mardi 7 février 2017

Macron… le cheval de Troie

Macron s’avère aujourd’hui l’homme qui progresse le plus dans les sondages et dans les « merdias », et il semble que l’argent ne soit pas un problème pour lui. Il se trouve que ce candidat, potentiel pour l’instant, se dit ni de gauche, ni de droite. Avec l’éviction de Valls, le terrain s’est dégagé à gauche mais le report de voix sur son nom sera freiné par le désir de revanche de Valls. Par contre à droite, la vieille rivalité de François Bayrou contre l’UMP devenue les Républicains lui assure un pont vers les électeurs de Juppé, mais elle bute sur un socle que constitue les partisans de Fillon qui fait lui-même barrage à Marine Le Pen. Quelle est la tactique électorale de Macron ? Macron a tout misé sur un feu d’artifice dès l’annonce officielle en Mars des candidats retenus pour la bataille présidentielle sans avoir écorné les 750.000 euros dont il disposera pleinement alors.

En attendant il fait marcher la pendule avec des discours de pure forme politique dans des salles où il fait désirer un programme qu’il réserve à la course finale. Il dispose pour cela de deux atouts maîtres, l’argent qui coule à flot et lui permet de louer les plus grandes salles, et les « merdias » qui remplissent le vide sidéral de ses propos par des interviews, des pages sur son épouse et sa carrière fulgurante pour ne pas dire éblouissante. La tâche des médias mainstream consiste à faire sa promotion mais aussi celle du FN de façon à dépouiller Fillon le plus possible de voix sur sa droite. On notera que Mélenchon et Hamon seront réduits à passer derrière. Mélenchon s’est fait d’ailleurs voler la vedette des médias à Lyon au profit de Marine Le Pen. Mais qu’en est-il de l’argent quand on sait que Macron a rendu visite aux banquiers à la City et à Wall Street ? Quels relais en France et pourquoi les médias le poussent-il en avant Marche ?

La pierre angulaire du financement de Macron est tenue par Patrick Drahi, polytechnicien et Grand Financier, d’origine juive marocaine. La presse hors Système nous apprend qu’il vit en Suisse et sa holding ALTICE est au Luxembourg. Depuis quelques années il intervient dans le domaine des télécommunications en France, avec le rachat de SFR à Vivendi notamment. Homme peu scrupuleux, surendetté, néanmoins à la tête d’une fortune de 14 milliards dit-on, il a racheté en France Next Radio propriétaire de BFM TV en 2015 à Weill. Et il a fusionné l’ensemble appelé ALTICE MEDIA avec le concours de Bernard Mourad, ancien Banquier d’affaires de MORGAN Stanley, qu’il vient de déléguer chez MACRON comme Conseiller spécial chargé du financement de sa campagne. Par ailleurs les  hebdomadaires l’EXPESS  et LIBERATION font partie de son Groupe ALTICE. Il n’a pas hésité à licencier des milliers de salariés chez SFR et à L’EXPRESS où son homme de confiance le journaliste Christophe BARBIER Directeur de la Rédaction a été attaqué par les syndicats et a démissionné de la Direction du journal dont il reste le porte-parole sur les chaînes de télé en faveur de MACRON. Les observateurs commencent à constater que BFM TV et l’EXPRESS  font campagne pour MACRON  avec un matraquage journalier en sa faveur !!! Avec Patrick Drahi Macron fait coup double, argent et médias.

Mais pourquoi cet intérêt de Drahi pour Macron en dehors du fait qu’il fait partie du monde de la Grande Finance internationale ? En réalité MACRON a rendu un service inestimable à DRAHI quand il était ministre de l’Economie et des Finances à Bercy. En 2014 DRAHI est en concurrence avec BOUYGUES TELECOM pour racheter SFR. Montebourg Ministre de l’Economie et des Finances avant d’être débarqué du gouvernement s’oppose au rachat de SFR par DRAHI estimant qu’il doit se mettre en règle fiscalement avec la France  alors que sa Holding ALTICE est au Luxembourg, qu’il vit en Suisse et qu’il a la nationalité israélienne. Dès son arrivée à Bercy le 28 octobre 2014 son successeur MACRON, nouveau ministre de l’Economie et des Finances, signe le décret en faveur de DRAHI l’autorisant à  racheter SFR et déboute BOUYGUES Télécom ! 

La campagne de MACRON est désormais soutenue puissamment par un Groupe  MEDIAS de télévision et journaux sans compter des ramifications avec l’institut de sondage dirigé par Jean Daniel LEVY, INTERACTIVE qui publie des sondages en connivence sur MACRON. Il est temps que le voile se déchire et se lève sur le candidat de la « modernité » qui abuse le bon peuple  en se faisant passer pour un candidat anti système !! On peut constater que l’offensive de la gauche contre lui, avec VALLS en tête,  s’est déclenchée fin janvier après la Primaire. Cela suffira-t-il quand la Grande Finance  internationale est « en marche » pour propulser MACRON à la Présidence de la République et obtenir ainsi au plus haut sommet de l’État un soutien Inconditionnel de la petite mascotte, son dévoué serviteur. Oui si le peuple ouvre les yeux comme l’a fait le peuple américain.

Macron a tout d’abord travaillé pour Sarkozy après être passé chez Rothschild. C’est depuis le départ un atout mis en marche pour l’avenir par les Maîtres du Monde, qui ont toujours plusieurs fers au feu de façon à choisir le meilleur le moment venu. Les Sarkozy, Juppé, Valls, pré-adoubés par le groupe Bilderberg, sont cramés. Il reste le couple Fillon-Macron… sur lequel l’un d’entre eux doit être mis à mort. Celle-ci se rapproche dangereusement pour l’instant de Fillon. Propulsé par Attali, rejoint par Minc et Juillet, le jeune Macron se voit imposé comme conseiller à Hollande à qui l’on confie le rôle de tuteur… probablement en promettant à ce dernier de lui laisser encore un quinquennat avant son jeune challenger. Malheureusement pour Hollande sa cote de popularité étant au plus bas et sa promesse de réduction du chômage mal partie, on lui a soufflé qu’il devait se retirer, étant entendu que s’il jouait encore le jeu de ses Maîtres, on s’occuperait de son avenir. Macron a été préalablement retiré du gouvernement pour jouer le remplaçant. L’affaire est donc préparée de longue date avec plusieurs scénarios possibles. 

La fusée présidentielle de Macron a été allumée à Davos où son ovation n’avait évidemment rien à voir avec la réussite politique et économique de l’impétrant, le Ministre des cars intercités et de la directive européenne sur le travail. Les Maîtres ont désormais les yeux rivés sur leur couple final Macron-Fillon, tous les deux prisonniers de la Grande Finance et destinés à exécuter leurs ordres. De toutes façons il n’y aura aucune différence de fond entre leur action, une fois élu Président. La machine à créer des richesses ne les verra que monter beaucoup plus vers le haut que vers le bas, à qui on servira la soupe populaire avec des sanglots dans la voix et des promesses de mettre fin à la précarité avec ce sens de l’équité du 1 pour toi et 99 pour nous. C’est cela le 1% des plus riches et des holdings qui ne cessent de grossir.

Donc le duel Fillon-Macron est en route et il est évident que le Penelopegate en fait partie. Des informations très crédibles circulent à ce sujet car à l'évidence Emmanuel MACRON, candidat à l'élection présidentielle qui n'a toujours pas clarifié son projet, m'apparaît en être le principal bénéficiaire ! Le scénario pourrait bien être le suivant d’après des informations divulguées. il faut noter que le « dossier » émanerait du Ministère des Finances et aurait été remis au Canard Enchaîné par Gaspard GANTZER, grand ami d’Emmanuel MACRON (même Promotion à l’ENA) auquel il doit son poste à l’Elysée. Entre amis, on se doit des services et des renvois d’ascenseurs. Le dossier aurait suivi le circuit suivant :

1) Thomas CAZENAVE (ENA, Promotion République, ex Directeur de Cabinet d’Emmanuel MACRON, et nouveau Secrétaire Général Adjoint de l’Elysée, en remplacement de Boris VALLAUD, mari de Najat VALLAUD-BELKACEM), a remis les documents à François HOLLANDE en guise d’allégeance au Souverain.

2) HOLLANDE a transmis ce « dossier » à GANTZER en lui disant simplement « Faites en bon usage »

3) GANTZER est un grand ami d’Emmanuel MACRON, ils sont de la même Promotion à l’ENA -Promotion SENGHOR. Il est également un proche de Dominique STRAUSS-KAHN.

4) Le Mardi 9 Janvier, Gaspard GANTZER a rencontré Michel GAILLARD, directeur de la Rédaction du Canard Enchaîné (et ami de longue date de François HOLLANDE) pour lui remettre les éléments. 

Impossible penserez-vous, non possible car on a vu pire pour l’élection de Donald Trump. Il ne s’agit que d’argent, pas de pédophilie. N’oublions pas que Hollande est toujours en mission pour ses Maîtres, c’est peut-être le dernier des travaux du petit Hercule avant des vacances dorées payées en quitus. Macron joue le rôle de l’antisystème en cheval de Troie lâché parmi les électeurs pour mieux capter leurs suffrages face à son adversaire Fillon qui a commis l’erreur de vouloir discuter avec Poutine et qu’on lâche à la vindicte publique.
 
Les gladiateurs sont dans l’arène et tous les coups sont permis. 

On n’offre qu’un seul spectacle au peuple qui doit applaudir

Et se gaver de sales nouvelles et du vent des discours. 

La lumière est sur eux car la victoire finale

Leur est promise par leurs Maîtres.


Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon