vendredi 26 septembre 2014

Un engagement extérieur pour augmenter l’insécurité intérieure !

La France paye son tribut à la guerre qui fait couler le sang innocent de ses compatriotes. Elle considère qu’elle est le gendarme supplétif des USA au nom de la démocratie, modèle que nous nous croyons autorisés à imposer partout comme la solution pour tous les peuples quel que soit leur degré de développement, leur histoire ethnique et tribale. Nous y allons munis ou non des autorisations de l’ONU que nous suivons à notre gré comme en Libye. Notre hésitation à frapper en Syrie tient plus à nos problèmes militaires et surtout à notre position devenue ambigüe vis-à-vis de Bachar el-Assad que du souci de ne pas avoir le blanc-seing de l’ONU.

La France ne s’est jamais fait admirer pour ses incursions militaires en Afrique en particulier où nous sommes considérés d’abord comme des envahisseurs par une partie de la population que nous avons combattue puis comme des colonialistes invétérés par la population aidée. La grandeur de la France a été saluée et sa voix entendue quand elle mit fin à l’ère coloniale. Son attitude devenue menaçante ou interventionniste tous azimuts (Afghanistan, Libye, Mali, Centrafrique, Syrie, Iran, Ukraine, Irak), il a fallu qu’Obama nous retienne pour la Syrie, en fait une cible de haines qui s’accumulent dans une expansion rapide de l’Islam en Europe et particulièrement dans notre pays. 

Au moins quarante pays, dont la France, participent à la coalition anti-Daech menée par les États-Unis en Irak. Pourquoi donc l’organisation « Djound al khilafa » a-t-elle enlevé un ressortissant français et non celui d’un autre des pays membres de cette coalition ? En Irak nous entrons dans un conflit purement musulman sur une terre musulmane où des communautés s’affrontent pour des interprétations différentes du Coran et des sourates. Dans ce bouillon de culture, ce chaudron porté à ébullition, nous les croisés, nous nous faisons fort de résoudre un conflit ethnique et religieux par les armes. 

Penser qu’à terme on en sera reconnaissant à la France, c’est oublier plus de mille ans de guerres incessantes et croire que les croisés sont les bienvenus. Donner une appellation de civilisation de paix aux adeptes du Coran, c’est oublier qu’un peu plus d'un demi-siècle à peine, après la création de l’Islam par Mahomet par le glaive et le pillage, la conquête musulmane se déroulait en Espagne. C’est vouloir ne pas comprendre l’attitude ambigüe de la Turquie en oubliant que les Ottomans ont assiégé Vienne avant de repartir. La puissance pétrolière, donc financière, des pays du Golfe, de la Syrie et de l’Iran ont fait renaître des ambitions de domination du monde musulman avec un objectif de califat dont il faut déterminer s’il sera au Caire, à Bagdad, à la Mecque ou ailleurs. C’est ce même pétrole qui alimente l’EI ou Daesh. Désormais le nombre de plus en plus grand de musulmans dans le monde et la puissance du pétrole leur fait dire que l’objectif est le monde entier… comme l’ont fait les religions chrétiennes. 

Quand l’Espagne a conquis l’Amérique Centrale et une partie de celle du Sud, des populations ont été massacrées, le sang a coulé au nom de la religion de la Croix. Après des siècles de lutte en Espagne contre les musulmans, Grenade est tombée et l’aventure de Christophe Colomb sonnait alors comme une revanche de la religion chrétienne. Mais la Monarchie catholique espagnole ne s’est pas privée de conquérir Mexico par la force et de raser la ville. Il faut donc relativiser les massacres et les décapitations perpétrées par des musulmans fanatisés tirant d’humiliations successives leur force de revanche. 

La faiblesse de l’Islam tient au fait qu’aucune autorité n’a permis jusqu’à aujourd’hui de fournir une interprétation unique des textes fondateurs. Le califat est donc un rêve souvent éphémère qui cristallise les affrontements des différentes tendances particulièrement entre sunnites et chiites et entre toutes les sous-tendances comme le salafisme qui nourrit le djihadisme. Nous avons connu cela dans les guerres de religions en France qui l’ont considérablement affaibli en leur temps. La création de la Confédération Française du Culte Musulman, créée par Sarkozy, ne représente qu’un rassemblement de notables de différentes tendances. Il n’est que le résultat de tractations avec l’Algérie et le Maroc. On voit que même la définition d’une date de fête musulmane est l’objet de longues discussions. 

Nous sommes donc en Irak au cœur d’un conflit interne à la civilisation musulmane qui inclut tous les pays du Golfe, la Turquie, l’Égypte, l’Iran, la Jordanie, le Kurdistan sur une zone de guerre qui comprend le Liban, la Syrie, la Palestine, Israël et l’Irak. Au milieu de tout cela, les chrétiens d’Orient et les Yézidis, mouvement hétérodoxe de l'islam sunnite, et le problème des Kurdes qui veulent aussi leur état. Si le monde musulman ne prend pas à son compte le règlement par la négociation et l’étude théologique, ce conflit n’aura pas de fin autre que le chaos. Par contre le rassemblement du monde musulman contre toutes les autres civilisations dont l’occidentale créera toujours des alliances d’opportunité. 

Inutile de dire que régler un conflit aussi complexe ne peut l’être ni par la guerre ni par toute ingérence quelle qu’elle soit. On ne met pas un éléphant dans un magasin de porcelaine surtout quand le cornac n’a qu’envie de piller celui-ci. Par contre toutes nos interventions extérieures contre le « terrorisme » musulman, qui n’est que l’expression de la conquête par les armes, complémentaire de celle par le peuplement, nous ciblent comme le pays à terroriser compte tenu de notre relation avec la mort et nos valeurs qui ne sont pas les leur. Il en résulte que c’est sans doute de l’ordre de 1000 candidats français au djihad qui sont partis ou qui sont prêts à agir, et dont on peut penser que le terrain de notre pays leur est aussi dévolu puisqu’ils en font partie. 

Les manifestations orchestrées d'horreur et de protestation sur le ton "eux c'est pas nous" en France par le CFCM sonnent faux et n’ont pour but que d’éviter (j’allais dire retarder) une montée de racisme. Leur véritable action serait de réagir au sein de l’OCI, représentative de l’ensemble mondial de l’Islam, pour qu’une interprétation commune du Coran fasse réellement naître une civilisation de paix. Le résultat actuel est une montée de l’insécurité dans notre pays due à la décision de notre intervention en Irak. Nous lui opposons des mesures de sécurité qui vont vite apparaître comme dérisoires car ce pays est fier de montrer sa force à l’extérieur mais n’a plus la détermination nécessaire pour assurer la sécurité à ses ressortissants, sécurité qui est pourtant le premier devoir régalien de l’État… bien trop enclin à s’occuper de tout. 

La politique américaine a échoué partout dans la pacification 

Parce que leur objectif n’est que celui de l’hégémonie. 

En la suivant bêtement nous détruisons notre aura 

Et nous importons la guerre chez nous ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon