mardi 19 avril 2016

L’humanité est-elle encore maître de son destin ?



J’essaie de présenter dans de nombreux blogs une vision de l’aventure mondiale à travers un prisme décodeur. Ce prisme est celui de l’affrontement, d’une force hégémonique arc-boutée sur l’argent et les armes officielles et secrètes et porteuse d’un monde unipolaire, contre des forces de résistance représentantes d’un monde unipolaire. Même si la première est à son apogée et barrée de plus en plus par la seconde, elle a acquis un tel niveau et puissance financière, économique, militaire, et peut se servir de telles avancées de la science, que cela lui donne encore la possibilité de façonner le monde et l’humanité à son gré. La première force est occidentale, plus exactement anglo-saxonne et sioniste, et englobe les pays européens et les anciens pays du Commonwealth. Elle a la puissance militaire des États-Unis assise sur un budget considérable, supérieur à l’ensemble des autres pays du monde, la puissance économique américaine et de sa vassale européenne, la puissance bancaire ainsi que les plus grandes bourses du monde à la City et à Wall Street, et surtout la suprématie du dollar même si celle-ci devient contestée. Cette force, munie d’une telle puissance globale, est naturellement hégémonique et vise un monde unipolaire. Sa vitrine c’est les États-Unis et son Président, mais ce sont les puissances de l’argent, dans l’ombre et sans exposition à la démocratie, qui tirent les ficelles.

Ces puissances de l’argent sont dans les banques et les grandes multinationales. Elles ont leurs propres centres d’influence et de décision, dans le secret des débats tenus dans une cooptation qui ne réunit que quelques centaines de personnes influentes ou destinées à l’être. Trois organisations sont connues comme détenant le pouvoir d’influence sur les destinées du monde : Bilderberg, la Trilatérale et le CFR. Plusieurs articles ont défini ici le rôle de chacun d’eux mais le premier d’entre eux est particulièrement important pour comprendre la marche du monde unipolaire et son combat pour conquérir l’humanité toute entière. Alain Juppé ment quand il relate que ce groupe ne prend pas de décisions et qu’il le présente comme un « think tank » de haut niveau où l’on réfléchit sur des sujets importants pour l’avenir du monde. Non des décisions sont prises et chacun repart avec le devoir de les mettre en œuvre chacun dans son domaine et dans son pouvoir. Mais comme il y a là les personnes ayant les plus grandes influences sur les destinées des peuples, il s’agit bien d’un creuset de pouvoir mondial. Le but est bien le contrôle de l’humanité ou ce qu’il en restera. 

J’ai récupéré sur un site qui m’est apparu comme souvent digne de confiance pour avoir mesuré ensuite dans les faits la justesse de son analyse, un texte hallucinant qui colle malheureusement à tout ce qui est révélé par ailleurs. Il m’est impossible de garantir qu’il ne s’agit pas d’un montage c’est un texte secret qui aurait fuité : le compte-rendu du discours de clôture de la dernière ou avant-dernière réunion annuelle du groupe Bilderberg. Il est aussi terrifiant que lucidement froid et d’une logique imparable. S’il n’est pas authentique, il résume tout ce que l’on peut trouver sur les réseaux sociaux de la part de ceux qui ont eu à en connaître et qui ont pris le risque de s’exprimer. Il vous fera comprendre que c’est dans ce genre de cénacle que, depuis des décennies, se façonne le monde de demain. 

Discours de clôture du président de séance 

« Au-delà du capitalisme. Franchir la nouvelle frontière »
« Si nous poursuivons le maintien du contrôle des masses par le travail salarié classique dans le cadre d’un système bâti sur la production de masse et la consommation de masse avec la « solvabilisation » des consommateurs par la répartition d’une partie de la richesse créée via le travail, nous avons tous désormais acquis la certitude que la survie à long terme de l’espèce humaine, la sauvegarde et la pérennité d’une biosphère viable et en harmonie avec les activités humaines nécessitaient une réorganisation totale de nos modes de pensée, d’organisation et de production. 

Comme nous le savons tous, en réalité l’objectif que nous poursuivons n’est ni l’accumulation totalement vaine de nouvelles richesses ni même le sauvetage d’un système économique, fut-il utilisé depuis plus de 3 siècles, devenu incompatible avec notre vision du futur. 

L’objectif que nous poursuivons est évidemment celui de la vie éternelle ou en tout cas le passage à l’homme vivant deux siècles et nous rejoignons ici les idées ambitieuses de « transhumanisme » que nous souhaitons développer, installer afin de favoriser l’émergence d’un nouvel être humain. D’un surhomme. De même que nos technologies nous permettent désormais de posséder des outils dits de « réalité augmentée », nos recherches ont parfaitement abouti en ce qui concerne « l’homme augmenté ». Nos technologies sont parfaitement au point. Nous sommes prêts pour vivre deux siècles. Nos nanotechnologies nous permettent de réparer les corps de l’intérieur, le décodage du génome humain nous a permis de comprendre le fonctionnement du vieillissement cellulaire que nous sommes en mesure non pas de stopper totalement mais de ralentir considérablement. Notre maîtrise des cellules souches nous permet de re-fabriquer à la demande n’importe quel tissu cellulaire ou encore évidemment n’importe quel organe qui deviendrait défaillant. 

Enfin, notre maîtrise du génome humain nous permet aussi bien de sélectionner les patrimoines génétiques les plus adaptés et les plus efficaces, sans oublier le fait qu’en en modifiant certains nous pouvons enfin augmenter aussi bien nos capacités physiques que mentales. 

Nos illustres prédécesseurs des années 30 pensaient naïvement que nous pouvions transposer, pour l’amélioration de l’espèce humaine, les méthodes utilisées pour l’optimisation des races canines par des croisements savamment organisés. Pourtant, ces échecs du « nazisme » nous ont permis d’explorer de nouvelles voies et d’atteindre le succès que nous célébrons aujourd’hui. Nous avons enfin percé les secrets de la vie éternelle, ultime conquête de l’homme devenu enfin son propre dieu et son propre maître. Nous sommes, nous tous ici réunis, les Alpha et les Oméga de ce nouveau monde qui s’ouvre à nous et qu’il nous convient donc de façonner.

Évidemment, comme vous le savez, cela pose des problèmes de mise en œuvre absolument colossaux et c’était tout l’enjeu des travaux des différentes commissions auxquelles vous avez participé tout au long de ces jours intenses de séminaire. 

Nous avons tous une conscience aiguë du fait que la planète et notre environnement ne peuvent évidemment pas supporter la vie éternelle de dizaines de milliards d’êtres humains qui consommeraient de la même façon qu’aujourd’hui. Nous savons tous qu’une croissance infinie y compris démographique dans un monde fini est une aberration intellectuelle. Nous avons tous compris que diviser le monde en deux castes, celle des mortels et des immortels, serait tout simplement impossible puisque dans un cas nous proposons de vivre et aux autres de mourir, mettant ainsi les masses laborieuses et populaires dans une situation où elles n’auraient plus rien à perdre, or je vous rappelle que l’outil principal du contrôle des peuples passe par le fait d’octroyer des avantages calculés permettant de donner l’illusion d’une perte en cas de rébellion. L’ensemble de ces données rendent le déploiement des technologies d’immortalité et d’amélioration de l’homme tout simplement impossible pour le moment.

Les groupes de travail ont donc soumis un certain nombre de propositions qui ont été discutées par le grand comité. Je vais donc vous livrer ici les mesures les plus importantes qui ont été votées à l’unanimité conformément aux usages de notre charte par nos Grands Maîtres. Il vous reviendra d’appliquer et de mettre en œuvre chacun, dans vos pays respectifs et zone géographique d’influence, les décisions suivantes. 

L’objectif initial est donc la dépopulation massive en protégeant au mieux l’environnement, ce qui revient à exclure du champs de nos possibles tout usage des armes nucléaires qui reviendrait à infliger certains dommages irréparables à notre si petite planète. Les moyens dont nous disposons sont peu nombreux mais leur efficacité cumulée est certaine puisque en rentrant en résonance nous obtiendrons ce que les militaires appellent un « effet multiplicateur de force ». Il s’agit du triptyque effondrement économique, guerre civile et épidémies massives. L’utilisation de ces trois outils devrait nous permettre à terme de réduire la population mondiale de 7 à 10 milliards d’habitants. Nous pensons qu’atteindre notre objectif de 500 millions d’êtres humains en vie est illusoire et que malgré tous nos efforts de réduction, des poches de survivants subsisteront un peu partout à travers la planète. Néanmoins, ces poches ne devraient pas nous poser de problèmes majeurs, en tout cas dans un premier temps puisque leur désorganisation, leur isolement et leur incapacité à maîtriser l’ensemble des techniques ne serait-ce qu’actuelles en raison de leur faible nombre devraient limiter considérablement leur pouvoir de nuisance. Nous pensons qu’en quelques années beaucoup disparaîtront et que le peu qui subsisteront retourneront plus ou moins rapidement à l’état sauvage en quelques générations. Tout regroupement qui nous menacerait serait, dans tous les cas, traité de façon rapide. 

Notre principal ennemi historique à la mise en œuvre de notre plan était évidemment les États nationaux. La mondialisation, la globalisation, les instances européennes, l’immigration massive ont été autant d’outils que nous avons utilisés avec un immense succès depuis 30 ans et désormais les identités nationales ou les sentiments d’appartenance ont été considérablement réduits, de même que les sentiments patriotiques. L’argent et la possession sont devenus les valeurs cardinales du plus grand nombre. La politisation des masses s’est considérablement réduite, les nations, comme nous le souhaitions, sont devenues fragiles et peuvent désormais être déstabilisées de l’intérieur. 

Nous devons donc poursuivre avec constance la politique immigrationniste permettant de faire venir des masses considérables de pauvres du Sud dans des pays du Nord appauvris. Nous devons avec constance faire monter l’islam le plus radical afin d’attiser au maximum les haines et la désunion des peuples. Lorsque nous provoquerons l’effondrement économique, alors le communautarisme le plus absurde que nous avons développé dans chaque pays conduira la plus grande partie de ces pays vers des guerres civiles de grande ampleur où chaque communauté se chargera pour notre compte de tuer le plus grand nombre des membres de la communauté adverse. Noirs contre blancs aux USA, musulmans contre chrétiens en Europe, ces guerres civiles auront l’immense avantage de détruire les hommes sans que des affrontements entre pays dégénèrent en guerre nucléaire mondiale. Enfin, lorsque les guerres dévasteront les pays, nous en profiterons pour amplifier la diffusion de virus comme notre projet de e-bola 2.0 modifié génétiquement que nous testons actuellement avec efficacité puisque nous obtenons de précieuses données épidémiologiques, sociologiques (comportement des individus face à la maladie) mais nous visualisons également notre capacité à saturer des systèmes de soins qui seront, dans tous les cas, déjà considérablement dégradés par les guerres civiles que nous aurons créées sur l’exemple de la guerre entre les deux Ukraines

 L’ensemble de ces éléments, l’impréparation des peuples, leur dépendance vis-à-vis de tous les systèmes supports les rendront particulièrement vulnérables à nos différentes actions. L’effondrement économique devrait rapidement se propager à l’ensemble de la planète. La Chine s’effondrera sous le poids des troubles sociaux et la Russie, qui nous pose encore des problèmes à l’heure actuelle, devrait voir son problème réglé en 2015 comme nous l’espérons, mais disons que pour le moment c’est l’axe Russo-chinois qui oppose la plus grande résistance à notre vision de futur. Nous n’excluons pas, si nous n’arrivions pas à convaincre, à utiliser l’arme de l’assassinat ciblé à l’égard de personnalités refusant notre programme de dépopulation et l’adhésion à notre idéologie de la vie éternelle. » 

Eugénisme, transhumanisme, génocide et domination d’un nombre d’élus immortels, tout y est. L’axe du mal est le couple russo-chinois, c’est bien la vision unipolaire ou multipolaire qui est l’objet d’un combat que nous voyons se dérouler sous toutes ses formes, guerres et ingérences, déstabilisation des nations par l’économie et l’immigration, guerre des communautés raciales et religieuses, épidémies, modifications génétiques, etc. C’est pourquoi il faut absolument que les peuples comprennent vite où on les mènent, car tout est fait pour qu’il ne s’en rende pas compte. Ce n’est pas vers un monde meilleur que nous conduit cette force mais vers la fin de l’humanité car l’homme restera le quadrupède avec ses côtés « Doctor Jeckill and Mister Hyde ». Les hommes rivaliseront toujours et se battront quel que soit le nombre d’élus mais l’humanité disparaîtra parce que la nature a toujours raison de l’homme. 

Ces groupes qui veulent dominer le monde 

Sont des apprentis-sorciers dangereux

Utopistes et génocidaires prêts 

A sacrifier l’humanité pour

La survie de quelques-uns. 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon