vendredi 22 janvier 2016

État d’urgence prolongé pour… ?



Pour lutter contre le djihadisme et les attentats ? Non pour maîtriser une guerre sociale et civile en gestation ! Les attentats sont un prétexte car ils ne déstabilisent pas l’Etat mais au contraire renforcent son utilité ! Un peuple qui a peur, écoute les mots « sécurité assurée » comme un baume psychologique que déverse les innombrables commémorations avec forte présence des médias mainstream. Comme aux États-Unis, nos dirigeants connaissent la vitesse de délabrement de la France, puisqu’ils en sont les auteurs. L’équipe gouvernementale ne gère plus, elle « sécurise » pour tenir jusqu’en mars-avril 2017. Les vœux du Président ont été un véritable aveu d’impuissance puisqu’il ne faut plus compter sur la croissance pour diminuer le chômage, le malade France est mis en soins palliatifs, non en formation… au chômage. Former des chômeurs pour un emploi n’a plus guère de sens puisqu’il n’y a plus d’emplois. Pendant ce temps les PME et TPE forment eux-mêmes les quelques embauches indispensables pour ceux qui ne fournissent pas la demande. Il en reste encore, c’est pour cela que l’on survit. Mais les entreprises ferment et la pauvreté augmente, elle ne remonte pas à la surface que grâce aux multiples associations d’aide sur lesquelles l’Etat se décharge pour cacher la misère.

Autrement dit l’État abandonne les nouveaux pauvres à la charité publique. Il ponctionne la classe moyenne, lui demande en plus d’aider les nécessiteux et d’accueillir le flux migratoire qui va nous envahir. Quatre millions de réfugiés vont arriver en Europe selon le FMI. L’Allemagne, qui en voulait 800.000 en a déjà accueilli 1.100.000. Les pays de l’est et du nord ferment leurs frontières les uns après les autres. Ils paraissaient les plus accueillants car plus près de la Grèce et économiquement plus à même de fournir du travail. La Norvège, le pays européen ayant le plus haut pouvoir d’achat, les remet sur des bateaux, direction la Russie ! Les USA et nous sommes responsables du déferlement migratoire, et c’est la Russie que l’on doit punir. 

Au fur et à mesure que l’armée syrienne reprend des villes les habitants reviennent. Plus on bombarde les villes syriennes prises par Daesh, plus les habitants fuient… vers la Turquie. Comble de l’ironie, le ministre de la Défense compte les victimes que nous avons faites en Irak, 22.000 selon lui, toutes des djihadistes n’est-ce pas ? Nos armes sont si précises qu’elles ne tuent jamais des civils. Autrement dit œil pour œil, dent pour dent, on n’a pas tué plus de 200 civils là-bas, comme ils ont fait chez nous. Les bombes sur les hôpitaux du MSF et les écoles c’étaient les américains pas nous, enfin nous une seule ! En plus on nous prend pour des imbéciles.

Par contre on est d’une grande discrétion sur le nombre de réfugiés qui arrivent en France tout en vantant la France terre d’accueil ouverte au multiculturalisme dont on voit à quoi il nous mène. Il n’a bien sûr rien à voir avec les attentats qui ne sont perpétrés que par des individus qui se fondent dans la population évidemment « hostile » de la banlieue bruxelloise. On nous vante la natalité française au-dessus de la moyenne européenne sans préciser qu’elle est entretenue par la fécondité des femmes immigrées et majoritairement musulmanes. C’est le faux prétexte car la France a survécu à plusieurs époques de décroissance démographique, notamment au Moyen-Âge. Un peuple peut survivre à la baisse de natalité mais un peuple ne peut pas survivre à une immigration massive qui n’est rien d’autre qu’une invasion moderne. On nous prend vraiment pour des imbéciles ! 

Il n’y aura bientôt pas que les agriculteurs bretons dans les rues et sur les routes. Leur colère va à notre gouvernement qui a enlevé un débouché aux exportations vers la Russie, suite aux sanctions prises par la France et aux mesures de rétorsion russes, tout cela pour suivre la politique américaine de déstabilisation de la Russie. Depuis quarante ans la France augmente sa dette, dont elle devient de plus en plus tributaire et ne survit à crédit que grâce à des taux d’intérêt d’emprunt proches de zéro. L’euro aggrave de plus en plus les écarts avec la réussite économique allemande pour tous les pays du sud. L’Italie est en récession et la France est menacée dans une croissance économique mondiale en baisse selon le FMI. Les économies de l’Etat se font sur les collectivité territoriales. Les conseils départementaux annoncent d’ailleurs des impossibilités à faire face aux dépenses sociales. Les lois en préparation ne feront qu’augmenter l’austérité pour faire face aux nouvelles dépenses sécuritaires et militaires tout en privilégiant les grosses entreprises.

La prolongation de l’état d’urgence, sur lequel se déchaîne les passions, n’est qu’un énorme bluff, un enfumage magistral de la classe politique et du peuple apeuré. Le plus inquiétant est la réforme sécuritaire de la Constitution car elle grave dans le marbre des pouvoirs spéciaux que l’État peut s’octroyer pour des motifs qui ne les méritent pas en les considérant comme un droit de l’exécutif. François Hollande est complice de la stratégie américaine, elle-même promue par une oligarchie, qui veut l’appauvrissement de l’Europe et sa mise en dépendance pour en exécuter le dépouillement. Le flux migratoire a été préparé, par la mort de Kadhafi, qui ouvre une grande porte de sortie de l’immigration africaine, et par le chaos mis en Irak et en Syrie, qui ouvre celle du Moyen-Orient. Celui-ci a été brusquement déversé sur l’Europe avec la complicité turque. Le chaos mis en Afrique a le même effet. Ce flux migratoire sans précédent et la signature probable du TAFTA, le traité transatlantique de libre-échange, sont les témoins de la réussite de cette politique mortifère pour l’Europe et notre pays. 

Espérons qu’à force d’être mené en bateau, de payer sans cesse

Pour les multinationales et pour secourir la détresse, 

D’être mis en état de peur permanente,

D’être enfumé, le peuple sentira 

Le danger d’être franco-grec

Et musulman de souche ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon