mardi 5 avril 2016

Le Nouvel Ordre Mondial avance toujours masqué



On peut voir ce que l’on veut derrière ce NOM, et certains y mettent aussi bien une ouverture sur un nouveau monde de paix et de prospérité qu’un engrenage fatal aux peuples pour le plus grand bien d’une « élite mondiale » que réunit entre eux la puissance financière, élite que l’on peut qualifier d’oligarchie ploutocrate. Ce n’est que récemment que les médias ont commencé à révéler que de grandes décisions sur l’avenir mondial, en tous cas celui des pays occidentaux, se prenaient dans des sociétés fermées qui gardent le secret de leurs délibérations. Les Bilderberg, Trilatérale et CFR, réunissent toutes les personnalités ayant ou pouvant avoir un impact sur ce monde sur un plan politique, économique ou financier. Les cordons de ces sociétés d’influence sont tenus par les plus grandes familles, sociétés et individus du monde occidental dans lesquels on retrouve les Rothschild, Rockefeller, Morgan, Goldman Sachs, Bill Gates,… les familles royales d’Angleterre et des Pays-Bas, etc.

Si cette information commence à filtrer dans les esprits des citoyens qui s’informent, nous sommes par nature réticents à admettre que nous ne disposons pas de notre libre-arbitre et de cette liberté à laquelle nous tenons tant. Pour nous persuader que ceux-ci ne peuvent nous être arrachés, nous refusons d’adhérer à l’idée qu’une oligarchie mondiale puisse réellement gouverner le monde à sa guise en nous référant à l’histoire des empires qui ont tous finalement échoué. Nous oublions bien sûr les échelles de temps, des millénaires pour l’Égypte, des centaines d’années pour Rome, le siècle pour l’Empire soviétique. Nous oublions aussi que les moyens de communication, donc d’influence, sont sans aucune mesure d’efficacité avec les temps anciens de Charlemagne et de Gutenberg. On ne cesse de vous parler des dangers mondiaux qui nous installent dans un espace de peur. Le climat va nous griller ou nous noyer. Les épidémies menacent en permanence l’humanité. Sans globalisation de l’économie, sans libéralisation des frontières, sans libre circulation des capitaux et des hommes avec son corolaire d’acceptation du multiculturalisme, les peuples sont dits condamnés à la pauvreté et à la haine. 

On nous fait passer l’idée que la globalisation est la promesse de la paix du monde… on voit ce qu’il en est. Parmi les chantres de cet avenir d’un gouvernement mondial, le plus zélé, le meilleur communicant et le plus intelligent sans doute, est Jacques Attali. On ne s’étonnera pas de le voir installer Emmanuel Macron en position d’outsider pour la présidentielle après l’avoir sorti… de la Banque Rothschild. Jacques Attali a l’air de proposer des mesures concrètes, de bon sens, souvent piochées dans les discours de salons ou de cafés. C’est le contenu de son livre « 100 jours pour sauver la France ». C’est sa manière de se faire accepter avec les idées, qui sont celles de l’homme de la rue ou facilement acceptées, pour pouvoir instiller ensuite à petite dose les idées d’un monde nouveau où l’on traite les grands problèmes au niveau mondial. Climat, santé, économie sont les sujets phares qui lui permettent de justifier ce point de vue, celui du NOM et de ses puissants acteurs.

Quand on a la puissance de l’argent et que l’on s’ingénie à la faire croître jusqu’à une puissance supérieure à la plupart des Etats, comment peut-on imaginer que l’on puisse alors ne penser qu’au bien de l’humanité ? Comment peut-on imaginer que l’on ne se pose pas la question de l’utilité de l’homme sur terre ? Enfin de la plupart des hommes ! Comment ne pas penser que l’homme n’est utile que s’il produit ? Comment ne pas penser que plus il produira plus on peut en diminuer le nombre, puisque l’homme est nuisible à son avenir. L’homme sans travail et pauvre est plus sensible aux épidémies et à leur propagation. L’homme pollue par ses loisirs, ses transports, sa consommation d’énergie et de nourriture. Il est même nuisible quand il respire expulsant du CO2 favorisant le réchauffement climatique. C’est d’ailleurs ce qu’expose Bill Gates en montrant, formule mathématique à l’appui, que l’apport anthropique du CO2 tend vers zéro avec une population nulle… évident me direz-vous par définition même. Mais il montre ainsi que le paramètre sur lequel il est le plus efficace d’agir c’est la réduction de la population mondiale. 

Comment y parvenir ? C’est la question que se posent les puissants qui comptent s’enrichir le plus possible avec le moins de monde possible, et seulement ceux attelés au travail dans la meilleure productivité possible. Il faut réaliser d'abord la fin de toute manifestation de rébellion. L’endoctrinement depuis le plus jeune âge, la restriction des libertés individuelles et collectives et l’augmentation de la présence policière et militaire sont des conditions nécessaires. Pour l’endoctrinement nous voyons par exemple que l’école veut prendre les enfants de plus en plus jeunes et que l’on y insère de nouveaux enseignements comme la théorie du genre, l’apprentissage du discernement. Toutes choses dont l’utilité est plus que contestable chacun sait que c’est par la culture générale qu’on acquiert la faculté d’analyse et de synthèse, donc le discernement. Il n’est nul besoin d’un enseignement spécial si le but n’est pas en fait l’endoctrinement sur ce que l’on veut introduire dans l’esprit des enfants. Le réchauffement climatique en fait partie ainsi que la nécessité de suivre aveuglément les directives de l’OMS. On a vu ce que cela voulait dire avec la grippe aviaire. N’oublions pas les attentats, judicieusement espacés à des moments clés après des exercices de sauvetage providentiels, générateurs de peur et de soumission aux restrictions de liberté pour raison de sécurité.

Ensuite on peut procéder à la diminution des populations et en particulier de celles peu productives. Les guerres, les épidémies sont efficaces. La guerre se répand partout. On sait que l’origine du virus Ebola est sorti de laboratoires secrets en Sierra Leone, volontairement ou non. La production de vaccins ne cesse de croître en dépit d’une certaine méfiance chez nous. On sait déjà que certains d’entre eux sont porteurs d’effets volontairement nuisibles et tuent, et que certaines substances n’ont aucune raison d’y être sauf dans un autre but. On peut s’étonner que Bill Gates, prônant la diminution de l’humanité, ait pris des participations importantes dans la fabrication des vaccins ! Les épandages de produits sur nos terres par les pesticides et les engrais de Monsanto, sont en train de stériliser nos terres. On y ajoute les épandages « chemtrails » par voie aérienne sans que les populations ne sachent ni le but recherché ni les produits répandus. Je ferai bientôt l’inventaire de tout ce qui existe et qui se trame pour dominer les peuples et la science permet des choses inouïes comme les puces de la grosseur d’un grain de riz qui permettent d’inoculer des fragments d’ADN qui viennent se greffer sur le nôtre et qui modifient l’individu dans le bon ou le mauvais sens, etc. etc. 

L’important est d’identifier la menace car elle est omniprésente et persistante jusqu’au but final. Par exemple il se peut que l’UE, faisant partie de la construction de grands blocs assujettis qu’il suffira d’agglomérer entre eux dans le même but d’assujettissement, explose car la submersion de l’immigration déclenche un mouvement de recul d’un certain nombre de peuples européens. Ceci ne veut pas dire que la situation va en rester là. Ces puissances agiront par l’appauvrissement des récalcitrants et un nouveau couvercle verra le jour. Il appartient aux peuples d’Europe et d’ailleurs d’identifier la menace rapidement avant de perdre la notion du danger et la force de s’y opposer. Après ils ne seront peut-être plus maîtres de leur cerveau et de leur identité car le NOM avance masqué mais descend le masque au fur et à mesure que son discours rendre dans nos esprits. Jacques Attali le fait à merveille et applique le fameux proverbe chinois : « Quand le doigt montre la lune, l’idiot regarde le doigt ».  Le Nouvel Ordre Mondial, rebaptisé "Nouvelle Gouvernance Mondiale", avance ses pions à une allure vertigineuse vers un monde unisexe, à religion, pensée et langue uniques, avec son idéologie unique toujours plus technocrate, concentrée, bureaucratique, libérale, atlantiste, néo-sioniste, au seul service des intérêts des gangsters de la Finance. Et je suis sûr que la plupart des citoyens ne s'en rend même pas compte ! 

Il n’a jamais été aussi vital de regarder le monde 

Avec l’œil du lynx pour percer les pièges

Car les meilleures intentions cachent 

D’autant mieux leur malveillance

Qu’elles nous paraissent 

Très souhaitables ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon