dimanche 21 décembre 2014

L’Islam djihadiste en pleine lumière ? A qui la faute ?



Nous voilà engagés militairement contre l’Etat Islamique et les actions sanglantes se multiplient contre les pays de civilisation occidentale (Canada, Belgique, France, Espagne, Italie, etc.) et tout le monde judéo-chrétien. Dans le même temps on observe un mutisme total du CFCM (Confédération Française du Culte Musulman) en dehors du discours habituel sur la séparation que nous devons faire entre l’Islam modéré et le terrorisme musulman. Pourtant c’est bien un musulman qui a tué à Toulouse, c’est bien un musulman qui vient de blesser des policiers à Joué-lès-Tours pour ne citer que ces actions parmi beaucoup d’autres. Force est de constater qu’il n’y a aucune action efficace qui soit lancée par cette organisation pour lutter contre le djihadisme, et pour cause ! On n’a pas plus d’échos du côté de l’OCI (Organisation de la Coopération Islamique regroupant 55 états musulmans), pas plus que de la Confédération des Frères Musulmans présente près d’Obama. Même la voix de Ramadan est Tari(e)q.

La frontière entre l’Islam, supposé modéré, est si ténue que l’Islam est caractérisé par une politique d’expansion qui est toujours basée sur l’invasion de peuplement dite pacifique, et de combat armé, le djihadisme. C’est un fait historique que les espagnols ne peuvent nier pour l’avoir subi pendant des siècles. S’il est évident que la majorité des musulmans n’est pas spontanément candidate au djihad, il n’en reste pas moins vrai que la pratique de la religion musulmane impose la primauté de la loi du prophète sur les lois de la République. Cela reste un dilemme pour une assimilation qui n’est vraiment réussie que par l’abandon de non-pratique de cette religion. C’est le cas d’un certain nombre d’individus mais la pratique du mariage entre musulmans et la ghettoïsation rendent de plus en plus difficile une véritable assimilation. Les jeunes se radicalisent et la stigmatisation de la civilisation occidentale rend la propension à rejoindre le djihad beaucoup plus attractive.

Nous assistons à une double évolution. Elle est intérieure avec un échec de l’assimilation des populations arrivant du Maghreb et du sud-saharien. Nous n’avons d’ailleurs jamais eu une véritable politique d’assimilation. Au mieux on parle d’une restriction de l’immigration sans se préoccuper de ceux qui sont déjà entrés et que nous avons souvent naturalisés sans lier cet acte à une véritable assimilation. L’insécurité et la difficulté d’enseigner dans nos établissements scolaires en est la meilleure preuve. Il ne suffit pas de parler des religions et de supprimer dans nos manuels d’histoire la victoire de Charles Martel et la conversion de Clovis au catholicisme, pour rendre notre histoire assimilable à des jeunes dont la famille et les paraboles de télévision se réfèrent aux valeurs des pays d’origine familiale. En fait nous avons accepté non seulement le multiculturalisme mais la mixité des civilisations dans une juxtaposition mettant en danger l’identité nationale.

 Elle est extérieure aussi avec une politique de soumission aux Etats-Unis et des engagements contre l’Islam djihadiste après des compromissions en Syrie et avec l’Arabie saoudite. Le monde musulman est divisé entre des factions comme Al-Qaïda, l’Etat Islamique et les Frères musulmans. Chacun joue successivement de compromissions et d’affrontements parmi lesquels les USA jouent leur propre jeu d’hégémonie et de chaos dans tout ce qui lui résiste. L’Etat Islamique est une nouvelle variante de la lutte de l’Islam contre l’Occident. Dimanche 29 juin 2014, premier jour du mois sacré du Ramadan, le califat de Da’ech fut proclamé sur l’ancien territoire des deux premiers empires arabes (Omeyade en Syrie et Abbasside en Irak). Au-delà de la portée symbolique de cet événement dans l’ordre religieux et politico-historique mondial, ce califat a radicalement bouleversé les données de l’échiquier régional. Ce califat visant Bagdad et les puits pétroliers est différent de celui réclamé par Al-Qaïda qui se réfère à la branche ottomane. 

Sur le plan rituel, le nouveau calife Ibrahim, de son nom de guerre Abou Bakr al-Baghdadi, cumule avec autorité pouvoir politique et spirituel sur l’ensemble des musulmans de la planète. Une posture qui le hisse au rang de supérieur hiérarchique du Roi d’Arabie, le gardien des lieux saints de l’Islam (la Mecque et Médine), d’Ayman Al Zawahiri, le successeur d’Oussama Ben Laden à la tête d’Al Qaida ainsi que du président de la Confédération mondiale des oulémas musulmans, Youssef al-Qaradawi. C’est une des raisons de l’afflux d’hommes et de femmes pour le djihad.

Par rapport à l’Islam le résultat de notre politique intérieure et extérieure est extrêmement négatif. Nous n’échappons pas à l’immigration de peuplement, nous aidons à l’implantation des mosquées et à la prise de notre patrimoine par des capitaux musulmans, nous maintenons notre attractivité à l’immigration et nous nous soumettons à l’acceptation d’une autre civilisation en pensant que le temps fera son œuvre pour construire une nouvelle France ouverte à la liberté et au respect des Droits de l’Homme. Malheureusement la réalité commence à nous rattraper. La jeunesse musulmane rejette notre civilisation tout en comptant bien rester dans ce pays et profiter de tout, et plus, de ce qu’il peut lui amener. Les actions djihadistes croissent déjouées ou non. Notre pays voit disparaître des églises, se construire d’immenses mosquées comme à Nice, à Bordeaux, à Lyon, à Marseille, à Cergy-Pontoise, à Nantes avec 1200 places et dans bien d’autres villes, et se multiplier les zones de non-droit où infirmières, médecins, pompiers se font agresser. Désormais c’est directement aux représentants de l’autorité militaire et civile que les agressions s’adressent par des actes dits isolés mais qui sont partie intégrante du bras armé de la toile islamique.
 
Le monde musulman des élites n’a aucune envie de changer les choses même si la conquête est menée de façon disparate et concurrentielle. Les factions s’opposent mais l’ennemi et le but restent les mêmes. Notre défaite est en cours et la diatribe contre Zemmour montre que nous ne voulons pas l’accepter car nous en sommes responsables. Ce n’est pas aux immigrés qu’il faut en vouloir mais à nous–mêmes. Comme les Troyens nous avons ouvert nos portes et la puissance du pétrole fait le reste. L’expansion musulmane et l’hégémonie américaine se sont alliées. Le pétrole lie Arabie saoudite et USA. Le chaos profite aux deux et permet au passage d’éliminer toutes les confessions et ethnies indésirables. Nous avons même le front de participer à l’élimination de tous les régimes forts, capables de résister, et cela au nom de la démocratie. Pendant ce temps c’est au nom de l’Islam que l’on exécute des hommes et que l’on capture des femmes et des enfants dits infidèles. Des milliers de femmes yézidies ont été réduites en esclavage et violées par les djihadistes de l’Etat islamique. Le scénario est le même sur les chrétiens du Nigéria et dans bien d’autres contrées. 150 femmes qui avaient refusé de se marier ont été exécutées par le Da'ech. Peuple de France, l'Islam est un et divisible lui, ouvre les yeux sinon… 

Soumission, aveuglement, poltronnerie, veulerie, 

Seront les marques de l’histoire de la France 

Pour ceux qui auront dû quitter ce pays 

Abandonné au Nouvel Ordre mondial 

Et à une autre civilisation : l’Islam ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon