligence qui leur permet d’aller trouver des gens qui sont enfouis dans des endroits trop étroits pour l’homme. 

L’homme peut être réduit à un ordinateur car les constituants deviennent de plus en plus petits et on arrive à dépasser la taille des molécules. On le voit dans l’évolution des téléphones portables, ipod, ipad, etc. Il s’ouvre ainsi un domaine illimité pour la diminution des constituants. Au-delà de cette évolution technologique, nous sommes devant une idéologie, que Dickès nomme le transhumanisme, qui a le projet de créer un homme nouveau, qui va réduire l’homme à un ordinateur. Cela va beaucoup plus loin qu’une simple affaire financière. Google investit partout dans ces domaines et a racheté les huit firmes de robotique les plus importantes dans le monde. Il a à sa tête dans ce domaine celui qui qui a été l’inventeur du transhumanisme. Il a ainsi acheté Deep learning pour 450 milliards de dollars, Peugeot ne représente que 120 milliards de dollars. Il est capable de compulser toutes les informations sur un sujet donné dans ce que l’on nomme le Big Data, une énorme base d’informations informatisées. Evidemment les applications pour le bien de l’humanité sont nombreuses et même infinies.

Mais ceci veut aussi dire que tout ce qui vous concerne lui est connu. Grâce à cet outil d’analyse et à l’augmentation infinie de la puissance et de la petitesse des ordinateurs, Google devient la plus grande puissance du monde, supérieure à celle des Etats. Il faut comprendre que le transhumanisme a pour but un homme nouveau, complètement coupé de son passé qui est enfoui dans une mémoire d’ordinateur et appartient donc à Google qui sait tout de vous et même plus que vous. Vous remarquerez que l’on nous détache de plus en plus de notre passé. L’école diminue les connaissances historiques et les langues anciennes, l’artisanat régresse, le mobilier ancien se déprécie. Le regard de l’homme doit être tourné vers le progrès, le futur de la technologie. L’homme nouveau sera coupé de son passé et asexué. La théorie du genre l’y prépare. 

Vous voyez que l’humanité a devant elle des dangers bien plus importants que ceux dont l’information officielle nous abreuve. Mais le transhumanisme n’est pas le seul et nous en reparlerons. L’eugénisme d’Hitler avait un nom de promoteur, mais désormais les promoteurs de ces « progrès » qui menacent l’humanité n’ont plus de noms humains, ceux-ci sont secrets où tout au moins soigneusement ignorés des médias. Il faut donc que nous nous informions en permanence auprès de ceux qui peuvent encore échapper à une maîtrise complète de la liberté d’expression. 

Tout va si vite aujourd’hui que notre cerveau s’obscurcit, 

Dominé par un flot d’informations inutiles ou truquées.

L’humanité dans son ensemble devient saisissable 

Par des apprentis sorciers qui n’hésitent  pas

A nous transformer en humanoïdes. 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon