samedi 23 avril 2016

La mort à bord des Jets ! (1ère partie)



Deux articles récents, du 31 janvier 2016 et du 19 avril 2016, ont eu pour but d’alerter les citoyens sur les dangers que fait courir une « Élite » très restreinte, à majorité américano-sioniste, sur la population mondiale. Le compte-rendu d’une réunion récente du groupe Bilderberg explicite sans détour le but de ceux qui, conscients de détenir le pouvoir par l’argent, ont une vision égocentrique du monde. On peut résumer l’essentiel du contenu de ce discours de clôture par la volonté de réduire la population mondiale à un nombre restreint d’élus dotés de la vie éternelle. L’affirmation que l’humanité dispose désormais de la possibilité de « disposer d’elle-même » s’appuie sur les progrès énormes de la science dans la bio-ingénierie entre autres. Elle leur permet d’affirmer que la route est désormais tracée même si le but de 500.000 millions d’êtres humains sur notre planète ne pourra pas être atteint facilement dans la situation actuelle. Mais cette position eugénique s’appuie sur des arguments solides même si elle rappelle la phase hitlérienne de notre histoire.

Les participants à cette réunion sont repartis avec le devoir d’agir dans ce sens en fonction de leurs pouvoirs respectifs. La science est donc mise à contribution, elle est politisée et perd donc son libre-arbitre. Les sceptiques, les révoltés, les contradicteurs devront donc être mis à l’écart ou détruits. Par ailleurs il faut s’assurer au plus vite d’une docilité sans faille des populations. L’information, la désinformation, la pression coercitive à défaut, la dénationalisation, la déculturation, la mise en œuvre d’un magma humain indifférencié sont une condition nécessaire de réussite. Nous retrouvons là les lois coercitives, le déni de démocratie (plus de référendum), l’immigration de peuplement de l’Europe et le catastrophisme climatique. Certains pays européens sentent, en obtenant le droit de s’exprimer en démocratie directe, qu’il faut réagir, mais ce n’est pas encore le cas de la majorité des français.

Ce préalable étant acquis ou en cours, il faut développer les moyens de réaliser les deux objectifs de vie éternelle et de dépopulation. Le premier semble pouvoir être atteint assez facilement, vu les progrès de la science actuels et futurs, tout au moins pour ces apprentis sorciers, car l’homme a toujours eu peur de la mort et il est facile d’obtenir son adhésion en le faisant rêver. Le deuxième en revanche demande des moyens beaucoup plus efficaces que les fours crématoires et doivent être cachés au public comme le furent longtemps ces derniers. Il faut même que le citoyen croît que l’on agit pour son bien, c’est le cas des vaccins, des médicaments en général, et du climat, qui permettent d’agir sur le plan planétaire. C’est ainsi que par les vaccins en Afrique on peut rendre des populations infertiles ou inoculer des virus comme l’Ebola (né dans un institut de recherche américain au Sierra Leaone), ou nuire à la santé par l’introduction d’aluminium ou autres substances sous forme de nano-particules dans les médicaments. On peut focaliser les peuples sur la défense d’un climat par sa propre culpabilisation alors qu’il est de plus en plus probable que le soleil rit de notre égocentrisme alors qu’il façonne les grandes périodes climatiques de la planète depuis 5 milliards d’années. Peu importe le climat est un vecteur d’information et de désinformation qui touche tout le monde. C’est la première conversation de deux individus qui se rencontrent.

Le catastrophisme climatique aboutit finalement à polluer l’atmosphère de l’Allemagne de l’Est par les émissions de gaz dangereux des centrales thermiques pour pallier l’intermittence des Énergies Renouvelables, les EnR, et à faire de l’Allemagne un pays où le taux de CO2 augmente malgré les efforts faits par ailleurs. Ceci montre clairement qu’il s’agit d’une manipulation qui aboutit à agir sur la santé… et à la dépopulation. Mais il faut disposer de moyens beaucoup plus efficaces pour réaliser dans un temps court à l’échelle humaine ce deuxième objectif. Il y a évidemment les guerres, que l’on s’ingénie à créer et à entretenir, en créant les rivalités internes à chaque nation et en dressant les religions les unes contre les autres, en fait la religion musulmane qui sous-tend sa propre culture contre la culture judéo-chrétienne occidentale. La religion aveugle et depuis l’Edit de Nantes et la Saint Barthélémy nous savons ce que cela veut dire. Les anti-croisés sont un outil facilement manipulable et peuvent servir à la guerre et à l’invasion de territoires où la population est à transformer, à remplacer car trop susceptible de comprendre où on veut la mener. 

Mais tout ceci peut être insuffisant sauf en cas de guerre nucléaire. Or cette cabale mondiale a compris qu’un conflit mondial nucléaire pourrait ne pas les épargner, tant il est vrai que ce n’est ni la CCE ni l’UE qui ont permis de ne pas subir une 3ème guerre mondiale jusqu’ici mais la peur de voir chez nous Hiroshima et Nagasaki à la puissance 100. L’atome reste encore un instrument de dissuasion des grandes puissances ce qui n’exclut pas des utilisations ciblées d’impact faible et contrôlable. Non c’est d’autres armes qu’il faut utiliser contre les nations qui s’opposeraient à l’objectif visé, des armes sans cesse plus performantes du progrès scientifique et la guerre de communication. Non c’est d’autres armes qui doivent permettre d’atteindre plus rapidement l’objectif visé.

L’un des moyens les plus adéquats pour atteindre l’ensemble des individus et de leur environnement vital est l’épandage aérien, ce que désormais on appelle les « chemtrails », épandages chimiques. Ce n’est plus de la science-fiction ou un rêve militaire. Depuis une dizaine d’années cela existe en France et depuis plus longtemps aux États-Unis et au Canada. La liste des produits chimiques et biologiques qui sont déversés sur nos têtes est longue et ne cessera de s’allonger, cela va du dibromoéthane sous différentes formes, aux bactéries de toutes sortes, défoliants ou pesticides, cellules humaines de globules rouges, moisissures mais aussi baryum et aluminium, etc. Avant de justifier le titre de cet article dans la deuxième partie à venir, je vous propose de regarder la vidéo afin de vous familiariser avec ces épandages qui sillonnent de plus en plus le ciel français et qui sont facilement reconnaissables si vous prêtez l’attention de l’agriculteur à ce qui se passe au-dessus de vos têtes. Vous verrez comment on distingue les « chemtrails » des « contrails » qui ne sont que les condensations de vapeur d’eau à l’arrière des réacteurs d’avion dans des conditions précises de pression et de température.


Il est temps que les citoyens sortent de leur désinformation

Pour prendre conscience des réels dangers et des buts 

Vers lesquels on œuvre à les pousser à leur insu

En les contenant dans des jeux du cirque 

Comme au temps de l’Empire romain ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon