lundi 9 novembre 2015

L’afflux migratoire soudain… orchestré par qui ?




3 millions de personnes ont été déplacées sur le Liban et la Jordanie d’après l’ONU qui leur fournit des aides financières. 770.000 ont émigré par la mer et 3440 sont mortes en 2015. Parmi les personnes qui interviennent sur les flux migratoires au sein de l’ONU, le plus éminent d’entre eux se nomme Peter Sutherland. Cet homme n’est pas n’importe qui. Il a été directeur-général de l’Organisation Mondiale du Commerce, Commissaire Européen à la Concurrence,  directeur de Goldman Sachs international [la grande banque juive new-yorkaise dont est également issu Mario Draghi, le directeur de la Banque Centrale Européenne]. Il est également conseiller financier du Vatican, ce qui explique sa proximité avec le Pape actuel sur la question de l’immigration. Plus encore, il est membre de la direction du Groupe Bilderberg et directeur de la Commission Trilatérale. Deux groupes globalistes qui déterminent la politique secrète de l’oligarchie atlantique. Mais de plus, en qualité de Conseiller Spécial auprès du Secrétaire-Général de l’ONU pour les Migrations Internationales, c’est lui qui articule les intérêts de la finance internationale, donc des fonds de retraites allemands, qui sont intégrés dans le système bancaire européen, et son agenda migratoire global qu’il engage l’ONU à promouvoir. 

Dans une interview récente disponible sur le site de l’ONU, ce financier explique : “Si vous prenez l’Allemagne comme exemple, l’Allemagne a le plus faible taux de naissance du monde. Ce plus faible taux de naissance nécessite d’accueillir plus d’un million de migrants par an sur les 30 prochaines années pour maintenir une situation où le nombre de retraités est équivalent à celui des actifs de 30 ans”. Il ajoute : “Mais je pense qu’il y a là un motif économique qui est tout aussi évident dans d’autres endroits d’Europe, particulièrement en Espagne, en Italie, au Portugal, par exemple, où il y aura de gros problèmes dans le futur s’il n’y a pas d’immigration“. Il conclut : “Je demanderai aux gouvernements de coopérer, de reconnaître que la souveraineté est une illusion, que la souveraineté est une illusion absolue que nous devons mettre derrière nous. Les jours où nous nous cachions derrière des frontières et des barrières a disparu depuis longtemps.

On ne peut être plus clair, le flux migratoire est orchestré. Sauf que certains mettent un malin plaisir à contrecarrer les plans de l’ONU. Viktor Orban ferme précisément la frontière hongroise avec une barrière de sécurité, mettant un terme à l’invasion migratoire et renversant l’agenda de Peter Sutherland et des puissances transnationales activement engagées dans la réalisation de leur projet : l’abolition de toute souveraineté politique des peuples, à leur profit. Le président tchèque Miloš Zeman a qualifié la crise migratoire “d’invasion organisée” et annoncé l’inévitable déploiement de l’armée tchèque aux frontières du pays. A ceci pour être plus clair, le milliardaire George Soros réplique : “Son plan fait de la protection des frontières nationales l’objectif et des migrants l’obstacle. Notre plan fait de la protection des migrants notre objectif et des frontières nationales l’obstacle”. 

Mais pourquoi ce flux migratoire enfle brutalement et pour quelle raison veut-on déstabiliser les nations européennes ? La réponse sur l’augmentation du flux est malheureusement simple. L'ONU, qui encadre actuellement les camps du Liban et de Jordanie où vivent près de 3 millions de personnes déplacées, a cessé de fournir les aides financières directes aux populations. Délivrant jusqu'à présent 150 dollars par mois et par personne, il a réduit son aide à 13 dollars de l'ONU. Cet arrêt brutal a déclenché le départ des habitants des camps de réfugiés et on les a incités à rejoindre l'Europe. La raison de cette action tient à deux constats. Le premier est le fait que nous détenons en Europe 29 pour cent des richesses mondiales. La signature du TAFTA est le signe de l’attirance que nous représentons pour les puissances économiques et financières de la Cabale. Le principal obstacle à une mainmise totale n’est pas Bruxelles, largement corrompue par les lobbies, mais les relents de souveraineté nationale qu’il faut définitivement effacer. Le second constat est que le temps presse.

C’est là que la personnalité de Peter Sutherland devient intéressante car il articule les intérêts de la finance internationale, et donc des fonds de retraites allemands qui sont intégrés dans le système bancaire européen et son agenda migratoire global qu’il engage l’ONU à promouvoir. Or le système financier européen bat de l’aile et les gouvernements sont surendettés. La politique de taux zéro mise en œuvre par la BCE afin de couvrir les banques et les Etats en faillite détruit très rapidement les fonds de retraite, notamment allemands, qui doivent, pour ne pas faire faillite et entraîner le secteur financier avec eux, disposer d’un fort taux de profit annuel d’au moins 8% ou plus. Or, ceux-ci ont été contraints d’acheter massivement des dettes souveraines européennes des 19 états de la zone euro. Les fonds de retraite vont vers la faillite et la chute de l’un entraîne mécaniquement la chute de l’autre. 

Les hommes politiques, les hauts-fonctionnaires et les banquiers sont terrorisés. Il faut à tout prix éviter l’effondrement des états et les puissants troubles sociaux qui y sont liés avec, bien sûr, leur propre inévitable chute. Il leur faut reprendre la main et étendre le pouvoir de l’Europe sur les nations. La politique d’immigration massive est donc actuellement mise en œuvre par la banque juive américaine Goldman Sachs (parmi d’autres), les lobbys de la gouvernance mondiale comme la Trilatérale ou le Groupe Bilderberg, afin d’éviter que cette crise structurelle des dettes souveraines comme des fonds de pensions ne fasse  imploser le secteur financier européen et, à terme, américain. L’apport de main-d’œuvre fraîche en Allemagne, la mainmise de l’ONU pour le compte de la Cabale qui permet de mettre tout le monde au pas, sont devenus une nécessité. Elle ne s’embarrasse pas de l’arrivée massive et brutale d’une autre civilisation puisque ceci fait partie d’un chaos voulu avec l’argument « qu’est-ce que 3 millions d’immigrés par rapport à 500 millions d’habitants ! ».

Le problème est que ces immigrés sont jeunes pour la plupart et que s’ils ne trouvent pas de travail ils seront pour longtemps une charge pour les Etats. De plus le regroupement familial des ascendants et descendants risque de multiplier le nombre par 4 ou 5 au moins. De plus un pays comme la France sera le refuge de ceux qui ne trouveront pas de travail car elle offre les meilleures conditions de vie pour les sans-emploi. La France dans tout cela a l’attitude servile habituelle. Consciente que la France n’attire pas dans un premier temps, elle offre une faible part de quotas qui ne peut troubler l’ordre public pour aider l’Allemagne à imposer cette politique. Par ailleurs elle ne prête aucune aide aux pays en difficulté comme la Grèce, la Hongrie, la Serbie. Elle se prêt par contre à aider la Turquie qui a subitement fait valoir qu’elle devait être aider au moment où elle pousse ses immigrés vers la Grèce. La France est donc le suppôt servile de la Cabale en prônant les gestes humanitaires de Peter Sutherland dont on connaît les motivations réelles ! 

Le bon peuple, sensible à la détresse humaine,

Est encore le jouet de puissants scélérats 

Qui se fichent de l’humanité.

Seul l’argent compte ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon