mercredi 5 octobre 2016

La panique est à nos portes !

Trois nouvelles, parmi d’autres du même style, mettent en évidence les menaces qui pèsent sur nous et résument le climat de peur qui s’installe malgré la désinvolture des politiques en campagne. Apparemment tout va bien ou tout peut être sous contrôle. Hollande nous promet des baisses d’impôt en 2018, Juppé nous fait comprendre que seule sa personne est en mesure de maîtriser les évènements, Sarkozy laboure les terres du FN et prétend faire le boulot sans le risque d’un choix extrême, Macron n’a rien prouvé mais surfe sur le fait qu’il est parti à temps et que sa jeunesse est porteuse d’avenir. Ces quatre candidats déclarés explicitement ou implicitement ne sont que les valets d’un système qui les a adoubés. Le Système de la Cabale de la ploutocratie anglo-saxonne et juive, c’est celle qui tient les Etats-Unis, comme Israël tient le Sénat américain, celle du complexe militaro-industriel et bancaire. Toutes les guerres, tous les « printemps arabes » en proviennent ou y sont liés. Toute l’économie mondiale respire encore les yeux sur la City et Wall Street, lesquels sont maintenus en survie spéculative par la « Federal Reserve », la Fed, qui a donné le ton du déversement de monnaies de singe pour toutes les banques centrales qui comptent dans le monde de la finance.

Alors qu’elles sont les trois nouvelles qui dressent le portrait du temps présent ? La première est le constat que les garde-côtes entre la Grèce et la Turquie ne se privent plus de tirer sur les embarcations de migrants. Le respect des droits de l’homme passe derrière la peur du flux migratoire et la détermination de plus en plus criante de le repousser. Mais le non-respect des droits de l’homme est dans l’air et devient gênant en temps de guerre. C’est ce que la britannique Theresa May constate en avertissant que tout sera fait pour que ses troupes en opérations extérieures ne soient plus assujetties au respect des Droits de l’Homme. Si ce n’est pas se préparer à la guerre, alors dites-moi pourquoi. On n’est d’ailleurs pas surpris que les Britanniques ordonnent à Poutine et Bachar el-Assad de cesser les bombardements sur Alep… (ou alors en ne ciblant que les militaires !) en les accusant de violer les mêmes Droits de l’Homme. Ceci est d’autant plus saisissant qu’ils ont participé avec les américains à la guerre d’Irak et continuent en Syrie en pure ingérence dans ces pays et sans respect de la population civile qui a déjà payé un tribut sans commune mesure avec les civils tués à Alep par les bombardements actuels. 

Le fait que l’ouverture d’un couloir humanitaire et d’une sortie garantie pour les « rebelles » de toute obédience (sans doute aussi occidentale) sous réserve d’une reddition ne fait pas la une des médias qui enfoncent le clou avec les reportages successifs sur la situation catastrophique de l’est d’Alep. On a oublié que c’était précédemment l’autre partie d’Alep qui était encerclée et que le couloir alors ouvert par les loyalistes syriens n’a pu être emprunté par les populations civiles de l’est car les rebelles les en ont empêchés. Cette mascarade n’a que pour but de préparer psychologiquement à une extension du conflit vers une guerre plus franche et motivée avec la Russie. Celle-ci est en passe de réussir à rétablir l’autorité du pouvoir syrien sur les territoires-clés de ce pays. Le grand Israël, le grand Kurdistan, le pipe-line du Qatar, l’expulsion de la Russie du port de Tartous, la mainmise sur les puits de pétrole, la présence de troupes américaines au carrefour du Moyen-Orient avec l’Asie et l’Europe, etc… tout cela tomberait à l’eau en cas de victoire de la Russie. Tout doit donc être mis en œuvre et cela rapidement, pour contrer ou pourrir cette victoire de plus en plus probable.

De plus c’est un camouflet à la puissance militaire américaine incapable en cinq ans de régler le conflit. En réalité il s’agit plutôt de la faillite de la politique du double-jeu dont le but n’était que la victoire par le chaos engendré. La lutte contre le terrorisme justifiait la présence de la coalition dont le but réel était d’une part l’élimination de Bachar el-Assad et d’autre part l’installation du chaos en Syrie et en Irak pour permettre la redistribution des territoires et la création d’un flux migratoire capable de pousser le chaos jusqu’à l’Europe. C’est la politique de double-jeu qui a permis de dire que l’on luttait contre Daech alors que l’on s’arrangeait à le maintenir en vie après l’avoir créé, armé et fait financer par les pays du Golfe. Les blessés de Daech soignés en Israël, les parachutages d’armes et de matériels, les tractages par avion sur les zones qui allaient être bombardées, ont permis à Daech de minimiser ses pertes de soldats et de continuer à renforcer son potentiel militaire. Tout ceci est une tragique mascarade à laquelle ont adhéré deux gouvernements français successifs, tragique parce qu’elle prépare une situation conflictuelle pire que pendant la guerre froide. L’élection d’Hillary Clinton donnerait une chance de plus à l’éclatement d’un conflit armé avec la Russie. 

La troisième nouvelle significative est le vote de la loi Sapin II hier à l’Assemblée. Le blocage des dépôts dans les assurances-vie pendant trois mois si la situation l’exige, l’évaluation de l’exigence restant le fait du gouvernement et ses contours n’étant pas précisés, montre l’ampleur du danger qui nous guette et que l’on cache politiquement au peuple français. Tout ceci est concocté à Bruxelles et fait suite à la possibilité de piocher dans les comptes bancaires des clients des banques en cas de faillite de celles-ci après celle des actionnaires au-delà de 100.000 . Cette dernière directive de Bruxelles a déjà été votée par notre Assemblée cet été. Evidemment le danger se rapproche avec les faillites des banques italiennes que Matteo Renzi essaie d’avoir l’autorisation de renflouer ce qui est interdit par les traités. La Deutsche Bank, la plus grosse banque allemande, est au bord du gouffre et Angela Merkel a affirmé ne pas intervenir. Toutefois le « too big, too fail » va finir par l’y forcer car c’est toute la pyramide bancaire qui risque de partir en crise systémique. C’est ce que Matteo Renzi attend pour pouvoir en faire autant. 

Mais le risque de la Banque allemande est si élevé qu’il dépasse largement le PIB de l’Allemagne. Les actionnaires devront être ponctionnés et puis les épargnants, les possesseurs d’obligations, etc. C’est ce risque qui est à l’origine de la dernière directive de Bruxelles et sur laquelle l’Assemblée a légiféré. Désormais aucun dépôt bancaire n’est à l’abri d’une razzia. Bien entendu en cas de situation grave, les trois mois de blocage ci-dessus et les 100.000 seront soit prolongés le temps qu’il faut pour le premier, soit abaissés jusqu’à ce qu’il faudra pour le second, voire les deux. La France dispose d’une grosse épargne qui rassure les marchés, les investisseurs, les banques, c’est ce qui lui vaut de pouvoir obtenir des emprunts à taux négatifs à moins de 10 ans proches de ceux de l’Allemagne, et des primes CDS ( Credit Default Swap : prime d’assurance sur le remboursement) basses derrière la Norvège, l’Allemagne, la Suède et les Pays-Bas. Toutefois le coût des CDS ont augmenté de près de 10% en un mois, dont plus de 4% en une semaine et de 25% pour l’Allemagne, ce qui est un très mauvais indicateur de la confiance dans ces pays.

Le risque se rapproche très vite et l’État français, fort de l’épargne des citoyens, compte tirer son épingle du jeu en ruinant les français. C’est le signal avertisseur qui est donné mais qui ne fera pas la une ni des médias, ni des politiques… simple mesure de précaution. Cela fait beaucoup de précautions en peu de temps. C’est comme pour les américains augmentant leur potentiel militaire stationné en Europe… simple mesure de précaution devant un ennemi qui pourrait devenir agressif. C’est comme les quotas de migrants… simple mesure de précaution pour ne pas voir un seul pays envahi. Ces trois dangers confirment leur présence inquiétante pour lesquels nos politiques du Système, les Hollande, Macron, Valls, Juppé, Sarkozy et consorts, n’offrent aucune mesure réellement efficace. La simple raison est que la France dans le cadre de l’UE et de l’OTAN n’est déjà plus maître de son destin. Or le Système c’est le Nouvel Ordre Mondial, auquel Hollande et Sarkozy nous ont dit que l’on ne pouvait y échapper, et c’est lui qui gère l’OTAN, la Fed, la BCE, le FMI, la Banque mondiale, l’UE, etc. Il tient les deux rênes du pouvoir : l’argent et les armes. C’est lui qui abonde ou défait les candidats à la Présidence ou les Présidents eux-mêmes des États et de tous les rouages de l’argent. On l’a vu avec Strauss-Khan qui a osé évoquer une nouvelle monnaie remplaçant le dollar. C’est lui qui fera que le nouveau(lle) Président(e) des États-Unis pourra ou non réellement exercer son pouvoir. 

A la réflexion on voit mal comment la démocratie, la pire ennemie de la ploutocratie mondiale, peut encore continuer à réellement exister comme l’a déjà dit Jean-Claude Juncker, ce malfrat à la tête de la Commission Européenne. Il en a d’ailleurs remplacé un autre, Manuel Barroso, ce magouilleur avec Goldman Sachs pendant son mandat et désormais pris par ce dernier pour vendre son expérience de manipulation de l’UE à l’un des grands acteurs du NOM. Le krach financier et la guerre sont sans doute les deux évènements dramatiques qui redistribueront les cartes au sens propre et au sens figuré. On peut les craindre malheureusement et il est probable que comme d’habitude les plus démunis seront les plus exposés. Les grandes fortunes, disposant d’informations d’initiés, en profiteront pour augmenter leur fortune comme pendant la seconde guerre mondiale. Pour eux les guerres ça rapporte. Pour le peuple, il peut ne rester qu’une seule issue, la Révolution et les horreurs qu’elle ne pourra pas éviter… mais on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Si la France reste la France, elle survivra, sinon… 

Le drame de notre pays est d’être endormi, 

Recroquevillé, protégeant ses acquis,

Sans penser que l’immobilisme 

Est le souhait de politiques

Corrompus par l’argent, 

Et avides de pouvoir.

Debout jeunesse ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon