vendredi 8 avril 2016

Désinformation et technologie de surveillance à l’assaut du citoyen



Nous nous émerveillons , apparemment à juste titre, de tous les progrès technologiques qui sont sensés nous faciliter la vie et nous bénéficions d’une couverture médiatique qui nous permet de connaître tout ce qui se passe d’important dans le monde à la minute près parfois. Il s’agit là du côté soleil de l’évolution du monde moderne. Mais plus les technologies se perfectionnent plus elles sont utilisables non seulement pour le bien du citoyen, mais par ceux qui les détiennent. Plus elles progressent plus elles donnent du pouvoir au pouvoir. Plus le pouvoir est puissant plus sa communication est manipulée car les freins de la contestation diminuent avec la mise sous contrôle des espaces de liberté, liberté d’écrire, de parler, de se réunir, de manifester, de se déplacer. Bientôt il ne vous faudra plus passer devant les lampadaires car ils vous observent, vous écoutent, mettre votre portable dans un véhicule car on sait où vous êtes, et grâce aux radars passeurs de murailles votre intimité dans votre maison ne sera plus garantie. On saura tout sur vous et pas seulement par internet et votre ordinateur car, dès que vous tapez sur un clavier, on peut savoir, devant votre résidence et sans entrer, ce que vous écrivez. Ne riez pas, tout cela est en cours aux USA et comme on est leur féal, on ne va pas tarder à tout copier.

La manipulation de l’information n’a jamais été aussi massive et efficace depuis la deuxième guerre mondiale et le fait de dire que nous sommes « en guerre » permet toutes les manipulations relayées par une apparente diversité de médias. Apparente, car il n’y a plus guère de journaux d’opinion. On a des organes concurrents certes mais tous dépendant de leurs financeurs directs ou indirects ou de subventions généreuses de l’Etat comme on a pu le constater pour Médiapart. Dépendant de l’Etat ce média perd son indépendance. Les autres sont liés aux grosses fortunes de la presse et aux lobbies qui sponsorisent par la publicité ou directement et s’accordent sur les chansons. Ce sont donc les mêmes événements qui vont être mis en exergue, et les mêmes qui vont être passés sous silence, la même fausse nouvelle qui sera publiée, et oubliée quand son démenti, lui, n’aura pas l’honneur de la presse. La manipulation de l’information est constante et les exemples ne manquent pas. 

Quels organes d’information ont dénoncé notre intervention en Libye ? Le chœur des médias a salué nos chasseurs bombardant l’infidèle, le scélérat de Kadhafi, reprenant l’information officielle. On a applaudi à la mort horrible de Kadhafi savamment préparée car il ne devait pas sortir vivant. C’était « l’homme qui en savait trop ». Les médias qui nous ont enfumés de fausses raisons de notre intervention, sont d’ailleurs prêts à récidiver pour notre nouvelle intervention dans ce même pays qui est déjà en cours de montage et de présence de forces spéciales. On voit avec quelles précautions de style et mezzo vocce, on convient que l’EI utilise les gaz de combat fournis par la Turquie. On oublie que l’on en a accusé Bachar Al-Assad de les avoir utilisés, alors qu’il s’était plié à la destruction de ses stocks sous contrôle international. Le rapport de l’émissaire de l’ONU sur place précisant que les gaz n’avaient pas pu être utilisés par l’armée syrienne n’a pas été repris par la presse française. Par ailleurs on a su que les photos des enfants morts abondamment publiés n’étaient que celles d’un montage avec des enfants vivants.

On pouvait encore découvrir dans Le Figaro (!) du 10 mars 2016 une interview de Samar Yazbek accusant Bachar de tous les maux, et notamment « du massacre de son peuple par un chef honni ». « Les légions noires d’Allah sont une création cynique de Bachar », peut-on y lire. Ceci avalise les propos des politiciens de la pensée unique. Bachar Al-Assad et Poutine sont les têtes de turc, les ennemis à abattre, mais Erdogan et Porochenko méritent toute notre aide. Pour l’un et l’autre l’UE paye et ouvre ses bras pour les accueillir. Erdogan se fout de nous et le marché conclu est un marché de dupes, il ne cessera pas de faire monter les enchères pour le mettre en œuvre. Porochenko fait de même avec l’UE. Mais ces deux sinistres personnages ont bonne presse. Les bombardements actuels du Donbass et le massacre des kurdes en Turquie n’émeut pas les médias. Nous avons eu de nombreux articles sur l’occupation de Palmyre, merveille archéologique au patrimoine mondial, et nous en avons été choqué. Palmyre est libérée par l’armée syrienne mais la joie exprimée n’a guère dépassé celle des faits divers heureux. L’EI recule et la bataille d’Alep, deuxième ville de Syrie, est déclenchée depuis avant-hier. Puisque, soi-disant l’ennemi numéro un de notre pays est Daech, nous devrions être abondamment informés du recul de celui-ci comme le font… certains journaux africains ! 

Aucun média mainstream ne relève l’évidence du montage programmé des Panama Papers. Que signifie le mot « entourage » ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi Poutine est-il indirectement cité ? Pourquoi les États-Unis sont-ils épargnés ? Pourquoi le Panama avait-il été sorti de la liste noire en 2012 ? Où sont nos journalistes d’investigation ? Nous sommes abreuvés de nouvelles sur les enquêtes faisant suite aux attentats. Le fait de savoir que nos services font leur travail est suffisant. Cela ne garantit pas pour autant notre sécurité quand on sait que 90 djihadistes au moins sont passés dans le flux migratoire vers la Grèce. L’arrivée d’Emmanuel Macron dans une salle à Amiens devant 343 personnes a un retentissement dont l’ampleur est sans commune mesure avec l’évènement. Elle révèle simplement que les médias sont priés de suivre l’homme qui s’est fait adouber à Davos et que la patte de la banque Rothschild n’est pas loin. Grossir l’information est la tactique malheureusement habituelle pour préparer l’opinion… et ça marche. La seule peur des puissants ce sont les réseaux sociaux dont ils ne peuvent contrôler la totalité. Il reste encore une mince chance pour la démocratie si les peuples se révoltent. 

La désinformation va de pair avec le flicage du citoyen 

Nous entrons dans une nouvelle ère de servitude

Où les moyens des puissants vont pouvoir 

Tuer la démocratie tout en faisant

Qu’on leur en sache gré ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon