lundi 13 février 2017

Nucléaire ou (et) énergies renouvelables ? (2ème partie)

La cible sur l’utilisation de l’énergie nucléaire pour la production d’électricité pointe sur les déchets radioactifs que produit la combustion de l’uranium dans les réacteurs. C’est une cible facile parce que certains déchets ont une durée de vie radioactive qui se compte en millions d’années. Or pour prouver que l’on a pu stocker ceux-ci sans dommage pour l’homme, il faudra attendre ce laps de temps. Les tenants de l’écologisme antinucléaire n’ont pas manqué de s’engouffrer dans ce créneau. Lorsque l’on parle des déchets nucléaires, on focalise immédiatement sur ceux issus des centrales nucléaires. Pourtant le problème est plus vaste et concerne l’ensemble des déchets radioactifs issus des hôpitaux, des laboratoires et de l’industrie. Les déchets en provenance des réacteurs représentent moins de 60% du total.

Il est d’abord primordial de dire que tous les éléments chimiques radioactifs voient leur radioactivité décroître dans le temps et ce temps est très différent suivant l’élément considéré. On a convenu de caractériser leur décroissance de radioactivité par leur durée de vie, temps au bout duquel ils ont perdu la moitié de leur radioactivité. Ces durées de vie peuvent varier du milliardième de seconde à des centaines de millions d’années selon l’élément considéré. Par exemple le Béryllium, très radioactif, a une durée de vie de 6,7x10-17 seconde soit 67 millionième de milliardième de seconde. Par contre celle du potassium 40, 1032 fois moins radioactif que le béryllium et présent dans notre corps, est de 1,248 milliard d’années. Le carbone 14, présent aussi dans notre corps et 10.000 fois plus radioactif que le potassium 40, a une durée de vie de seulement 5730 ans. Il est donc important, lorsque l’on parle de déchets radioactifs, de savoir de quels éléments radioactifs il s’agit et de considérer leur radioactivité et leur durée de vie. 

Après une année de fonctionnement d’un réacteur de 1000MWe, le combustible usé a une radioactivité de 1010 Sv soit 10 milliards de Sieverts (on convient que la dose entraînant la mort d’une personne irradiée sur 2 est de 5 Sv). N’allez pas en déduire que l’approche de ce combustible usé va tuer 10.000.000.000/5/2 soit 1 milliard de personnes ! il faudrait que ce milliard s’agglutine autour de ce combustible. On voit encore ici que dans ce domaine on peut dire beaucoup de bêtises et faire peur facilement. Un réacteur de 1000MWe produit chaque année 21 tonnes de combustible usé radioactif qui contiennent :
·        20 tonnes d’uranium à 0,9% dont 180kg d’uranium-235
·        200 kg de plutonium (dont 63% fissile)
·        21 kg d’actinides mineurs dont 10 kg de Neptunium, 10 kg d’américium, 1 kg de curium
·        760 kg de produits de fission dont 51kg d’éléments à vie longue (millions d’années).

On voit que hors uranium et plutonium, les déchets radioactifs non réutilisables de la combustion, se réduisent à 781 kg par an et par réacteur. En effet, contrairement aux États-Unis, la France a choisi de retraiter le combustible usé dans son usine de La Hague pour récupérer l’uranium à 0,9% et le plutonium pour les recycler dans les réacteurs. Par des processus complexes l’uranium et le plutonium sont séparés au maximum des autres produits de fission dont il ne restera qu’une part sur 10 millions ; 99,9% du plutonium est séparé des produits de fission. Le combustible Mox qui associe du plutonium à l’uranium permet de récupérer 15% de l’énergie radioactive du plutonium. L’uranium à 0,9% est ré-enrichi à 4% dans des centrifugeuses en Russie et réutilisé dans nos réacteurs. Le retraitement et le recyclage permettent de récupérer, sous forme d’uranium et de plutonium, 30% de l’énergie de départ. 

Ainsi l’uranium et 99% du plutonium, issus de la combustion, ne sont plus considérés comme des déchets. Il faut s’intéresser aux 780 kg/réacteur/an de produits radioactifs restants. En 2020 on estime que le stock français de déchets nucléaires contiendra 150 tonnes de plutonium (au lieu de 526 si l’on ne retraitait pas), 70 tonnes d’actinides mineurs, et 2000 tonnes de produits de fission. Ces chiffres peuvent faire peur et il faut les comparer aux autres déchets industriels et faire le tri dans les déchets nucléaires de ceux qui posent un réel danger. La France produit 1,2 kg de déchets radioactifs par an et par habitant qu’il faut comparer aux 100 kg de déchets industriels toxiques qui ne se désintègrent pas et dont la durée de vie est infinie. Sur ces 1,2 kg de déchets radioactifs, seul 2% constitue le danger principal. Il s’agit des déchets très radioactifs à vie courte et des déchets à vie longue provenant du cœur du réacteur. Ces déchets sont vitrifiés et c’est en fait 24 g par habitant et par an qu’il faut gérer pour une durée de 100.000 ans pour avoir la conscience tranquille.

Plusieurs axes de recherche sont en cours. Une séparation plus grande encore du plutonium, la transmutation des radioéléments à vie longue en d’autre éléments moins dangereux ou moins radioactifs, le stockage en profondeur. C’est ce dernier qui retient l’attention des écologistes antinucléaires. La loi prévoit la réalisation de laboratoires souterrains destinés à étudier les sites qui se sont portés candidats au stockage géologique. Un seul site est en construction à Bure dans l’Aude à 490 mètres de profondeur dans une couche d’argile de 130 mètres d’épaisseur et sous les nappes phréatiques. Ce laboratoire devrait recevoir l’autorisation de stocker en 2021 et accueillir les premiers colis radioactifs en 2030. Les colis seront acheminés par train arrivant dans une galerie souterraine. Empaquetés dans des cylindres d'acier, eux-mêmes recouverts tantôt de plomb, tantôt d'une couche d'un mètre de béton, ils seront rangés dans des couloirs ou des "alvéoles" longs de plusieurs kilomètres. 48.000m3, stockés en surface, attendent cet enfouissement de capacité de 80.000 m3 (soit un cube de 43m de côté). On prévoit qu’en 2140 ce site sera définitivement fermé pour l’éternité.


On peut évidemment mettre en doute la capacité de nos ingénieurs à résoudre ce problème de confinement des déchets radioactifs dangereux. Il me semble qu’en matière de sûreté, de protection contre la radioactivité, la science et la technique française ont fait leur preuve sur plus d’un demi-siècle. Rien ne permet de dire que l’on prend des risques inconsidérés mais à l’éternelle question « Pouvez-vous nous affirmer que cela ne présente aucun danger pendant 100.000 ans ? » la réponse est non et permet de continuer à dénigrer le nucléaire sans se préoccuper que des dangers plus graves dans l’industrie nous entourent avec une bien plus grande probabilité de se produire. La radioactivité ne se voit pas et c’est sans doute ce qui permet de fantasmer sur son danger et de surfer sur la peur que l’on ressent et cela d’autant plus que l’on est ignorant dans ce domaine.

Le prochain article reprendra les autres reproches que l’on fait au nucléaire avant de parler du choix des énergies renouvelables intermittentes en remplacement.

Le problème des déchets non radioactifs de toutes sortes dangereux ou non

Est d’une dimension sans commune mesure avec les déchets radioactifs.

C’est le faible volume de ceux-ci qui permet des solutions fiables. 

La préoccupation sur l’ensemble des produits toxiques

Devrait beaucoup plus nous mobiliser. 

En toutes choses il faut savoir…

Relativiser ou s’abêtir.

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon