samedi 9 avril 2016

Emmanuel Macron, l’homme du NOM

Le voile s’est déchiré à Amiens, ville natale de l’intéressé, devant quelques centaines d’auditeurs. Il se lance dans un mouvement politique « En marche », dont on sent toute la dynamique. Un mouvement en marche, qui ne va ni vers la droite, ni vers la gauche, va tout droit en somme… vers l’Élysée. N’est-ce pas Giscard d’Estaing qui disait que la France ne se gouverne ni à droite, ni à gauche mais au centre ? Ce jeune homme ambitieux l’est tellement qu’il peut se passer des partis traditionnels, même Donald Trump ne l’a pas fait. Alors sur quoi compte-t-il ? Le Medef ? Oui bien sûr puisque depuis son arrivée, proche de François Hollande, il n’a cessé de travailler pour lui. La loi El-Khomri n’était que la loi Macron bis. Je dis bien « était » parce que devant le tollé général des jeunes, des syndicats, voire du peuple, et de la partie frondeuse de la gauche, un dé-tricotage est en cours et, comme par hasard, ce sont les dispositions peu favorables aux salariés et aux petites et moyennes entreprises qui sont sous le couperet. Or c’était celles le plus soigneusement mitonnées par Emmanuel Macron.

Celui-ci nous joue la partition de la reconstruction par le bas, la France d’en bas de ce chafouin de Jean-Pierre Raffarin qui est tout prêt à faire arriver un tandem Juppé-Macron. C’est bien là que le voile se déchire complètement. Alain Juppé s’est fait adouber par le Groupe Bilderberg avec François Fillon et Emmanuel Macron y était les 31 mai et 1 juin 2014 à Copenhague en tant que conseiller de… Hollande. Le Groupe de Bilderberg a été fondé par en 1954 à l'Hôtel Bilderberg à Osterbeek à l'invitation du Prince Bernhard des Pays-Bas, co-fondateur du Groupe avec David Rockefeller. Le Groupe de Bilderberg est sans doute le plus puissant des réseaux d'influence. Il rassemble des personnalités de tous les pays, leaders de la politique, de l'économie, de la finance, des médias, des responsables de l'armée ou des services secrets, ainsi que quelques scientifiques et universitaires. Il est organisé en trois cercles pyramidaux. Le premier cercle, celui du haut, est le Bilderberg Advisory Committee (Comité consultatif). Il comprend une dizaine de membres, les seuls à connaître intégralement les stratégies et les buts réels de l'organisation. Le Groupe de Bilderberg est un véritable gouvernement mondial occulte. Au cours de ses réunions, des décisions stratégiques essentielles y sont prises, hors des institutions démocratiques et ne sont jamais publiées. Ces orientations conditionnent ensuite les décisions des institutions subalternes comme le G8 ou les gouvernements des États. Les membres du Groupe de Bilderberg s'appellent eux-mêmes les "Bilderbergers".

Ils sont choisis uniquement par cooptation. Le Groupe de Bilderberg se réunit une fois par an pendant environ 4 jours. La prochaine conférence Bilderberg 2016 se tiendra du 9 au 12 juin 2016 à Dresde (Allemagne) dans l’hôtel 5 étoiles « Taschenbergpalais Kempinski » sur un ordre du jour non divulgué. L’hôtel sera hautement sécurisé et vidé de ses occupants. Quelques journalistes dévoués à la "pensée unique" peuvent être parfois présents, mais rien ne doit filtrer des discussions. Cette gouvernance mondiale occulte est complétée par deux autres groupes, la Trilatérale (fondée par David Rockefeller et Zbigniew Brzezinski) et le CFR (David Rockefeller, le président). Mais revenons en France. En 2015 cette réunion s’est tenue du 11 au 14 juin à Telfs-Buchen en Autriche, en présence d'Alain Juppé, de Laurence Boone conseillère de Hollande, de Jean-Dominique Sénard patron de Michelin, de Oatruck Calvar patron de la DGSI ou encore Gilles Kepel, l'universitaire spécialiste des religions. Quel est le point commun entre tous ces gens autre que celui d’être français ? 

En clair, le "groupe Bilderberg" est une version miniature du Forum de Davos, réservée aux occidentaux. Or justement notre Emmanuel Macron a été la vedette de la dernière réunion du Forum. Un hasard ? Évidemment non, il n’y a pas de hasard quand on est propulsé vers les sommets. Dans les discussions des « Bilderbergers » on parle aussi bien de la guerre, de la Grèce, de la Turquie, de la Russie bien sûr car c’était la raison de départ de la création du groupe, la lutte contre le communisme. Mais désormais on parle des affaires économiques, militaires et politiques du monde. On y parle des élections américaines et donc françaises. Donald Trump n’en fait pas partie et n’étant pas le candidat choisi par le groupe, tout sera fait pour le faire chuter. Pour la France on a préparé des candidats pour le poste de Président et peu importe qu’ils soient de gauche ou de droite, ils doivent être dans la pensée unique, la leur. C’est ainsi que Sarkozy est arrivé au pouvoir et que Strauss-Kahn ayant déplu au FMI, a été éliminé en dernière minute et remplacé par Hollande.

Nous voilà à un an de l’élection présidentielle et les candidats du groupe Bilderberg sont déjà connus. C’était Juppé-Fillon mais on préparait Macron. Désormais on est sur Juppé-Macron… et qui sait in fine Macron le joker du NOM. Nous pensons que nous allons voter pour le meilleur. Si c’était vrai nous n’en serions pas là. En réalité nous allons voter, tout au moins majoritairement, pour celui que la quasi-totalité de la presse va porter en avant. Tous les médias vont nous faire passer des messages directs, indirects et subliminaux. Normalement la tâche sera aisée tant le parti de Marine Le Pen sera facile à stigmatiser, il suffit de continuer la tâche entreprise, car l’important c’est le second tour. J’ai dit qu’il n’y avait plus de gauche et de droite, comme Emmanuel Macron. Seulement lui c’est pour se servir d’une double commande permettant de faire taire le peuple et de lui faire avaler la mondialisation, l’Europe marché captif des USA, l’austérité sociale et salariale, l’immigration chance de la France, l’euro, etc. Tout cela avec l’aide du Medef, des banquiers et du monde de la Finance en général.

Ce n’est pas pour le peuple que joue Emmanuel Macron mais contre le peuple, celui qui est dans la rue de plus en plus nombreux et où l’on parle de ce qui permettrait au peuple de reprendre son destin en main, une autre voie plus participative. Le peuple sent que ses libertés se rétrécissent et que le référendum peut être proposé au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, sans parler de la Suisse, mais pas chez nous. Emmanuel Macron nous prépare avec ses allures de jeune loup, un nouveau piège du Nouvel Ordre Mondial, celui pour lequel Sarkozy à droite ( ! ) et Hollande à gauche ( ! ) nous ont dit que l’on ne pouvait y échapper. Certains citoyens en voient les contours et sont dans la rue. Ils nous appartient de les rejoindre sinon… l’élection présidentielle préparera un nouveau tour de vis à notre démocratie. 

Peuples européens vous êtes le jouet des puissants.

Il n’y a pas que les Islandais qui peuvent faire 

La révolution des casseroles

Nous aussi si on veut ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon