samedi 14 novembre 2015

Hollande coupable de l’horreur prévisible !



Nous sommes en guerre avait dit Valls, mais quelle guerre ? Contre Daech ? Non une guerre dont nous avons concocté l’éclosion en provocateur néo-colonialiste que nous sommes, envoyant nos troupes sur une multitude de théâtres d’opérations sans jamais parvenir à y construire une véritable paix. La guerre à laquelle nous sommes désormais confrontés est une guerre civile qui ne veut pas avouer son nom. Il ne fait pas de doute que les attentats d’hier sont perpétrés ou aidés par des résidents français, mais peu importe qu’ils aient ou non notre nationalité, qu’ils soient clandestins ou non, ou bien qu’ils soient entrés dans le flux migratoire submergeant l’Europe. Nous avons attaqué l’Islam, l’Islam historique, celui du prophète, riposte par la Maison de la Guerre, le "Dâr al-harb", indissociable de la Maison de la Paix, le "Dâr al-islâm" dans laquelle se meuvent la plus grande partie des musulmans… en temps de paix. L’EI ne fait qu’en revenir aux sources de l’Islam, à sa volonté de soumettre le monde entier à accepter l’Islam, soit en l’adoptant soit en acceptant le rôle de dhimmis, une position inférieure socialement et soumise à une dîme qui permet au dhimmi de survivre. L’Islam se répand partout et, sur l’image jointe, Charkaoui est le porte-parole de l’EI au Canada. 

Il n’y a pas d’Islam modéré et d’Islam radical, il y a l’Islam et tout pratiquant doit accepter toutes les sourates de la charia, celles qui parlent de la paix comme celles de la guerre. Tant que le musulman vit dans un environnement qui respecte la primauté des lois musulmanes, il se comporte comme un modéré mais lorsque celui-ci ne lui convient plus, il est incité à être un combattant de l’Islam. Ce serait le cas en France si nous fermions toutes les mosquées… Les musulmans font partie de l’oumma qui traverse toutes les divergences idéologiques pour les réunir contre tout ennemi commun ou considéré comme tel. Les responsables religieux de l’Islam modéré, celui que nous avons osé nommer « l’Islam de France », pratiquent un double jeu et se gardent bien de mener une campagne médiatique tous azimuts pour combattre toute tentative d’entrer dans le Dâr al-Harb, donc le djihadisme sous forme directe ou indirecte. Quelques déclarations, pour affirmer qu’il ne faut pas mettre tous les musulmans dans le même sac, suffisent. 

C’est faute de ne pas prendre en compte ces évidences que notre pays s’enfonce dans la guerre civile et que l’immigration de peuplement poussera le peuple de ceux qui veulent garder leurs valeurs ancestrales devront combattre, mourir ou être asservis. La Cabale du Nouvel Ordre Mondial se sert de cette guerre de religions pour dominer aussi le monde et nous sommes les serviteurs de cette pensée stratégique. Sarkozy s’est vendu aux américains et aux israéliens avec BHL pour le résultat que l’on sait en Libye. Hollande a continué et a redoré son blason par des petites guerres en particulier en Afrique sans rien résoudre mais en dispersant nos forces sans soutien réel européen mais avec le blanc-seing américain. Tous ces conflits nous ont confronté à l’Islam aux composantes diverses. Pire nous sommes intervenus dans ce qui n’était au début qu’une guerre « civile » entre deux orientations de l’Islam, le sunnisme et le chiisme. Quand on se mêle dans un combat qui ne nous concerne pas, on se crée au moins un ennemi. Or nous avons réussi ce tour de force de nous faire détester des chiites et de voir l’EI sunnite faire la guerre en France.

Quand on sait que l’EI est né grâce aux américains qui continuent à entretenir leur présence en Irak et en Syrie tout en les combattant, on comprend que nous nous faisons leurs serviteurs d’un double jeu destiné à prendre le contrôle de la Syrie, de la découper au mieux de leurs intérêts, et de ceux de la Turquie et d’Israël. Pire nous nous somme accoquinés avec l’Arabie Saoudite et le Qatar. Ces derniers aident tous les mouvements rebelles, comme ils l’ont fait en Libye et comme ils le font au Yémen. Ils mettent leur argent dans les mosquées en France et dans les banlieues où ils peuvent enseigner aux jeunes… « la bonne parole » sous le couvert s’associations diverses culturelles et sportives que nous subventionnons par ailleurs. Enfin nous nous sommes faits les complices de la subversion menée par les Etats-Unis et Israël en Ukraine. Nous avons validé le coup d’Etat et permis aux USA de prendre le contrôle de ce pays avec un suppôt à sa tête et un noyautage du gouvernement par des politiques affiliés ou ressortissants américains et une présence de l’OTAN. Nous avons aussi validé les sanctions contre la Russie et donc suivi pas à pas la stratégie américaine de déstabilisation du Moyen-Orient et le resserrement de la ceinture des USA autour de la Russie. 

Rejetant toute proposition russe d’association sur le terrain syrien pour combattre les forces sunnites, dans lesquelles les rebelles de la première heure ont disparu et sont tombés aux mains d’Al Qaïda et de l’EI, nous avons aidé celles-ci par le bais d’Al-Nostra propageant de fait notre aide vers l’EI. Notre action sur l’Irak et la Syrie, n’a pas fait reculer l’EI alors que celle des USA, bien plus importante, ne le faisait pas non plus car la volonté d’en finir avec Daech n’existait pas en fait. En froid avec la Russie nous nous trouvons face à eux avec une politique de double-jeu américain mais nous apparaissons, aux yeux de l’EI donc de nombreux musulmans de l’oumma, comme des ennemis d’autant plus vulnérables que nous somme minés de l’intérieur. Notre position ambiguë vis-à-vis du flux migratoire ne fait que donner des facilités à ceux qui veulent porter le désordre et la peur chez nous.

L’horreur des attentats de vendredi sur Paris, avec 128 morts recensés provisoirement et des centaines de blessés apparaît par la simultanéité des 6 endroits soumis aux fusillades en plein cœur de la ville, et montre que l’on entre dans une guerre civile alimentée de l’étranger de type professionnel. L’État d’urgence proclamé n’est pas de nature à empêcher de nouveaux attentats mais il donne des pouvoirs qui sont des atteintes aux libertés et qui ne font que traumatiser un peu plus la population. Nous n’aurions jamais dû jouer la mouche du coche contre l’Islam, celui du Dâr-al-harb. Mais maintenant il faut en finir avec l’EI. Il faut en finir avec le double jeu américain. Il faut renouer avec Poutine et Bachar el-Assad, et contraindre les américains à participer à une véritable coalition n’excluant aucun des partenaires qui prétendent lutter contre Daesh en excluant Israël qui vient perturber en permanence ce conflit en jouant sa propre carte avec l’aval des USA. Il n’y a pas d’autres solutions sinon de risquer l’échec dans une guerre interminable avec des milliers de morts en France pour rien ou de déclencher un conflit généralisé avec le nouveau bloc Russie-Chine. 

"La France a connu hier ce que nous vivons en Syrie depuis 5 ans", a lancé ce matin Bachar el-Assad cité par Europe 1. Il devient nécessaire d’envisager sérieusement la démission de Hollande dont la politique intérieure et extérieure s’avère désastreuse et le rend coupable de l’horreur prévisible. Il faut constituer un gouvernement provisoire de salut public excluant tout ceux qui ont failli depuis au moins deux gouvernements aux commandes de ce pays. 
 

La France est à un tournant où se joue son existence même en tant que nation

 Aux grandes plaies, les grands remèdes, et seul le peuple peut encore…

La sauver ! Aux armes citoyens ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon