mardi 22 mars 2016

« 2015 a été difficile, je crains que 2016 ne soit terrible »



 Selon l’Agence France-Presse, cette phrase a été prononcée de façon anonyme par un responsable français de la lutte antiterroriste. Il a ajouté en parlant des propos des terroristes : « Nous sommes toujours là, vous ne pourrez pas nous arrêter. » « En France, mais aussi en Europe, il y a du souci à se faire » ajoute-t-il. « Nous allons subir une vague de terrorisme très puissante, qu’on ne pourra enrayer que partiellement. On attrapera certaines équipes, il n’y a jamais eu autant d’arrestations, mais on ne pourra pas les avoir tous. C’est impossible. Nous sommes submergés. » «Des Molenbeek, il y en a partout en France». Selon le New-York Times, 90 kamikazes seraient arrivés en Europe avec Abdelhamid Abaaoud profitant de la crise des migrants. 



Pourquoi est-on arrivé là ? Ceci était-il prévisible ? 

Oui cela était prévisible depuis notre intervention en Libye où nous avons tué un dictateur qui tenait fermement son pays et faisait barrage à l’invasion sunnite, propulsée par l’Arabie Saoudite avec le blanc-seing de l’Empire américain et des États associés. On nous a vendu une action humanitaire dont on se rend compte maintenant qu’il n’y avait aucune urgence à intervenir et que Kadhafi était un barrage indispensable contre l’émigration africaine. Nous avons mis alors la guerre en terre musulmane, où les guerres religieuses étaient en cours depuis celle Irak-Iran. Nous avons fédéré les musulmans contre les occidentaux après avoir mis le chaos en Libye, chaos qui a permis de répandre l’arsenal militaire dans tous les groupes terroristes qui œuvrent aujourd’hui au Moyen-Orient et la plus grande partie de l’Afrique. Mais nous avons persisté dans cette politique suicidaire en allant provoquer le monde musulman au Moyen-Orient en s’immisçant dans un conflit syrien qui n’était pas le nôtre. On sait que l’Arabie Saoudite a soufflé sur le feu de revendications politiques syriennes qui auraient pu se traiter en interne dans un régime autoritaire, certes, mais laïc dans son fonctionnement. Les représentants des minorités chrétiennes en ont apporté témoignage. 

Le chaos en Libye qui avait alimenté une migration importante d’une partie de l’Afrique vers l’Italie, s’est répandu au Moyen-Orient avec les mêmes effets amplifiés par une Turquie qui mène un double jeu avec deux objectifs, les kurdes et secondairement le régime syrien. L’alliance de l’OTAN, avec l’Arabie Saoudite et Israël, a créé, formé, armé et financé une armée de mercenaires et de fanatiques, confiée à d’anciens généraux de Saddam Hussein. Ainsi est né Daech qui s’est proclamé Etat Islamique après de rapides victoires territoriales. Fort de trésors de guerre et, tirant parti des puits de pétrole conquis avec la complicité de la Turquie, l’EI a massacré tant et plus les minorités en semant la terreur. Il a poussé les populations irakiennes, syriennes et aussi afghanes, à fuir vers la Jordanie, le Liban mais surtout la Turquie qui les a accueillis à bras ouverts jusqu’à aujourd’hui. Tout se passait comme prévu par l’Empire dont le but était la conquête de la Syrie, où tout au moins de ses richesses pétrolières, de son passage obligé pour le gazoduc des Etats du golfe vers l’Europe, de la rupture de l’axe Russie-Syrie-Iran et de la constitution d’un grand Israël. La maîtrise du territoire syrien permettait aussi de rendre impossible le passage d’un gazoduc reliant l’Iran à l’Europe.

La Syrie se vidait de ses habitants et un flot de réfugiés grossissait à vue d’œil dans les camps et sur les routes jusqu’à l’arrivée des russes fin septembre 2015. En quatre mois l’armée syrienne a reconquis la partie la plus peuplée, car la chute d’Alep est imminente ainsi que celle de Palmyre puis de Raqqa. Les commanditaires de l’EI lui ont déjà permis de s’implanter solidement en Libye pour une nouvelle phase de déstabilisation sur l’Afrique. Il manquait une dernière opération à faire, l’invasion de peuplement de l’Europe et l’introduction du chaos. L’Allemagne et la Turquie s’en sont fait les acteurs, l’Allemagne en appelant officiellement les migrants, la Turquie en laissant partir les migrants et en s’en servant comme marché pour son profit. 

Le flux migratoire, que l’Europe subit, a deux objectifs, le chaos par le terrorisme et le peuplement d’une civilisation différente qui doit finir de créer une société multiculturelle sans identité réelle, déstabilisée par des conflits internes, donc malléable. Dans celle-ci les États-Unis peuvent alors implanter leur armée (c’est en cours) pour créer un glacis face à la Russie, et imposer les directives, normes, etc. qui favorisent son commerce. Ce que les Bruxellois subissent après les Parisiens était prévisible et même écrit par ceux qui mènent le monde. L’Europe ne se relèvera pas de l’action en cours, elle va être profondément déstabilisée. Certains pays font déjà de la résistance, mais face au rouleau compresseur poussé vers l’Europe, il leur faudra choisir un autre camp pour résister. Ils n’en auront pas d’autre que la Russie avec le risque de servir d’allume-feu d’une guerre plus globale.

La France a joué le plus mauvais rôle possible en servant l’Empire et en sanctionnant la Russie. Elle va prendre de plein fouet les conséquences. Nos dirigeants ont fait preuve de la plus grande servilité et de la plus grande culpabilité devant le peuple. Le crédo du multiculturalisme, surtout bi-civilisationnel, l’abandon de notre souveraineté à un mondialisme sans frontière, l’enfumage programmé du peuple avec le catastrophisme d’une sortie de l’UE ou de l’euro, ont fait sauter tous les garde-fous de ce pays ouvert aux quatre vents de la guerre et de l’envahissement. Honte à nous d’avoir mis de tels dirigeants à la tête de notre pays ! Nous sommes dans la tenaille des puissances de l’argent qui ne craignent que la révolte des peuples, tant les dirigeants sont déjà sous contrôle. Il faut donc nous encadrer dans des lois de plus en plus liberticides et la présence renforcée de forces de police et militaires. Le terrorisme permet de le faire et de masquer le véritable but de maîtrise de la révolte populaire. C’est en cours en France, en Belgique, au Royaume-Uni, etc. 

Nous allons entrer dans le dernier acte qui va être la submersion par l’émigration de l’Afrique, car la stabilisation de la Syrie, grâce à l’action des russes, reporte la création voulue du chaos vers ce continent à forte natalité et pauvreté importante. La Tunisie bascule, l’Algérie est attaquée. Le roi, d’un Maroc encore épargné, s’assure le soutien de Moscou. Le reste de l’Afrique est déjà gangrené et nous n’y avons rien fait de bon, même au Mali. 2.000 migrants sont arrivés en Italie en 24 heures. Si le peuple doit se révolter, c’est maintenant. Demain il sera trop tard… tout le reste n’est que la déchéance d’un pouvoir politique pourri auquel nous devons appliquer la déchéance pour haute trahison. Il faut sortir de l’UE et de l’euro avant la débâcle ! 

Nous allons pleurer nos morts aujourd’hui et demain

 Ces générations qui n’ont pas connu la guerre

Vont découvrir qu’elle sera impitoyable 

Et que la résistance ne se fait pas

Dans l’angélisme mais 

Dans la douleur ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon