samedi 7 novembre 2015

Le FN rentrerait-il dans le Système ?



Le FN commencerait-il à croire en ses chances pour la présidentielle de 2017 ? Plus exactement le Système commencerait-il à penser que la victoire du FN est possible ? Le virage de Mme Marine Le Pen peut le laisser penser. Son programme s’infléchit en abandonnant des symboles qui lui avaient attiré des votes populaires, en particulier sur les trente-cinq heures hebdomadaires et les 60 ans de cotisation pour la retraite pleine. Cela peut signifier qu’on ne peut espérer gagner au deuxième tour de la présidentielle si on ne se rallie pas la classe moyenne des décideurs et responsables de tout poil qui sont beaucoup plus sensibles aux chances de réussite d’un programme économique. C’est un jeu dangereux, car ce que l’on gagne d’un côté, on risque de le perdre de l’autre, voire plus. Ce calcul se baserait sur le fait que le FN considère pourvoir être au deuxième tour en tout état de cause, mais la réserve de voix se trouve plus vers le centre de l’Assemblée et en particulier chez les Républicains. Le Front de Gauche, de l’autre côté, s’avère un obstacle difficilement franchissable.

Mais on peut par contre s’étonner de l’évolution du FN sur l’UE et l’Euro. Si l’on comprend bien que la bronca politico-médiatique s’applique à développer le thème du catastrophisme de la sortie de l’euro, le FN avait marqué le paysage politique par son choix de cette sortie avec les souverainistes, souverainisme dont elle se pare lorsque l’on parle d’immigration. Cette évolution se complète d’une non-sortie de l’UE, ni même d’une non-dénonciation des traités, à part celui de Schengen remis en cause aussi par LR. Ce faisant le FN perd de ses spécificités et de nombreux électeurs risquent de revenir vers LR qui apparaîtra un parti offrant moins de risques de surprises désagréables. 

Mais il y a sans doute un autre signal beaucoup plus important qui discréditerait ce parti aux yeux des souverainistes, c’est la récupération du FN par la Cabale. Celle-ci ne peut laisser un pays comme la France sortir de ses griffes et tout leader qui veut ne pas risquer de se voir coupé des sources de financement et d’un soutien occulte doit respecter des règles intouchables. Il doit accepter l’UE, créée par les USA, et l’euro soutenu par les banquiers et les lobbies. Le FN, dont la victoire en 2017, s’avérait difficile au deuxième tour, serait un deuxième fer au feu de la Cabale mis sous condition d’évolution de son programme dans les rails du Système. En cas de victoire il n’aurait pas plus de marges de manœuvre que les partis de gouvernement précédents et nous conduirait bon an mal an au même résultat.

Ses positions sur l’UE, l’euro et l’OTAN sont à surveiller de près. Ce sont des marqueurs à droite qui sont révélateurs de la distance d’un parti avec la Cabale et qui pose même l’interrogation suivante : un parti, qui pose comme préalable de rompre le lien avec la Cabale, ce Nouvel Ordre Mondial, peut-il espérer acquérir le pouvoir ? Si le FN ne lui résiste pas, il ne pourra que soumettre le peuple aux diktats qui nous viendront des USA sur le plan de la politique étrangère, et de l’UE, et de la BCE pour l’économie et les finances. Nous n’échapperons pas à des guerres auprès des USA et à une austérité à l’allemande. Il va sans dire qu’il n’y aura pas plus de souverainisme que de beurre en broche. On peut même craindre que le détournement envers le PS de l’immigration musulmane naturalisée, dont Hollande avait bénéficié pour être élu, et son vote pour le FN incite aussi celui-ci à revoir sa politique de gestion de la communauté musulmane et de l’immigration.

Si telle se précise cette inflexion, seul un mouvement « dissident », au sens dissident du Nouvel Ordre Mondial, rassemblant des hommes neufs issus de la société civile s’appuyant sur des forces armées peut espérer bouter hors du pouvoir tous ceux qui vendent notre pays pour accéder et garder le pouvoir à des puissances qui n’ont rien à faire des peuples en dehors de leur capacité à produire de la richesse dont l’argent rentre dans leurs poches pour la plus grande partie. Des mouvements de plus en plus nombreux cherchent une nouvelle voie. Des rassemblements de ces petites entités se font jour. Philippe De Villiers, Eric Zemmour, Michel Onfray, Jean-Pierre Chevénement, déplacent la réflexion sur le plan des idées hors des partis politiques constitués. Une chose est sûre, le peuple ne pourra plus supporter d’être bafoué une nouvelle fois et il est le seul qui peut mettre dehors une classe politique qui a oublié qu’elle était à son service et non de ceux qui les manipulent par l’argent et le pouvoir. 

Il n’est pas de grand peuple qui élit des incapables et des scélérats. 

Il n’est pas de peuple digne et fier qui vende son pays

A la rapacité à des puissances occultes de l’argent ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon