jeudi 21 août 2014

Notre avenir se joue en Ukraine



La candidature d’Alain Juppé aux primaires UMP n’est qu’un épiphénomène politique qui a le don de mobiliser les médias mais dont l’impact sur notre vie future n’aura que peu d’incidences même s’il est élu. Ce n’est qu’un vieux cheval de retour, imbu de la pensée unique, qui a trempé depuis quarante ans dans le marigot de la politique et a été condamné par la justice pour s’être mouillé dans des affaires illégales de la Mairie de Paris. Faute de grives, il nous faudra bien manger des merles. De même on nous a abreuvé du massacre des palestiniens par une nation colonisatrice qui n’a de cesse de trouver des frontières naturelles du plateau du Golan à la Cisjordanie. Il n’y a pas jusqu’à l’affaire Ferguson qui remplit nos journaux télévisés alors que, dans une société multiraciale, les conflits ne sont jamais éteints. Elle n’appelle que notre compassion acquise d’avance pour les parents mais devrait surtout nous faire réfléchir sur les problèmes inhérents à une société multiculturelle chez nous. 

L’important c’est que la guerre est, souvent interne à chaque pays avec presque toujours des ingérences étrangères. Afghanistan, Libye, Syrie, Mali, Centrafrique, Irak, Nigeria, Ukraine, etc… ne sont que les prémices d’un élargissement des conflits en Eurasie et en Afrique. Cet embrasement est difficile à comprendre et à suivre pour celui qui ne fait que suivre le déroulement comme une série de faits divers sans lien entre eux. La désinformation actuelle d’un pays vassalisé et des médias, subventionnés pour être une caisse de résonance du gouvernement, ne laisse guère qu’aux réseaux sociaux encore la liberté de s’exprimer… en liberté surveillée. En effet l’orientation de l’information qui nous a présenté la guerre civile en Ukraine comme celle de corrompus réprimant la liberté de ses citoyens est encore martelée alors que l’analyse des faits donne une interprétation toute différente. Cette désinformation n’est pas d’hier, elle a masqué la réalité des buts de nos interventions en Afghanistan, en Libye, au Mali, en Syrie et en Ukraine. 

Mais le conflit, qui ravage la partie Est russophone de l’Ukraine avec l’opposition armée du Dombass au gouvernement ukrainien, est le résultat d’une provocation américaine dans un but géostratégique. Celui-ci n’a pas varié depuis les années 70 et la mise dans le domaine public de certaines archives déclassées vient de le prouver aux historiens. L’une de ces facettes est le nécessaire éloignement entre la Russie et l’Europe. La phrase du Général De Gaulle définissant l’Europe « de l’Atlantique à l’Oural », ce qui n’est qu’une vérité géographique, était donc redoutable et devait conduire nécessairement à l’éloigner du pouvoir. Ceci a été mis en œuvre dès que le Général a rapatrié son or des États-Unis, accusé qu'il était par ailleurs d’avoir mis les GI dehors et d’avoir constitué un armement nucléaire indépendant, indépendance désormais perdue de fait. 

Ceci se complète par une implantation de bases américaines tout autour de l’ensemble Russie-Chine et une politique de déstabilisation des républiques de l’ex URSS ainsi que des régimes forts non coopératifs du pourtour méditerranéen et du Moyen-Orient. La séparation de l’Ukraine d’avec la Russie a été réalisée par Gorbatchev, agent de la CIA, qui a fait avaliser cet abandon par le peuple russe en incluant dans l’accord avec l’OTAN la promesse que celui-ci ne chercherait plus à annexer d’autres nations aux frontières de ce qui restait de l’emprise de l’URSS. 

De toute évidence les USA n’ont en rien respecté cet accord et ont continué à se rapprocher de la Russie avec les États baltes, la Pologne, la Roumanie, la Bulgarie, la Hongrie, la Slovénie, la République Tchèque et la Slovaquie, puis plus tard l’Albanie et la Croatie. Il reste encore l’Ukraine, la Géorgie et la Biélorussie pour encercler la Russie. C’est pourquoi le coup d’État en Ukraine a été orchestré par les services secrets occidentaux. Il s’agit bien d’un coup d’état puisque Porochenko a été intronisé en violant les procédures de la Constitution ukrainienne avec l’aval des occidentaux. Le fait est que les tireurs d’élite, qui ont fait basculer le pouvoir en rependant le sang, ont tiré indistinctement sur les insurgés et sur les policiers. Ils n’œuvraient donc pas pour l’un des deux camps, mais pour celui qui est désormais au pouvoir et mis en place, financé et armé par les USA et l’UE vassale. 

La sourdine qui est mise sur les massacres de plusieurs milliers d’hommes, de femmes et d’enfants de la population civile perpétrés par Porochenko, que l’on ne veut en réalité pas arrêter dans sa mise au pas du Dompass, c’est-à-dire la soumission, la mort ou le départ vers la Russie des récalcitrants. Les sanctions sont pour la Russie, dont l’action militaire sur le territoire ukrainien n’est pas reconnue par l’ONU pourtant très influencée par les USA. Cette diabolisation de la Russie fait bien partie du plan géostratégique dans lequel l’Allemagne est directement impliquée car ses liens économiques avec la Russie sont importants. Mais l’Allemagne est devenue un vassal et Angela Merkel est espionnée comme tout autre pays d’importance, donc même plus que d’autres. 

C’est en Ukraine que se joue actuellement notre avenir. L’abandon du peuple du Dombass par Poutine signifierait la main mise définitive des USA sur l’Europe avec la dernière chance pour elle de pouvoir jouer un rôle médiateur entre deux grandes puissances et de ne pas dépendre des USA pour ses ressources énergétiques. N’oublions pas que la puissance militaire de la Russie est toujours redoutable et que les réserves pétrolières et gazières de ce pays sont égales à celles du Moyen-Orient. Si la Russie ferme le robinet l’UE devra se tourner vers les USA et accepter les prix qu’ils décideront car le Moyen-Orient joue dans la cour de l’hégémonie américaine. Compte-tenu du rapprochement avec la Chine et de la montée des provocations américaines sur le pré-carré russe, on joue avec le feu et l’UE n’a rien à gagner à jouer le jeu américain, rien d’autre qu’un conflit généralisé. 

Le cloaque de notre monde politicien actuel laisse la France 

Sans défense dans le ventre de l’ogre américain 

Où règnent les puissances de l’Ombre 

Broyeuses des peuples naïfs ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon