samedi 5 mars 2016

L’UE fédéraliste et « bicivilisationnelle », mère de nos maux ! (1ère partie)



Depuis le début de cette chronique je me suis fait le porte-parole de Philippe De Villiers sur deux sujets que je considère comme essentiels, le poids de l’Union Européenne sur notre souveraineté et la dérive multiculturelle mais surtout « bicivilisationnelle » de notre pays. Depuis 57 ans et plus particulièrement depuis 1992, notre pays est entraîné dans un rêve européen et multiculturel qui est en train de le dévaster. Sous le double prétexte de la richesse de mixage culturel et de celui selon lequel l’union fait la force, la France s’est engagée dans un double carcan, celui d’une Europe fédéraliste, qui est tout sauf démocratique, et une immigration de peuplement qui fait la meilleure part à l’apport d’une civilisation que nos ancêtres n’ont cessé de combattre. Il n’est pas nécessaire de stigmatiser cette civilisation musulmane, puisqu’il faut appeler un chat un chat, pour prouver qu’elle est redoutable. C’est évidemment une civilisation qui a une valeur incontestable dans de nombreux domaines, littéraire et artistique entre autres, mais elle est expansionniste depuis sa création comme le révèle le Coran et les hadiths.

J’ai eu grand plaisir à visiter la Turquie, l’Egypte, le Maroc, la Tunisie. J’ai admiré les rues et les mosquées d’Istanbul,  les oasis et les plages du Maghreb et fait la connaissance de gens charmants. J’ai respecté le rythme de vie qu’impose le Coran à ces populations et apprécié certains côtés des valeurs qui les animent. Mais je n’en ai ramené aucun désir d’y adhérer en France, car j’ai compris que fondamentalement l’Islam est une religion d’État et qu’elle ne peut cohabiter sans heurt avec un État laïque comme l’ont clairement dit l’ancien roi du Maroc et le Général De Gaulle. L’arrivée récente d’une horde de musulmans sur l’Europe ne fait que nous montrer qu’elle apporte avec elle une autre civilisation que nous sommes incapables d’assimiler. Nous n’avons pas réussi l’assimilation des immigrés de cette population, au contraire de celle arrivant de l’Asie du Sud-Est, pour une raison fondamentale qui tient au nécessaire éloignement des préceptes de l’Islam pour y arriver. 

L’assimilation d’un petit nombre d’entre eux ne s’est pas fait sans qu’ils consentent des sacrifices familiaux en s’éloignant de leur famille pour la plupart. Ils sont relativement peu nombreux parce l’assimilation demande un abandon cultuel même si l’apport culturel peut être conservé. L’enfant musulman est, dès son entrée à l’école, pris dans un enseignement laïc qui se heurte de front avec les préceptes familiaux. Il vit forcément très mal cette dichotomie et cela d’autant plus que nous détruisons un à un nos repères civilisationnels avec les lois sociétales votées ou souhaitées, avortement, mariage pour tous, PMA, GPA, centres de consommation de drogues, etc. Elles sont considérées comme des avancées sociétales mais en décalage de plus en plus grand avec les préceptes musulmans.

Nous avons pris le problème de l’assimilation, déjà extrêmement difficile à résoudre, à l’envers. Nous pratiquons des accommodements aux principes de la laïcité sur l’apprentissage de l’arabe à l’école, la modification des programmes d’histoire, les tenues vestimentaires, la nourriture, les subventions accordées pour les mosquées, sous couvert de centre culturel intégré, les terrains cédés pour l’euro symbolique, etc. L’assimilation ne se fait pas à reculons mais en ne dérogeant en rien à nos lois, à nos valeurs, à nos us et coutumes. J’ai été frappé par l’indignation manifestée pour le traitement scandaleux infligé dans un abattoir, images largement médiatisées, et le peu de cas que l’on fait de l’abattage halal pratiqué dans de plus en plus de ceux-ci. J’ai connu cette levée de l’opinion pour faire tuer nos animaux à viande par percussion instantanée sur la tempe. Que préfèrerions-vous à tout prendre, mourir instantanément ou être égorgé et vidé de votre sang pour entraîner la mort ? 

On voit bien que, consciemment ou non, nous abandonnons nos principes de vie au nom d’une population qui réclame de plus en plus de pouvoir vivre selon sa religion et ses coutumes. En 16 ans nous avons accueilli et naturalisé environ 5 millions d’immigrés, et dans le même temps pratiqué 200.000 avortements. Parmi ces derniers il y a fort peu de musulmans tant cette religion met en avant la fécondité, comme le fut d’ailleurs la religion catholique il n’y a pas si longtemps. Lors de l’immigration polonaise dans les mines de charbon, les familles de dix enfants n’étaient pas rares. Désormais le couple français non musulman désire deux enfants, ce qui ne permet pas le renouvellement de génération. L’accroissement démographique est du fait de la population issue de l’immigration récente. J’ai montré qu’au rythme de 2014, donc non compte-tenu de l’accroissement du flux migratoire depuis 2015, la population musulmane représentera 9% de la population française fin 2016 au lieu de 3% fin 2005 ! On comprend que cet électorat est caressé dans la loi Travail. Mais en 2022, ce sera 27% et dans 20 ans, cette population sera majoritaire !

Il est donc clair que, comme le prévoit Poutine, la France sera musulmane et l’Europe probablement aussi. Il est tout aussi évident que l’UE ne fait rien pour éviter cette immigration de peuplement qui progresse non seulement par le nombre d’arrivées mais beaucoup plus encore par la fécondité des femmes encouragée par la religion. L’Allemagne, qui n’a certes pas mené un politique familiale incitatrice, est déjà devant un problème grave de démographie qu’elle entend résoudre par une immigration contrôlée… qu’elle ne maîtrise déjà plus. Certains pays viennent de comprendre le danger comme la Pologne qui dit n’accueillir personne et les pays comme la Macédoine qui ferment leurs frontières. Malheureusement c’est sans doute trop tard, d’autant plus que le flux est contrôlé par la Turquie avec le blanc-seing des USA, car cela fait partie de l’application de la théorie du chaos destinée à rendre l’Europe vulnérable par suite d’un melting-pot engendrant des troubles sociaux paralysants.

C’est pourquoi la reprise de la souveraineté des États est une urgence vitale, car le temps nous est compté. Les démographes savent qu’au-delà d’une population musulmane de 15%, dans cinq ans pour nous, les revendications de cette population deviennent pratiquement incontournables, d’autant plus que les français musulmans auront pris alors des postes politiques influents, comme nous commençons à le voir. Un parti musulman existe en Belgique qui est un véritable laboratoire de ce qui nous attend. Au moment où la Turquie nous envoie ses migrants, il serait bon de se souvenir des paroles d’Erdogan : « Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats » (1998). Le message est clair, mais il y a bien d’autres raisons de quitter l’UE, nous en parlerons dans le prochain article. 

S’il n’y avait qu’une seule raison de quitter l’UE 

L’immigration de peuplement suffirait

Car il en va tout simplement 

De notre identité française

Crée par nos ancêtres ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussilon