vendredi 21 octobre 2016

Juppé, le fourbe et le condamné



La presse française a choisi son camp en soutenant Alain Juppé et déverse des articles visiblement orientés. Ce qui veut dire que les puissances de l’argent ont donné leurs ordres et distribué les cadeaux qui mobilisent le monde de la presse dans le sens choisi. A plus grande échelle les médias américains se déchaînent contre Donald Trump dans leur grande majorité, et comme en France la confiance du peuple américain dans ses médias est en baisse constante, à 32% selon l’institut Gallup. Leur méfiance à l’égard de ces grands médias est d’ailleurs justifiée, quand on s’aperçoit que 96 % de leurs dons sont allés à Hillary Clinton, la protégée de l’Establishment. La même mainmise a lieu en France et nous souffrons des mêmes maux où la propagande poussée jusqu’à l’assourdissement permet de détourner le fonctionnement normal de la démocratie. C’est bien pourquoi le résultat des élections américaines est beaucoup plus important pour nous que celui de nos propres élections. L’establishment gère l’ensemble et l’enjeu est de savoir s’il sera ou non mis en échec pour la première fois malgré la disproportion des sommes récoltées par les deux candidats pour faire campagne : les dons de la presse et des lobbies essentiellement pour Hillary Clinton, les petits donateurs (entre 20 et 150 $) pour Donald Trump… Qui représente le mieux le peuple américain ?

Mais revenons sur la France et sur le vainqueur désigné comme le plus probable aujourd’hui de la course à la Présidence, Alain Juppé. Voilà un homme qui passe son temps à gommer son âge comme si la jeunesse était synonyme de dynamisme, qualité reconnue à Sarkozy. La jeunesse n’est pas une qualité en soi, c’est un état, une étape de la vie humaine pendant laquelle s’accumule l’expérience. La vieillesse est une fin de parcours où le dynamisme physique diminue mais où le dynamisme intellectuel allié à l’expérience permet de coacher efficacement la jeunesse bouillonnante et créatrice. C’est le Juppé fourbe qui veut se faire passer pour un autre tout en mettant en avant son expérience qui est loin de s’être nourrie de résultats positifs au niveau gouvernemental. C’est aussi l’homme qui gomme une condamnation à 15 mois de prison avec sursis, avec un an d’inéligibilité, qui devrait lui interdire de se présenter pour le poste suprême. Le fait qu’il ait payé en partie pour un autre ne peut masquer sa compromission acceptée. Néanmoins il ose se présenter en habit virginal, repenti comme s’il s’agissait d’une broutille sans signification autre qu’une honorable fidélité au chef. 

Mais il y a plus grave et un document mérite de lever le voile sur la duplicité de cet homme, et de ses intentions fourbes et traîtres à son pays in fine. Pour ce faire il faut rappeler ce que sont les Frères Musulmans, la tête pensante de la conquête islamique, ceux qui sont déjà en train de travailler sur l’après-conquête mais qui fomente toute l’action du djihadisme. Parmi eux nous connaissons tous un brillant orateur, Tariq Ramadan, pratiquant avec brio le double langage suivant qu’il prêche dans l’oumma ou dans un pays occidental. Dans le premier cas on retrouve les sourates les plus significatives des différences de civilisation et de l’esprit de conquête. Dans le second c’est celui de l’Islam compatible avec tout, la République, la démocratie et la laïcité, au fond la chimère que nos politiques affublent du nom d’Islam de France. Leurs représentants, bien sous tous rapports, font partie de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), organisation reconnue en France et participant au Conseil Français du Culte Musulman dont il détient l’une des vice-présidences. On retrouve l’action en sous-main des Frères Musulmans, en Libye, Irak, Afghanistan, Jordanie, etc. et même en Egypte où ils ont été expulsés du pouvoir. Les Frères musulmans testent la société française comme l’écrit Marcel Gauchet.

Alors venons-en à ce document révélateur et particulièrement intéressant parce qu’il émane d’Omar Djellil régulièrement invité dans les médias. Omar Djellil a milité dix ans au parti socialiste. Il est actuellement responsable associatif à Marseille et par ailleurs très impliqué au sein de la communauté musulmane de la ville. Mais avant son installation sur la Canebière, ce dernier a longtemps milité dans la région bordelaise. Omar Djellil (photo) publie en janvier 2016 une lettre ouverte à « l’ex frangin Oubrou ». Dans celle-ci, l’ancien militant de Sos-racisme accuse l’imam de Bordeaux de pratiquer « la Taqîya, l’art de dissimuler nos sentiments et nos projets funestes en vue de l’instauration d’un califat mondial ». Les accusations sont graves : « Ce sont tes enseignements qui nous avaient poussés à haïr le Juif » (…) « C’est de tes propres mains que nous recevions des magazines faisant l’apologie d’un certain Ben Laden que tu nous présentais comme un milliardaire islamiste charismatique ». « Je me vois encore en train de nous faire des accolades dans ton bureau au moment où les avions percutés les tours jumelles de New York. :"Allah est grand" ! exclamais-tu. » Elles ne sont pas sans rappeler une vidéo qui circule sur internet et où l’on voit Tareq Oubrou faisant l’éloge d’Hassan el-Benna, fondateur des frères musulmans. 

Mais d’Omar Djellil vient d’écrire, à la suite des attentats de Nice, une lettre à Alain Juppé qui montre la duplicité de ce candidat et où il évoque notamment des tractations entre son entourage et l’UOIF (branche issue des frères musulmans) afin de donner un poste ministériel à Tareq Oubrou !

« Monsieur Alain JUPPÉ, avant de fustiger les uns les autres, vous devriez expliquer aux familles des victimes comment vous êtes devenu le premier soutien de l’Union des Organisations Islamiques de France, organisation qui exhorte les musulmans à rejeter vos valeurs républicaines, qui exalte l’esprit du Djihad en direction des masses musulmanes et qui banalise les attentats-suicides dans le monde arabo-musulman. Vous devriez rappeler que vous avez fait obtenir à Tareq Oubrou, maître à penser de l’UOIF, la Légion d’Honneur ! Pourquoi ne dites-vous pas que l’un de vos élus, Marik Fethou, fait dans un mélange des genres douteux (conflit d’intérêts) en étant élu municipal, secrétaire général du CAPRI, centre de « dé radicalisation » initié par Tareq Oubrou, et attaché de presse improvisé de l’autoproclamé Grand Mufti de Bordeaux.

Pourquoi ne reconnaissez-vous pas que des tractations sont menées actuellement entre certains de votre entourage et l’UOIF afin, qu’en cas d’élection à la présidence française, des membres de cette organisation radicale puissent obtenir des postes décisionnaires voir un poste ministériel pour Tareq Oubrou ? Pourquoi ne dites-vous pas aux Bordelais que, malgré vos déclarations publiques, vous continuez secrètement à défendre la construction d’une grande mosquée cathédrale UOIF à Bordeaux ? Votre dauphin OUBROU est un aficionado des Talibans, des Shebabs somaliens, du FIS algérien, du HAMAS et de BEN LADEN , il a fait scolariser toutes ses filles au Maroc pour ne pas qu’elles s’imprègnent de la culture française.

Monsieur Alain JUPPÉ, vous n’avez pas le droit de nous donner des leçons de morale, vous grand défenseur de l’islamisme internationaliste des Frères Musulmans. » Signé : Omar Djellil ! .



Cette claire duplicité dépeint le fourbe Juppé, 

Car les Frères Musulmans sont soutenus 

Par les États-Unis pour créer le chaos. 

Se prêter à leur jeu d’islamisation 

C’est être traître à son pays ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon