jeudi 25 septembre 2014

Créer le chaos pour sortir du chaos ?



L’intervention en Syrie n’est plus exclue. La seule question étant de savoir si l’on se passe de toute justification juridique comme les américains ou si on veut encore se donner l’apparence d’une nation respectueuse du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. L’alternative de la guerre en Syrie qui demanderait l’assentiment de Bachar al-Assad nous place dans la difficile position d’une nation qui veut en même temps la guerre contre lui et détruire une partie de ses ennemis car ils deviennent les nôtres. Passer outre laisserait entendre que nous sommes bien, aux yeux du monde, les supplétifs de l’hégémonie américaine et que si les avions américains en profitent pour détruire des positions ou forces du régime syrien, nous suivront puisque nous devions le faire si Obama n’avait pas reculé. 

Les États-Unis ne cessent de se créer des ennemis pour justifier leurs interventions militaires et l’implantation de bases militaires, d’experts en tous genres œuvrant dans le renseignement, la prise en main et la formation à l’émeute des oppositions aux régimes. Leur complexe militaro-industriel et financier y trouve son bénéfice dans l’industrie d’armement et la captation des richesses minières, pétrolières et gazières.  De plus il resserre l’étau autour des ennemis d’hier et d’aujourd’hui, la Russie, la Chine et l’Iran. Mais l’intérêt de la France à suivre cette politique où est-il ? 

L’intervention en Libye n’a évidemment pas créé une paix civile et démocratique, le chaos n’a jamais été tel sous Kadhafi et le pays d’une aisance économique retourne au Moyen-Age. Nous y avons gagné des ressources financières plus importantes pour nos pétroliers, cela en valait-il la peine ? Pour les américains oui puisque l’objectif est le chaos et de toute résistance des régimes forts qui n’ont pas fait allégeance comme l’Arabie Saoudite et plus généralement les pays du Golfe. De même nous n’avons pas d’intérêts vitaux au Mali qui n’est plus une colonie française. Nous avons un intérêt stratégique au Niger avec nos mines d’Uranium, cela ne nécessite pas d’aller au Mali. 

La raison donnée de la tombée du Mali entre les mains de terroristes islamiques pour justifier notre intervention est un mauvais calcul. Si tel avait été le cas, les terroristes seraient devenus des dirigeants devant assurer la survie économique de leur pays, disposant d’une armée et d’un territoire à défendre. Ils deviendraient alors moins dangereux que des terroristes éparpillés, insaisissables et jugeant du rapport de forces pour fuir ou attaquer. Une coalition internationale en serait vite venu à bout d’autant plus qu’ils auraient été loin de n’avoir que des amis à l’intérieur, ce qui est beaucoup moins le cas en Irak. 

Notre intervention en Irak sera longue et ne peut être victorieuse sans laisser un pays dans un chaos encore plus grand, une dispersion de tous ces combattants, en particulier en Europe. Il faut avoir en tête ce que savent nos services de renseignement. Près des 4/5 des combattants de l’EI sont originaires d’Europe et la France est le pays qui en fournit le plus. Les monarchies du Golfe s’effraient de voir la constitution d’un Etat qui veut en revenir aux préceptes de base du Coran. Ils jugent que les sunnites et les chiites s’en sont écartés, sont plus ou moins corrompus par l’argent et qu’ils dérivent comme notre civilisation occidentale dont ils ne reconnaissent pas les valeurs et doit être éliminée. 

Ce message porte car l’immigration musulmane de peuplement qui permet de faire disparaître une civilisation peut se heurter à une occidentalisation de cette immigration qui rendrait caduque cette arme. Il est donc impératif de relancer les préceptes de base d’un Islam conquérant créé dans les massacres et la guerre pour rendre les populations asservies à ceux-ci. Sans faire du racisme primaire on peut noter que les organisations musulmanes cirent officiellement haut et fort leur dégoût de l’assassinat de notre ressortissant en Algérie mais n’incitent pas à un soulèvement de tout le monde musulman pour éradiquer ce soi-disant cancer de leur religion. Leur premier but est de rassurer l’opinion et éviter de voir se développer le racisme contre leurs coreligionnaires. 


Il est difficile de croire que des milliers d’individus puissent être mobilisés seulement par les réseaux sociaux. Il y a donc un travail de la masse musulmane qui dépasse largement ce cadre. Il est sûr que tous les moyens sont employés dont certains de ceux qui propagent la foi musulmane. C’est donc contre l’ennemi de l’intérieur que notre civilisation doit agir. Oui, quoiqu’on nous en dise par peur d’être traités de racistes, il s’agit bien d’une guerre de civilisation. Contrairement à eux nous avons peur de la mort et des mots. Notre attitude jésuite amollit nos forces, les deux créent chez nous des réflexes de recul. Pour vaincre il faut avoir su se mettre dans la peau de l’adversaire et lutter avec ses armes, nous refusons de le faire. Il y a une seule certitude c’est qu’un musulman assimilé, c’est-à-dire qui admet la primauté des lois de la République, donc de la laïcité, ne sera pas candidat au djihad. Qui prône actuellement l’urgence d’un véritable combat pour l’assimilation ? 

Notre salut n’est pas dans les États-Unis qui ne feront que se servir de nous, il n’est pas non plus dans l’Europe impuissante politiquement, diplomatiquement et surtout militairement. Notre salut est en nous-mêmes et l’affaire de l’Irak est une affaire musulmane que les musulmans doivent gérer eux-mêmes. Le soutien aux représentants kurdes de la chrétienté ne nécessite pas ce type de guerre mais la reconnaissance ou non d’un État kurde. C’est un problème géopolitique beaucoup plus complexe où l’ONU aurait dû avoir le devoir de se pencher avant que des forces militaires, qui ne sont pas sans arrière-pensée, déversent leurs bombes qui tuent forcément aussi des innocents et amplifient le chaos qui se répand au Moyen-Orient et en Afrique. 

On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs 

Mais on ne casse pas des œufs pour… 

S’en barbouiller le visage ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon