lundi 11 janvier 2016

Évènements majeurs en cours devant un Président absent !



On ne peut pas envisager l’avenir sereinement quand des évènements majeurs sont en cours ; la quatrième partie de ma chronique « En avant » attendra donc. Que constatons-nous ? Une mobilisation importante du Président et des ministres d’État pour commémorer les attentats du 13 novembre 2015. On ne peut que s’incliner devant le deuil des familles qui ont perdu des proches, et leur témoigner notre sympathie, comme pour ceux qui ont perdu les leurs le 24 mars de la même année dans le pire accident d’avion depuis 1981 de l’Airbus A320 Germanwings dans les Alpes-de-Haute-Provence (150 morts). Il y a dans la mobilisation du peuple français et surtout parisien pour commémorer les attentats, une sorte de défi à sa propre peur. La mort frappe souvent au hasard, et nombreux sont les civils qui sont morts pour rien dans la guerre et que nous tuons en Syrie et en Irak. Or la guerre rôde partout en Europe, en Afrique, en Orient et même en Extrême-Orient. J’espère seulement qu’il n’apparaîtra pas un jour que le hasard de ces attentats a largement été aidé, tant les questions qui se posent sur les vrais commanditaires sont troublantes.

Mais les commémorations se succèdent à un rythme qui laisse un goût d’utilisation à des fins politiques. Une seule aurait suffi, à condition de n’oublier personne ! Elles font suite au battage sur la COP21 dont les résultats n’engagent aucun État et dont les recommandations vont vite passer aux oubliettes de l’économie et de la guerre. Au passage je note que la NASA prévoit que nous allons nous diriger vers une période de « petit âge glaciaire » d’ici vingt ans à partir de ses observations sur le soleil. Il serait bon que les scientifiques soient en phase avant de déclencher des peurs mondiales à cause du réchauffement. Mais tout ceci ne doit pas rendre imperceptibles les évènements majeurs qui risquent de se produire. Des signes inquiétants se font jour. Le conflit des États-Unis et de la Russie s’envenime. La vague d’immigration de peuplement déstabilise l’Allemagne bien au-delà de ce que nous transmettent les principaux médias. Les bourses du monde entier entrent dans le rouge et de nombreux observateurs économiques voient apparaître les signes de la crise 2008-2009. Cette fois cela serait pire. Les États sont beaucoup plus endettés et un effet systémique engloutissant États et banques serait ravageur.

La Russie vient de déclarer officiellement les États-Unis comme une menace pour sa sécurité dans un document interne. L’engagement de la Russie en Syrie est croissant tandis que l’attitude américaine est de plus en plus ambigüe. Ses avions ne bombardent plus… pour protéger les civils soi-disant ou plutôt pour faciliter le transit des djihadistes vers la Libye ? Nul doute que la victoire de Daech est devenue improbable en Syrie avec l’intervention russe aidant une armée syrienne qui désormais voit des djihadistes changer de camp. La théorie américaine du chaos va ouvrir de nouvelles zones de conflit en Afrique et autour de la Russie et de la Chine avec sa stratégie d’aide aux forces d’opposition dans et autour de tous les Etats ennemis. Le conflit Iran-Arabie Saoudite prend de l’ampleur. La Russie est en train de lancer une valorisation du pétrole en rouble pour ses exportations délaissant le dollar. Or le pétrodollar, dont le prix du baril était sous la coupe américaine est, avec la puissance militaire, le pilier de la politique hégémonique étasunienne. On voit que seules la faiblesse d’Obama, l’approche des élections américaines et la retenue de Poutine, laissent encore une chance à la paix mondiale. Inutile de dire que sur ce dossier, comme sur la plupart en politique internationale, nous jouons la mouche du coche. La visite de Hollande à Poutine, où le Président français avait affirmé haut et fort que la coopération avec la Russie, était indispensable pour lutter contre Daesh, s’est vite soldée par un non-lieu à la première remontrance d’Obama.

Un autre danger nous atteint légèrement encore mais va naturellement s’amplifier, c’est l’immigration de peuplement, immigration aggravée par le fait qu’elle est majoritairement celle d’une civilisation différente. L’Allemagne est submergée depuis le signe donné d’ouverture des portes. Des hordes incontrôlables mettent la population en danger comme cela s’est passé à Cologne et dans plusieurs villes allemandes, mais aussi autrichiennes, suisses et finlandaises. Pour l’instant les refoulés d’Allemagne et les arrivants africains se bloquent par milliers sur Calais et Dunkerque. Aucune structure décente ne permet d’en accueillir le plus grand nombre. Les demandes de droit d’asile ne sont accordés que pour 20% d’entre eux, or ils veulent tous partir au Royaume-Uni. De plus les demandeurs refoulés ne sont pas reconduits dans leur pays d’origine. La zone de Dunkerque est pire que celle de Calais… Notre Ministre de l’Intérieur commémore. Nul doute que le million supplémentaire de réfugiés, voire beaucoup plus, qui va arriver dans l’UE, se déversera de plus en plus sur les autre pays dont la France qui n’a pas de travail mais qui donne la meilleure allocation de subsistance aux demandeurs d’asile. Bientôt des hordes pilleront les villes et les maisons, violeront les femmes comme dans tous les pays qu’elles ont traversés.

Je ne m’étendrai pas sur la crise financière, dont les signes avant-coureurs se manifestent depuis août 2015. Ceux qui suivent les Bourses du monde savent que l’année 2015 n’a pas été bonne, et que janvier se présente de mauvaise manière. La pauvreté augmente drastiquement aux États-Unis et les compagnies pétrolières de pompage du gaz de schiste sont au bord du dépôt de bilan avec la chute du prix du baril à 34$. La bourse chinoise a dû fermer pour éviter un effet de cascade et la croissance ralentit fortement. Le Brésil, une économie du monde juste derrière la France, est entré en récession et le Canada ne se porte pas bien. La baisse du pétrole produit aussi ses effets sur les pays du golfe et un ralentissement de leurs investissements est à prévoir. Christine La garde prévoit un ralentissement de l’économie mondiale en 2016. Pour nous rien ne change, on prépare quelques « macronades » de plus, surtout des avantages pour les grandes entreprises qui feront des promesses qu’elles ne pourront pas tenir pour la simple et bonne raison que le contexte international n’est pas favorable et que notre pays oscille entre le chômage et la délocalisation par manque de compétitivité. Comme nous nous accrochons à l’euro, le chômage ne diminuera pas. D’ailleurs même la Ministre du Travail en est convaincue ! Etrange communication quand son Président joue là-dessus sa réélection.

L’avenir s’assombrit de jour en jour. L’inutilité et la duplicité du pouvoir mettent la Nation en grand danger. La sixième puissance du monde est devenue le jouet des puissances de l’argent et de politiques hégémoniques étasunienne et allemande. Que ce soit sur le plan de l’immigration qui prend la tournure d’une invasion de hordes prédatrices, que ce soit sur le plan du redressement économique et du chômage, que ce soit sur notre impact réel en politique étrangère où des choix stratégiques majeurs sont à faire, notre Président est aux abonnés absents. Le 20 juin 2013, François Hollande déclarait "l’État est là" pour "répondre à l'urgence" à… Saint-Béat, cela ne s’invente pas. L’enfumage de la communication remplace des actions souveraines dont le champ d’action est déjà de plus en plus limité. Quand les vraies décisions sont difficiles à prendre, les faux problèmes sont à l’honneur, comme le climat et la déchéance de nationalité. On en rajoute sur les commémorations pour occuper les médias. Pendant ce temps la France va à vau-l’eau, ou plutôt à la rencontre des grandes entreprises qui tirent les marrons du feu. 

Nous assistons au largage d’une France sans gouvernail et sans capitaine 

Qui s’apprête à affronter une des grandes tempêtes de son histoire.

Près de nous les femmes et les enfants sont déjà les jouets 

D’une invasion qui rappelle celle des Huns.

Notre avenir a la perspective grecque 

Concoctée par un Président

Impavide et traître ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon