mercredi 9 mars 2016

L’UE fédéraliste et « bi-civilisationnelle », mère de nos maux ! (4ème partie)



On ne peut dissocier l’orientation de l’Union Européenne de celle dont est imprégné l’Empire américain, celle du NOM, le Nouvel Ordre Mondial. Même si ceux qui s’expriment sur ce sujet n’y mettent pas forcément le même sens, tous les politiques de la pensée unique, appelés aux plus hautes fonctions, en sont imprégnés. Il y a longtemps que j’ai alerté sur ce sujet de géopolitique à portée mondiale. Certains, plus informés que d’autres, n’en avaient gardé que le côté cabalistique et sulfureux et l’avait rangé dans le classeur des mythes et des légendes. Parler de ce sujet vous faisait regarder alors comme un illuminé, ce qui allait très bien avec l’appellation des grands maîtres de cette « philosophie » dits « Illuminati ». Ce courant mondialiste traverse pourtant tous les courants de pensée, celui du monde judéo-chrétien, franc-maçonnique et celui des grandes puissances financières. J’ai été personnellement frappé par le baisemain fait aux Etats-Unis par notre pape François à ces représentants de la puissance financière mondialiste, contrairement à tout respect dû au représentant de Dieu. Le pape baise le pied des pauvres, se prosterne devant Dieu mais pas devant la finance, sauf si… Je vous propose de consacrer dix minutes à cette vidéo :
 
Ceci peut en choquer certains mais il faut regarder les choses en face, il y a une volonté de refaire un nouveau monde et les représentants du NOM, quel que soit l’obédience, font tout pour cela. François Fillon a avoué que les pouvoirs se trouvaient chez les Bilderberg, cette organisation semi-secrète rassemblant tous ceux pouvant avoir un impact sur les destinées du monde, vitrine opaque du NOM avec la Trilatérale et le « Council of Foreign Relations » ou CFR. On ne devient plus Président d’un Etat occidental de premier plan sans que le NOM adoube le ou les prétendants, ou tout au moins seule une volonté affirmée des peuples peut en décider autrement tant que la démocratie est encore en vie. C’est pourquoi il faut inhiber toute résistance par l’asservissement et éteindre doucement d’abord, puis plus violemment, la démocratie pour la remplacer par la ploutocratie, ce régime oligarchique qui a pour particularité de sélectionner un petit groupe de décideurs formant une classe dominante, sur le seul critère de leur richesse. 

Pour en revenir à l’UE, on sait désormais de façon claire que l’UE est l’instrument de l’Empire, poussée par lui depuis sa création. Nous assistons avec la loi Travail et l’acceptation du flux migratoire de gré ou de force à deux des objectifs du NOM, l’asservissement de l’homme au travail donc la servitude et au métissage pour la création d’un être unique sans racine, sans identité, progressivement robotisé et à religion unique, celle qui lui est insidieusement imposée, celle de la consommation comme objectif de vie. Vous n’avez peut-être pas fait assez attention à ce que comportaient certains discours, écoutez :

Le projet d’un Etat-providence européen a échoué depuis longtemps, il survit encore à l’échelon national mais de plus en plus péniblement. La dimension sociale européenne est restée un vœu pieux ou plutôt un attrape-nigaud. De même la démocratie est bafouée en permanence, par le non-respect du vote des peuples, comme pour la Constitution européenne recopiée dans le Traité de Lisbonne, par l’extension sans consultation des peuples de 12 à 28 pays, par la mise à contribution des déposants pour le sauvetage des banques en faillite, etc. Que dire aussi du non-respect de ses attributions par la BCE, dont le rôle devait être limité à la surveillance de l’inflation, qui sauve les banques en achetant des obligations pourries et intervient politiquement en Grèce ? Que dire de la Cour de Justice européenne qui s’immisce dans le jeu démocratique et, en imposant une interprétation extensive des traités, surveille le droit à la concurrence en interdisant les aides d’État ? 

Nos représentants politiques n’ont jamais cessé de nous vendre le multiculturalisme, le métissage comme notre avenir incontournable et l’austérité a été imposée par l’Allemagne. Ce métissage accéléré, et cette dévaluation interne par diminution des salaires que propose la loi Travail qui cache mal son « travailler plus pour gagner moins », vont dans le sens de la primauté donnée aux grands lobbies au détriment de la masse salariale. Plus de monde sur le marché du travail, plus de liberté donnée dans les horaires de travail, l’embauche et le licenciement, se traduit immanquablement par une baisse du prix payé pour l’heure travaillée et de la sécurité de l’emploi. On n’échappe pas à la loi de l’offre et de la demande sur le marché du travail. Voilà ce que l’UE nous propose, perte de démocratie, servilité de l’homme au travail, métissage, ponction de l’épargne si besoin. Sur ce dernier point on constate que l’austérité ne concerne que l’Etat français à la marge, c’est au monde du travail qu’on l’applique prioritairement. L’Etat se sert en imposant durement la classe moyenne, les artisans, les professions libérales, les petites et moyennes entreprises. Il livre les agriculteurs à la concurrence européenne que la petite et moyenne agriculture ne peuvent soutenir.

L’UE est un carcan, un collier muni de pointes, qui déchire les peuples à petit feu et les relie sous le harnais. Le petite agriculture de proximité peut nourrir notre pays sans le besoin des engrais et pesticides de Monsanto qui finissent par tuer nos terres et la rende dépendante d’un instrument du mondialisme. La France des trente glorieuses était admirée et enviée par le monde. En quoi l’UE l’a-t-elle fait renaître ? Elle n’a perdu que du poids dans le monde, son siège à l’ONU n’est plus que le strapontin sur lequel déborde les fesses de l’Empire, et son armée n’est plus en charge de la Défense nationale mais une supplétive de l’ambition d’une Cabale qui veut mettre le monde à sa botte. Les yeux s’ouvrent lentement mais ils s’ouvrent dans le Monde sous la plume de Wolfgang Streeck : 

“Si, pour toute réponse, la gauche persiste à accabler de son mépris culturel ses anciens électeurs, l’« Europe », au lieu de se refonder de façon relativement ordonnée, se décomposera chaotiquement par suite de la stagnation économique et d’une immigration illimitée. Une hypothèse rendue plausible par la rigidité des élites européennes, qui est en fait de la lâcheté.” 

Tout est à reconstruire à partir des peuples et seulement avec eux, car eux-seuls savent où est leur intérêt. Ils savent mieux que leurs dirigeants que la guerre tue d’abord des innocents et parmi eux. Les peuples ne veulent pas la guerre, on les y pousse. Plus la démocratie recule, plus la guerre s’immisce et plus l’argent mène le monde pour le seul profit des plus puissants. 

L’UE viole en permanence l’autodétermination nationale

Ce n’est plus une espérance, c’est un cancer, 

Une pompe aspirante du travail

Et du bonheur des peuples ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon