lundi 9 mars 2015

Le duo Hollande-Valls a peur du FN, nous… nous avons peur d’eux !



Au moment où la France risque de se voir entraînée par l’OTAN dans un conflit majeur avec la Russie, où nous envoyons nos Rafales en Irak bombarder l’EI fourni en armes par la paire Etats-Unis-Royaume-Uni, où nous ne contrôlons plus réellement la situation au Mali, notre duo de tête ne pense qu’aux élections départementales et à la présidentielle ! Surfant sur des conditions extérieures favorables, avec la baisse de l’euro et du pétrole, ainsi que les taux bas d’emprunt, le duo voit déjà le retour des hirondelles avec le printemps… français celui-là. Non, messieurs vous êtes coupables de n’avoir en rien amélioré notre pays qui continue à descendre dans la hiérarchie des puissances moyennes car les conditions favorables d’aujourd’hui ne vous permettent pas visiblement de réduire le chômage ni de rétablir un climat de confiance en l’avenir dans les entreprises. C’est au travail que vous devriez être et non pas sur les routes à faire des sourires, des ronds de jambe, des promesses creuses et des incitations à voter contre !

A cause de vous notre pays est en danger, car vous êtes resté dans l’OTAN, vassalisés et conduits tout droit à alimenter les conflits un peu partout au risque de déclencher un conflit majeur. A cause de vous notre pays est en danger parce que vous n’écoutez pas le peuple français qui a refusé la Constitution Européenne. Vous n’avez pas écouté ce pays sentant confusément que le carcan dans lequel nous sommes finalement entrés était un déni de démocratie. Il sentait que ce carcan nous ferait tirer la charrue pour l’Allemagne et ne regarder l’horizon que dans l’intérêt des hégémonies états-uniennes et allemandes. Vous ne devriez pas avoir le front de faire peur des voies nouvelles, que soutiennent en partie les souverainistes, en suggérant l’arrivée de relents de fascisme quand le Premier Ministre vitupère, le doigt pointé vers l’ennemi, avec des accents fascisants en pleine Assemblée Nationale ! 

Qu’avez-vous fait ? Rien, ou presque rien, sinon des pertes de repères sociétaux bien inutiles pour des revendications de minorités qui pouvaient être résolues en aménageant les lois existantes. Croyez-vous que les enseignements bon-chic-bon-genre dans la tête de nos marmots vont permettre de faire des hommes et des femmes instruits, solidement assis sur des principes sains de vie en société ? Croyez-vous que de diminuer l’enseignement du savoir au profit de l’éducation, même civique, va nous donner des enfants ayant mieux acquis ses fondamentaux ? Croyez-vous que cela va empêcher les parents, qui ne croient pas en la toute-puissance des lois de la République sur la religion, d’éduquer leurs enfants dans le respect d’autres principes ? Croyez-vous avec vos énergies renouvelables que la voie allemande de la pollution subventionnée, avec éoliennes et centrales thermiques associées, soit la voie du progrès ? Achèterons-nous comme elle des droits de pollution carbone ?

Mais parlons économie. Vous avez rejeté toute idée de sortie de l’euro en stigmatisant la dévaluation associée. Mais que faites-vous en figeant les salaires des fonctionnaires ? De la dévaluation interne ! En plus vous avez le front de vous réjouir aujourd’hui de la baisse de l’euro qui va doper nos exportations en passant en un an de 1,36€ à 1,20€ pour 1 dollar. Cette dévaluation ci est bonne, pas l’autre ? En l’occurrence vous faites preuve de mauvaise foi ou d’ignorance économique grave. Cette dévaluation n’apportera pas le souffle attendu à notre économie pour la simple raison qu’elle ne nous avantage que sur les marchés de la zone dollar et encore. Par exemple le dollar canadien s’est aussi dévalué fortement par rapport au dollar donc résultat nul pour nos exportations là-bas. En dehors de l’UE, le yen a été dévalué de 12% par rapport à l’euro, ce qui diminue fortement le gain sur le prix de nos exportations au Japon. 

Mais plus important encore est le fait que 50% de nos exportations sont faites en zone euro, zone dans laquelle la dévaluation par rapport au dollar n’a aucun effet. Seuls jouent le coût unitaire de la main-d’œuvre et la productivité. Or les pays en difficulté, Grèce, Irlande, Italie, Portugal, Espagne, France ont accumulé depuis 1999 un retard par rapport à l’Allemagne oscillant entre 12 et 27%. Aux disparités des lois sociales, il faut ajouter les différences d’inflation. Le tout fait que certains pays sont dans des difficultés insurmontables dont la France s’est affranchi en partie en creusant les déficits donc la dette. D’autres ont été conduit à marches forcées dans des politiques d’austérité à  base de dévaluation interne donc de baisses de salaire. Ces dernières ont ralenti la consommation interne, diminué les recettes fiscales et creusé la dette, d’où un cercle vicieux qui ne fait qu’empirer la situation. Il va falloir sortir de l'euro pour rendre sa monnaie et ses armes économiques à chacun.

Voilà messieurs pourquoi vous êtes dans l’hypocrisie ou l’ignorance. La BCE a ouvert largement la planche à billets (60Mds d'euros par mois de rachat d'obligations d'Etat). La Bourse se régale mais bien peu revient vers l’économie européenne. Cela suffit à vous faire sourire à l’avenir. Pas nous ! Il n’y pas de véritable signe d’un rebondissement. La Banque de France vient d’ailleurs de corriger ses prévisions de croissance de 0,4% à 0,3% pour le premier trimestre 2015. Vous ne pouvez plus nous faire croire que vous êtes sur la bonne voie et fustiger ceux qui en proposent une autre. Vous n’avez pas de solution et vous avez peur que d’autres en ait une. Oui vous avez peur. Vous avez peur d’affronter l’UE, l’Allemagne, et les Etats-Unis qui poussent derrière avec le Traité Transatlantique de Libre-Echange. Vous avez peur d’affirmer notre indépendance vis-à-vis de l’OTAN et vous préférez envoyer notre argent dans des armes qui se retournent contre nous et nos troupes risquer leur vie pour l’hégémonie américaine. Vous n’avez que le droit de représenter une France qui meurt, de perte d’identité et de chômage. Nous vous signons un Pacte d’Irresponsabilité. Ne lui apportez plus fleurs et couronnes, elle ne veut pas mourir ! 

Sachez qu’un chef qui a peur n’est déjà plus un chef.

Ce n’est pas dans les coursives qu’est le succès 

C’est devant le drapeau au pont d’Arcole ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon