vendredi 3 février 2017

2017 démarre en trombe mais vers où ? (3ème partie)

2017 commence par enregistrer les indicateurs sur l’année 2016 et ils ne sont pas bons. La croissance à 1,2% avait été prévue à 1,5% dans le prévisionnel budgétaire voté en décembre 2015, ce qui non seulement montre une nouvelle fois que les budgets sont bâtis sur des prévisions trop optimistes, mais que la relance de l’économie française est en panne. Elle est inférieure à l’Allemagne (1,7%), au Royaume-Uni (2,0%), à l’Espagne (3,2%), à la Suisse (1,6%), au Luxembourg (3,6%), à l’Irlande (4,3%), pas mieux que la Belgique et le Portugal (1,2%) mais tout-de-même mieux que l’Italie (0,8%). Globalement la France fait pâle figure par rapport à ses voisins mais plus pâle encore par rapport aux Pays-Bas (2,0%), au Danemark (1,6%), à la Suède (3,3%), à l’Islande (4,7%). Il faut remarquer que les pays qui ont gardé leur monnaie font globalement de meilleurs résultats que les pays dans l’euro.

Une autre mauvaise nouvelle concerne le chômage dont la courbe ne veut toujours pas s’inverser malgré les efforts de radiations administratives de demandeurs d’emplois, de mise en formation et de contrats aidés plus nombreux. Les chiffres sont sans appel. il suffit de regarder les derniers chiffres de la DARES. Le chiffre de l’agrégat des séries A+B+D, dont on rappelle qu’il est le seul à être représentatif des chiffres du chômage est remonté à 4,5298 millions après être descendu en novembre à 4,5128 millions. Pour mémoire, ce chiffre était de 3,864 millions quand François Hollande a été élu en 2012, soit un accroissement de 666 000 personnes. Jacques Sapir publie le commentaire suivant : « En décembre 2010, avant que François Fillon ne mette en œuvre son plan d’austérité, nous étions à 3,4724 millions. François Fillon a ainsi provoqué une hausse de 392 000 chômeurs en 17 mois soit +23 000 par mois, tandis que François Hollande s’est contenté, mais sur 55 mois, d’une hausse de 12 100 personnes (par mois). » 

Toutes catégories confondues, il y avait en France, à la fin de l’année dernière, 6,2397 millions de chômeurs ou de personnes en situation de précarité. C’est un record absolu, un chiffre que même au plus profond de la crise financière de 2008-2010 nous n’avions pas atteint. Il est clair qu’avec une croissance qui n’a jamais dépassé 1,2% depuis 2012, le chômage ne peut que progresser. Il est freiné par des mesures d’aides à l’emploi et des mises en formation qui maintiennent artificiellement le taux de chômage dans une faible progression. La relance de l’économie à coups de dizaines de milliards n’a pas eu d’impact réel sur le chômage et le million d’emplois promis par le Medef n’a été qu’une vaste plaisanterie. Il faut noter que la politique d’austérité de François Fillon, Premier Ministre, a été catastrophique pour l’emploi. Sa proposition de l’augmentation des heures travaillées aura le même effet tant que la croissance est aussi faible comme le montre la comparaison avec les pays voisins publiée dans un précédent article.

Mais il y a pire. Une étude de l’INSEE montre que le niveau de vie des personnes seules et des familles monoparentales s’est profondément dégradé depuis 2007. Le revenu des couples avec enfants n’est lui-même guère brillant. Il n’y a que les couples sans enfants, qui ont vu leur situation s’améliorer ou du moins ne pas se dégrader. Voilà un encouragement à la famille qui ne peut que dissuader la procréation d’enfants ! L’effet négatif des politiques menées par Sarkozy et Hollande sur la croissance, l’emploi et le niveau de vie, est patent. Mis à part l’Italie nous avons mené des politiques plus mauvaises que les pays voisins même si l’Espagne a un chômage beaucoup plus important qui régresse toutefois. Le rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre contre le mal-logement a été remis lundi au président de la République. Il constate notamment que ces dix dernières années, le nombre de personnes sans domicile fixe a augmenté de 50% en France. 

Selon la Fondation Abbé Pierre, 14,628 millions de personnes sont touchées par la crise du logement, dont 3,96 millions non ou mal logées. Selon elle les expulsions locatives surviennent encore avec le concours de la force publique sans relogement, contrairement aux engagements présidentiels. Elles ont même fait un "bond spectaculaire annuel de 24% en 2015". Ceci vient confirmer la montée de l’argent du bas vers le haut. Les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. On voit que la politique menée depuis 10 ans est la même, gauche et droite confondues dans la politique du Système dont les résultats sont quasi identiquement mauvais pour 95% du peuple français. C’est aussi la démonstration qu’il n’y a plus de gauche et de droite mais que nous assistons à un clivage entre les partis traditionnels de gouvernement pratiquant la politique du Système et les autres partis, rejetés aux extrêmes, qui s’affichent antisystème avec plus ou moins de force et de conviction. Le problème est que les extrêmes font peur à une partie importante de la population, peur largement exploitée par les partis du Système. Les mensonges répétés, la perte de démocratie et d’identité font pourtant bouger une partie de plus en plus importante de l’électorat.

C’est sur ces bases que démarre l’année 2017, année cruciale et présidentielle. Mais les élections allemandes, la probable élection italienne nécessaire à la suite du désaveu par référendum de Mario Monti, l’effet de l’immigration, la nouvelle politique de Trump et les négociations avec le Royaume-Uni après le vote du Brexit, sont autant de bouleversements qui donnent à 2017, le nom d’année du grand tournant européen mais probablement mondial. Nous allons voir dans l’article suivant ce que l’on peut prévoir pour cette année charnière de tous les dangers.


Gauche et Droite ont pratiqués sur 10 ans la politique du Système 

Dont le but réel est le pompage des richesses du travail 

De 95% de la population de ce pays par les autres 5%. 

La spéculation et la croissance sont pour les uns,

Le chômage et la précarité pour les autres. 

Le NOM et l’UE n’ont que ce seul but !
 
Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon