mardi 16 décembre 2014

Deux peuples élus et un trio infernal (US-OTAN-Israël)



Des évènements se passent dans de nombreux pays avec des musulmans djihadistes. Il faut bien les désigner ainsi, et non sous le nom de terroristes, car leurs actions sont par définition des actes de guerre et la pratique du djihad inclut le terrorisme. C’est la pratique de la terreur comme au temps des razzias pratiquées par l’Islam à sa naissance. Mais ce chaos est le résultat d’une politique pratiquée par les néoconservateurs américains qui enflamment le monde entier. C’est eux qui ont armé les combattants de l’Etat islamique et qui mobilisent ensuite l’alliance pour les combattre. Le but de cette géopolitique est de créer le chaos et de s’en servir pour justifier d’autres actions de guerre et d’élimination des pays souverains insoumis. 

Ce groupe de puissants qui font partie des 1% les plus riches de la planète a lancé une politique hégémonique et veut imposer une dictature au monde entier. Les pays sont soumis ou détruits, désorganisés et la mainmise est ensuite réalisée par une présence américaine visible ou secrète. Ils ont contrôlé le Pentagone, le Conseil National de Sécurité, le Bureau du Vice-Président, et bien d’autres choses. Le danger de cette prise des rouages par un complexe militaro-industriel avait déjà été dénoncé par le général Eisenhower. Depuis et en particulier depuis W. Bush les actions guerrières se succèdent. 

Selon Paul Craig Roberts, ancien sous-secrétaire au Trésor américain, économiste et journaliste :  « Les néoconservateurs nous ont donné le 11 Septembre et son camouflage, les invasions de l’Afghanistan et de l’Irak, le début de la déstabilisation du Pakistan et du Yémen, l’AFRICOM, l’invasion de l’Ossétie du Sud par la Géorgie, la disparition du Traité ABM, l’espionnage inconstitutionnel et illégal des citoyens américains sans mandat judiciaire, la perte des protections constitutionnelles, la torture et les manquements du pouvoir exécutif vis à vis de la loi, du Congrès et du pouvoir judiciaire. » 

On ne peut que constater en tous cas que la théorie du chaos se développe. La guerre, les attentats, le renforcement de la présence militaire américaine aux frontières de la Russie, au Moyen-Orient, en Orient du Sud, en Afrique, ainsi que la diabolisation de la Russie et la présence renforcée de la marine américaine en Mer Noire et près de la Chine, ne répond pas à une menace directe des USA mais à une politique d’un pays qui se considère élu pour dominer le monde, les USA, et à un peuple qui se dit élu, Israël. La puissance militaire de l’OTAN à laquelle s’adjoignent d’autres alliés habituels comme l’Australie et de circonstance comme l’Arabie Saoudite, finit un trio qui se croit tout permis au nom de mensonges répétés comme la démocratie et les Droits de l’Homme. 

Rien ne semble vouloir les arrêter. Le droit d’ingérence est considéré comme acquis et l’ONU devient ce « machin » du Général De Gaulle à la solde de ce grand cartel de pays soumis ou soudoyés. L’intervention de la Russie au Conseil de Sécurité ne fait que ralentir le rouleau compresseur. Le problème syrien donne lieu à une intervention aérienne sur un pays souverain d’une part et à une aide officielle et secrète aux rebelles syriens. Cette double action est en fait dirigée vers le régime élu de la Syrie avec un double but, mettre l’économie du pays à genoux et faire plier le président syrien à défaut de le tuer. 

A ce volet guerrier il faut ajouter la guerre économique. Les sanctions sur la Russie en est un des aspects. Il faut continuer à imposer le dollar comme monnaie de référence. On peut craindre finalement une nouvelle guerre mondiale car la Russie et la Chine avec les BRICS et des accords stratégiques entre la Russie, la Chine et l’Inde montrent que ces pays ne veulent pas se soumettre à un monde unipolaire. L’espoir peut venir de l’effondrement économique d’un système financier qui a créé une montagne d’argent virtuel. Ce château de cartes peut s’effondrer si les échanges commerciaux avec les pays du BRICS avec paiement en dollar et l’achat d’obligations américaines se tarissent au profit d’une nouvelle monnaie assise sur l’or. La Chine est le principal producteur d’or et en importe des quantités importantes depuis quelques années. 

Ce serait un moindre mal si l’économie mondiale s’effondrait et nous évitait un conflit majeur par l’arrivée de difficultés socio-économiques paralysantes dans les pays occidentaux mais surtout dans la première puissance mondiale. Il faut en espérer l’augure car les évènements actuels se précipitent. L’Iran va revenir dans l’objectif américain et il semble que cela ne se présente pas aussi bien que l’arrivée d’un nouveau président pouvait le laisser penser. L’Iran commence à se tourner vers la Russie et les exigences américaines peuvent acculer le pays à durcir sa position. 

La politique hégémonique américaine et d’un Occident soumis 

Met par la guerre le monde en danger d’un conflit mondial 

Que peut éviter un effondrement économique 

Ce qu’on appelle un moindre mal ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon