mardi 26 janvier 2016

Bien plus que le climat, d’autres dangers nous guettent !

Un climat de protestation s’élève en France en Bretagne avec les agriculteurs et à Paris avec les chauffeurs de taxi. On peut y voir là les prémices de manifestations plus importantes ce printemps tant la situation économique apparaît bloquée et en attente d’une amélioration mondiale dont on ne voit plus d’où elle pourrait venir. La chute des marchés européens a fait dire à Mario Draghi de la BCE que les vannes étaient ouvertes d’une façon illimitée pour les banques. Autrement dit la monnaie de singe va continuer à nourrir les marchés pour les maintenir au-delà de ce qui correspond à l’économie réelle. C’est l’histoire du noctambule qui se rêve être funambule et marche sur la rampe d’escalier. La spéculation s’enrichit dans un monde virtuel avec une connexion à sens unique avec le monde réel par pompage du réel vers le virtuel. Tout ceci ne tient que sur la confiance en une monnaie que rien ne garantit sauf la confiance qu’on a en elle ! Jusqu’à quand ? 

Bien chapitrés sur le changement climatique pendant la période de préparation des fêtes, nos concitoyens ont été abreuvé des nouvelles sur les températures exceptionnellement hautes et sur l’année 2015 dite la plus chaude depuis des dizaines d’années, alors que ce n’est que la troisième année la plus chaude depuis 1979 d’après les mesures satellitaires. Les scientifiques lient cette température moyenne annuelle au courant marin El Nino 2015 qui a atteint actuellement son pic d’intensité. Le réchauffement climatique reste toujours à prouver. Pour l’instant une partie de l’Asie (Chine, Laos, Vietnam) et de l’Amérique du Nord se gèle. Il fait des températures exceptionnelles -17°C à Pékin et jusqu’à -28°C dans d’autres parties du pays. L’île subtropicale japonaise Amami-Ōshima a pour la première fois depuis 115 ans enregistré une chute de neige. On ne peut bien sûr en tirer aucune conclusion sur l’évolution à long terme du climat. C’est simplement pour montrer que la question médiatisée d’une façon insistante et redondante du style : « les températures élevées, relevées en décembre, ont-elles un lien avec le réchauffement climatique ? » est une question idiote mais destinée à imprégner les esprits. C’est une manipulation qui n’a aucun fondement scientifique.

L’oligarchie dominante maintient le peuple dans la peur, le climat, les maladies mondiales, le terrorisme, et accélère le processus d’envahissement d’une autre civilisation ou immigration de peuplement. Au danger de fond d’une civilisation différente qui croît plus vite que la civilisation d’accueil par sa fécondité supérieure dans un processus s’échelonnant sur des dizaines d’années, il vient se greffer un afflux dont la brutalité et l’importance mettent en péril la civilisation d’origine. Ceci ne peut être le fruit du hasard mais celui de la connivence de la Turquie avec les États-Unis depuis la guerre menée depuis l’Irak contre l’État légal syrien. Ce flux amène évidemment des terroristes préparés à être activés pour des attentats. Des réfugiés chrétiens de Syrie prétendent avoir identifié un membre de Daesh vivant à Francfort, et que ce n’est pas un cas isolé. Cette tactique commence à porter ses fruits. 

L’espace Schengen et l’UE s’effilochent et les pays prennent des décisions unilatérales. En Autriche des officiers de haut rang lancent un avertissement : « La sécurité de notre pays et de sa population est gravement menacée ». La Norvège pourrait voter une loi selon laquelle toutes les demandes d'asile à la frontière suédoise seront refusées. Le Premier Ministre déclare : "Nous ne pouvons pas permettre que la situation observée en Suède et en Allemagne se reproduise en Norvège. Actuellement, nous examinons 40 articles consacrés au durcissement de la politique migratoire dans le pays". La ministre autrichienne de l’Intérieur a menacé samedi la Grèce d’une exclusion provisoire de Schengen. Paris et Berlin lui accordent un sursis !

Les ministres européens de l’Intérieur ont ainsi déclenché, ce lundi, une procédure qui pourrait aboutir à ce que les contrôles aux frontières internes de l’espace Schengen soient rétablis pour au moins deux ans. Pendant ce temps, peut-on encore parler d’un espace Schengen et « d’Europe » avec le retour des contrôles aux frontières ? Cette Europe arrive bel et bien progressivement à sa fin . « Nous sommes fatigués d’entendre que nous n’arrivons pas à sécuriser nos frontières », a répondu le ministre grec chargé de la politique migratoire, Iannis Mouzalas. Il y a une propension des européens à rejeter la faute sur la Grèce qui est en première ligne mais dans une situation sociale et économique qui la fragilise. C’est cela que l’on appelle la solidarité européenne ! 

Pendant ce temps nos préoccupations sont ailleurs, comme la vente des Rafale à l’Inde, et à la coopération de Total à une usine de liquéfaction de gaz au nord de la Russie, au-delà du cercle polaire. Seulement voilà il faut obtenir « l’autorisation » de Washington ! On a l’air malin avec le refus de livrer les Mistral dont le sort sera bientôt la casse, nos sanctions sur la Russie qui handicapent un peu plus la filière porcine et demandent 200 millions supplémentaires qui ne seront qu’un emplâtre pour quelques mois. La politique étrangère française s’avère toujours aussi incohérente aux yeux du peuple mais pas à ceux qui la commanditent de l’extérieur. Mais bien d’autres dangers, qui concernent notre santé, nous menacent. Nous en parlerons prochainement.

 Il y a les vrais dangers : ceux que l’on subit ou que l’on crée. 

Mais les faux dangers créés sont là pour nous empêcher

De voir les vrais et de nous révolter pour notre salut !
  
Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon