vendredi 15 janvier 2016

Un Président criminel et traître !



Comment un Président d’un pays qui se réclame des Droits de l’Homme peut-il mener des actions de guerre sur un pays sans autorisation légale, celle des États-Unis en l’occurrence, et sans autorisation du président, internationalement avalisé, de l’État visé ? Comment notre peuple peut-il ne pas se révolter ? Il ne s’agit pas de donner un blanc-seing à un dirigeant dont l’action humanitaire peut être très contestée, mais c’est à son peuple d’en juger. Il s’agit du droit élémentaire des peuples à disposer d’eux-mêmes. Quelle que soit la pression exercée par la Russie sur la Syrie, l’action militaire russe reste dans le cadre de la légalité. Nous nous sommes d’ailleurs abrités derrière cette autorisation pour intervenir au Mali. En Libye nous avions une autorisation de l’ONU mais nous sommes allés allègrement au-delà. Nous vivons une époque où malheureusement les valeurs de base sont foulées aux pieds et à l’heure du tout est permis.

Mais nous allons plus loin, nous participons ou nous soutenons des actions de double jeu qui aboutissent à des situations de guerre à l’intérieur même de notre pays. Il est avéré que Daech est une création de la CIA, que l’Arabie Saoudite le finance, que l’armée américaine le soutient officiellement jusqu’à envoyer ses blessés en Israël et exfiltrer des combattants djihadistes pour livrer Ramadi aux troupes irakiennes et justifier l’action officielle de lutte contre l’ennemi EI. Nous participons à cette mascarade dans une coalition aux ordres des USA. Nous étions prêts à débarquer en Syrie et à tuer Assad comme ce fut le cas de Kadhafi. Hollande, qui se croit réellement un chef de guerre, nous fait participer à la mondialisation de la guerre. Les USA se sont lancés dans une grande aventure militaire, « une longue guerre » qui menace l’avenir de l’humanité. On nous fait croire que les armes de destruction massive des USA et de l’OTAN sont des instruments de paix. Le général Wesley Clark dans Winning Modern Wars (page 130) a écrit : . « [Le] plan de campagne de cinq ans [touche](…) sept pays en tout, en commençant par l’Irak, suivi de la Syrie, du Liban, de la Libye, de l’Iran, de la Somalie et du Soudan. » 

C’est bien ce que nous constatons. La « guerre contre le terrorisme » est une guerre de conquête. « La vérité inavouable » est que l’OTAN et les gouvernements de pays occidentaux comme les USA, le Royaume-Uni, la France et Israël, qui mènent une prétendue « guerre mondiale contre le terrorisme », fournissent continuellement un soutien clandestin aux mêmes entités terroristes qui sont engagées dans leurs « guerres humanitaires » et leurs « opérations antiterroristes ». Et à ce titre Hollande n’est ni plus ni moins qu’un criminel à nos yeux et à ceux de l’humanité. La mondialisation est la dernière étape menant au « nouvel ordre mondial » dominé par Wall Street et le complexe militaro-industriel des USA. Derrière eux nous participons à notre insu à l’ancrage de la récession économique et au chômage de masse, à l’effondrement des programmes sociaux de l’État et à l’appauvrissement de millions de personnes dans toutes les grandes régions du monde. La crise économique s’accompagne d’un processus de militarisation à l’échelle mondiale, d’une « guerre sans frontière » menée par les États-Unis d’Amérique et ses alliés de l’OTAN. La poursuite de la « longue guerre » du Pentagone est étroitement liée à la restructuration de l’économie mondiale.

Le nez dans le guidon que nous montre Hollande, nous oublions de regarder ce qui se passe dans la manipulation des marchés et les sommes énormes qui s’en dégagent pour les principales banques américaines. La tendance qui se dégage à l’échelle nationale et mondiale va mener à la centralisation et à la concentration du pouvoir bancaire, ce qui entraînera une chute spectaculaire de l’économie réelle. Ainsi on omet de nous dire ce qui se passe en Grèce. Les créanciers souhaitent surtout s’enrichir à même l’économie nationale, par l’acquisition des institutions bancaires nationales de la Grèce, de ses entreprises publiques, de ses terres agricoles, etc. Récemment Tsipras s’est opposé violemment à dépendre du FMI et de ses nouvelles pressions d’austérité. Il vient de plier. Le ministre des finances italien vient d’avouer que, si l’Allemagne ne fait pas un gros effort d’investissement sur l’Italie, la seule porte de sortie dans 6 mois sera la sortie de l’euro. 

Le pouvoir pratique en masse la désinformation et la tromperie. Pour soutenir la stratégie militaire, des « réalités fabriquées » transmises aux chaînes d’information jour après jour doivent devenir des vérités absolues, qui font l’objet d’un consensus politique et médiatique. À cet égard, les médias institutionnels, tout en restant indépendants de l’appareil de renseignement de sécurité, deviennent un instrument de ce système totalitaire en constante évolution. Répétés ad nauseam, les concepts d’Al-Qaïda et de Daesh sont potentiellement traumatisants pour l’esprit humain et peuvent nuire à la capacité des êtres humains d’analyser et de comprendre « le monde réel » marqué par la guerre, les politiques et la crise économique. On imprègne la conscience intérieure de millions de gens de par le monde.

Le pire est que ceux qui ont ordonné la campagne de bombardement sont derrière le projet de califat. L’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) est une création des services secrets des USA. Le programme « antiterrorisme » de Washington, de Londres et de Paris en Irak et en Syrie consiste à soutenir les terroristes ! Les forces spéciales occidentales aident les terroristes en Syrie. Des membres des forces spéciales et des agents de renseignement de l’Occident, y compris des soldats britanniques du SAS, des parachutistes français et des agents de la CIA, du M16 et du Mossad, se sont ralliés aux rebelles. De même nous sommes avec l’Arabie Saoudite dans sa guerre contre le Yémen. En février 2012, 13 officiers militaires français ont été arrêtés à Homs, mettant ainsi en lumière la présence de troupes étrangères dans les rangs des rebelles en territoire syrien. Nous soutenons l’Arabie Saoudite, la Turquie, le Pakistan, le Qatar, la Jordanie et d’autres pays qui sont engagés dans le recrutement, la formation et le financement des terroristes islamiques. 

L’État d’Israël collabore avec les autorités françaises aux opérations antiterroristes sur les attentats de Janvier et Novembre 2015. Le chef du Mossad était en France quelques jours avant les attentats du 13 novembre et l’élite juive ( ! ) était prévenue le matin même de l’imminence de l’attentat. Par ailleurs Israël  soutient les deux principales entités terroristes en Syrie que sont l’État islamique (Daesh) et le front al-Nosra. Que veut dire alors le mot « collabore » ? Je me souviens de ce que cela voulait dire sous Vichy. Le jeu que nous jouons est si trouble pour le citoyen qu’il devient une véritable tromperie. Hollande est traître à son peuple en nous enfonçant dans la guerre et la peur sous prétexte d’une guerre de civilisation qu’il alimente par une croisade qui cache des intérêts d’un pays étranger. Le principal problème n’est pas Daesh mais l’immigration qui se répand principalement par les générations qui vont se succéder en privilégiant par la fécondité un remplacement de la population d’origine et qui va s’accentuer avec la brusque amplification du flux migratoire. C’est un problème de régulation de l’immigration et d’assimilation de celle-ci. Nous avons échoué jusque-là.

Mais les attentats sont une occasion rêvée pour mettre la main sur le peuple guetté par l’austérité génératrice de chômage et de pauvreté. Les mouvements sociaux sont à craindre et peuvent être canalisés par des contestataires décidés. Il faut mettre en place tout ce qui va permettre de les tuer dans l’œuf. Il faut renforcer les forces intérieures, armée, police, pour des tâches à venir de maintien de l’ordre. La surveillance de la vie privée est en cours et les déclarations et écrits seront de plus en plus contrôlés. C’est ce qui se cache dans la mobilisation et la formation des nouvelles "forces de réserves". Ce n’est pas la lutte contre le terrorisme. Les moyens et les hommes des services de Renseignement y sont bien plus efficaces. Nous suivons les USA qui déploient leurs forces armées sur leur territoire après le « Patriot Act ». Ce n’est pas en alimentant la xénophobie par la peur du terrorisme que l’on résout le problème de la migration d’une autre civilisation. De toute évidence le but est tout autre. J’accuse Hollande de traîtrise. 

En réalité nous suivons la politique américaine. Pour eux la « menace communiste » de l’époque de la guerre froide a été remplacée par la menace mondiale du « terrorisme islamique ». La Russie et la Chine ont beau être devenues des économies de « libre marché » capitalistes, une première attaque nucléaire préventive n’en demeure pas moins envisagée. L’alliance sino-russe au sein de l’Organisation de coopération de Shanghai constitue un « bloc capitaliste rival » qui menace l’hégémonie économique des USA. Les USA ne possède que 2% des ressources pétrolifères mondiales. Les deux premiers producteurs sont l’Arabie Saoudite et la Russie. Mettre à genoux la Russie passe par la guerre des prix du pétrole, la possession des puits du Moyen-Orient, et l’encerclement des frontières russes et chinoises pour y mener des « printemps russo-asiatiques ». L’effort de militarisation de l’Europe est en cours dans les pays baltes, en Allemagne, en Espagne et en Italie, laquelle va recevoir les bombes nucléaires B61-12 de dernière génération. Cela en dépit du traité de non-prolifération qui interdit à ce pays de détenir des armes nucléaires !

Tout dépend désormais de l’attitude de la Russie, pays contre lequel on va multiplier les provocations. Le comble du cynisme est qu’avec une capacité explosive variant de trois à six fois celle de la bombe d’Hiroshima, les bombes nucléaires miniatures sont prétendument « inoffensives pour les civils ». La guerre nucléaire préventive est dépeinte comme une « intervention humanitaire ». Des scientifiques sous contrat au Pentagone ont cautionné le recours à des armes nucléaires tactiques, les qualifiant « d’inoffensives pour les civils puisque l’explosion se produit sous terre ». Oui mais aucun Président ne s’y résoudra pensez-vous. Faire exploser la planète au moyen d’armes nucléaires est entièrement approuvé par la candidate présidentielle Hillary Clinton, qui croit que les armes nucléaires sont des instruments de paix. Sa campagne électorale est financée par des sociétés qui fabriquent des armes de destruction massive !

Hollande, comme son prédécesseur, mais vraiment en pire

Trahit son peuple, se comporte comme un criminel, 

Et enfume les français en prenant le risque

De les détruire dans une guerre totale ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon