mercredi 16 mars 2016

Quand Hollande perd, Poutine et Trump gagnent !



Depuis quatre ans, Hollande a laissé le pays s’écrouler un peu plus. C’est non seulement le chômage qui croît mais la pauvreté. Il n’est que de lire les commentaires du Secours populaire, du Secours Catholique, des Restos du Cœur, etc. pour ne pas l’ignorer. Il n’y a pas besoin de statistiques gouvernementales. Il y a de plus en plus de personnes qui fréquentent ces organisations humanitaires en France. Il suffit de comparer le nombre d’usines aujourd’hui et il y a quatre ans pour savoir que notre économie ne va pas bien, et que le relais des entreprises de services, n’assure pas notre indépendance économique. Notre balance commerciale est toujours largement déficitaire avec 50Mds€ qui partent du pays, et la réduction du déficit est obtenue principalement par la réduction des importations et non l’accroissement des exportations.

Hollande s’emploie à diviser le pays à propos de lois inutiles, liberticides ou peu efficaces par rapport au problème posé. On retrouve les turpitudes politiques qui ont tué la IIIème et la IVème république. La déchéance de nationalité des binationaux ne servira à rien, mais la prolongation de l’état d’urgence met le pays dans un risque d’évolution dangereuse, la justice perdant son rôle de contrepoids de l’exécutif. Le projet de loi Travail va un peu augmenter les marges de manœuvre des entreprises mais les perspectives de croissance européenne et mondiale sont en baisse et les commandes s’en ressentiront. Vouloir écoper un bateau qui prend l’eau avec une cuillère à café ne lui évitera pas de couler. Même avec « l’alignement des planètes » économiques et monétaires, le résultat n’est pas là. Seules une sortie de l’euro et une baisse importante des charges des entreprises françaises, au lieu des bricolages passés et actuels, sont de nature à redonner un gain substantiel de compétitivité. Hollande recule et lance plus de 2 milliards d’euros dans la négociation, argent non prévu au budget, pour calmer la grogne. L’augmentation du point d’indice des fonctionnaires, de plus de 1% probable, est-elle cohérente avec notre entrée en déflation de -0,2% en février et la politique d’austérité… ? 

Mais le plus grave est à nos portes si je puis dire. Il s’agit du flux migratoire, qui pour l’instant se bloque sur Calais et Dunkerque, mais pour lequel Hollande ne fait rien pour l’arrêter. Pendant ce temps il laisse, l’UE se défaire avec la fermeture des frontières des pays concernés, la Grèce succomber sous une véritable invasion de peuplement en passant de pays de transit à pays d’accueil. Pire il laisse Angela Merkel négocier avec la Turquie un accord léonin où l’on troque des illégaux entrés en Grèce, contre les mêmes renvoyés en Turquie, et rendus légalisés moyennant 6 milliards de l’UE, des entrées sans visas pour les Turcs et la prolongation des négociations pour l’entrée de la Turquie dans l’UE. La voix de la France est si inaudible que l’Allemagne négocie seule.

Nous sommes aussi transparents devant le Brexit possible, « Que le Royaume-Uni parte, s’il le veut ». Respecter la décision du peuple anglais n’est que la moindre des choses, mais quelles en sont les conséquences pour la France ? C’est cela que l’on veut entendre d’un Président, et non « Cela n’aura pas d’impact notable ». Le départ de la 5ème puissance mondiale de l’UE mérite mieux que cela, alors que notre sortie de l’euro est dite catastrophique. Nous sommes aussi très bons dans la cohérence de la politique énergétique où l’on maintient les subventions aux énergies renouvelables et où on prolonge de 10 ans la durée de vie des réacteurs nucléaires. 

Le pompon c’est aucun doute notre politique étrangère au Moyen-Orient. Entre la perte de dignité du pays des Droits de l’Homme avec une Légion d’Honneur pour du commerce avec le pire pays sur ce point, et notre attitude envers la Syrie et l’Iran finalement désavouée par les Etats-Unis, la France se ridiculise. Pire, en se proclamant le premier va-t’en guerre contre Daech et en combattant Bachar El-Assad, nous avons la guerre chez nous comme premier pays ennemi du djihadisme, et nous nous coupons de toute coopération syrienne pour lutter contre le terrorisme dans notre propre pays. Pendant ce temps, Poutine fait avancer les négociations de paix en Syrie après quelques mois de combat en appui et en accord avec les syriens alors que nous participons avec l’OTAN à une guerre là-bas depuis plus de quatre ans sans autorisation internationale de la porter en Syrie.

Ce simulacre de guerre, orchestré par les États-Unis, a libéré un flux migratoire sans précédent sur l’UE, orchestré par la Turquie et Daesh s’est aisément transporté avec l’aide américaine en Libye. Les différentes organisations terroristes en Afrique commencent à diriger leurs actions sur la France, ses ressortissants et ses intérêts économiques. Notre présence là-bas n’a rien réglé, mais pire nous allons devoir y mobiliser des troupes de plus en plus nombreuses, et nous appelons les réservistes alors que notre armée de terre marche déjà avec des bouts de ficelle. De plus en plus de généraux s’inquiètent de l’engagement de nos forces et de l’état de l’Armée. Comme Trump le dénonce pour les États-Unis, la France s’est déguisée en « gendarmette » néocolonialiste, dont le bon droit est garanti par les USA, et nous n’avons rien réussi, ni en Afghanistan, ni en Libye, ni en Irak, ni en Ukraine, ni en Syrie, ni en Afrique. France - États-Unis, même fiasco… mais pas pour ceux qui en profitent, les marchands d’armes et ceux qui reconstruisent là-bas tout ce que l’on s’acharne ensuite à re-détruire. Le complexe militaro-industriel, dénoncé par Eisenhower, n’a que faire des civils, des massacres, des viols, des décapitations et des drames des réfugiés, pour eux l’argent coule à flot. 

La honte devrait nous monter au visage dans nos petits problèmes dans lesquels nous enferme Hollande pour mieux masquer son incapacité et sa vassalité à un Système étranger, pour ne pas dire Cabale, auquel il doit son élection. Son successeur lui devra aussi sa prochaine élection s’il est toujours dans la pensée unique, celle de la vassalité et des compromissions, qui détruit notre pays à petit feu. La Nation, défigurée par le multiculturalisme, la perte de souveraineté et la mise en place des restrictions de liberté, n’attend plus qu’un sursaut du peuple avant de disparaître corps et biens dans un mondialisme qui ne respecte que l’argent. 

Dans un an la France choisira un nouveau chef 

Mais elle risque fort de perdre un an de plus

Et de gâcher encore un quinquennat ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon