mercredi 6 août 2014

Mensonges, oligarchie et guerres (4ème partie)

J’avais l’intention de faire un article sur les expulsions, les massacres dont sont victimes les chrétiens dans le monde pour réveiller la conscience de leur appartenance profonde à tout ce que notre civilisation a apporté à l’humanité. Les protestants ne manqueront pas alors de me rappeler la Saint-Barthélemy, les juifs leurs déportations et leur extermination par les nazis, les arabes m’opposeront les croisades. Les religions nous ont apporté le meilleur et le pire dans l’histoire de l’humanité. Ils nous donné quelque chose qui vient du fond des âges, la spiritualité en ce qu’elle avait de détachement des biens matériels, du matérialisme.

La recherche des raisons pour lesquelles nous sommes nés et nous allons mourir comme une poussière dans un univers infini ne laisse que peu de temps de réflexion à tous ceux qui courent vers la floraison sans cesse renouvelée de l’acquisition des derniers biens nouveaux. Le matérialisme, l’appétit de vivre au maximum l’instant, celui de fermer les yeux pour ne pas voir demain est en train de corrompre le genre humain. 

On nous ment de toutes parts et nous nous mentons à nous-même sur la vraie nature du bonheur et de la paix de l’âme. Nous ne voulons plus voir autre chose que ce que l’on nous dit de voir avec les lunettes imposées. Nous n’entendons plus les appels de nos frères dispersés dans le monde qui croient en Dieu comme la plupart de nos ancêtres, comme si leur disparition ne créait plus aucune plaie à notre civilisation. Nous laissons ainsi se détruire les piliers, non seulement de notre civilisation mais de l’humanité. 

La famille n’est plus considérée comme l’essence vitale d’une nation, celle qui lui fournit des enfants éduqués, en bonne santé et prêts à apprendre un métier. On insinue même à ces enfants le doute sur la prédominance du sexe biologique. L’institution du mariage est détournée vers des couples de même sexe, ce qui pose des problèmes de procréation et d’éducation. La nation est présentée comme une cause de guerre et de division entraînant une perte d’identité de ses citoyens, ballotés entre une nation qui s’éloigne et une Europe qu’ils ne reconnaissent pas parce qu’elle n’a pas besoin d’eux ni de leur avis. Les repères disparaissent les uns après les autres. L’individualisme et le corporatisme s’installent dans un pays blasé, sans boussole, sans perspective autre que la spoliation et le chômage qui est entre les mains d’une oligarchie mondiale dans des croupions de nations et une technocratie européenne. Le tout dans un climat de mensonges permanent. 

La vérité ne s’impose jamais d’elle-même, sauf, peut-être, à très long terme, et encore, mais que le mensonge, appuyé par la force, lui, est presque toujours vainqueur. Le mensonge asphyxie le peuple. Plus personne ne conteste le bien-fondé de l’austérité et le laminage des classes moyennes. Plus personne ne conteste la destruction des régimes politiques non alignés. Plus personne ne s’indigne de la grande campagne mondiale en cours pour la mainmise sur les sources d’énergie et les moyens d’acheminement. Plus personne ne conteste la grande offensive « kleptocratique » et le pillage du travail et  de l’épargne au profit de la classe financière/bancaire. 

Nous avons eu deux guerres mondiales, deux guerres pour une hégémonie pour l’Ordre du Monde mais l’hégémonie américaine est à l’œuvre et présente dans ces deux conflits. Après avoir supplanté l’hégémonie britannique, puis allemande, elle monte en puissance. Elle fait rentrer l’Allemagne dans une satellisation plus coopératrice et dépendante. Pour nous l’affaire est réglée. Elle s’étend vers l’est avec l’Ukraine, et la Biélorussie et la Géorgie en point de mire. Elle voulait un conflit en Ukraine, Elle a son conflit. Les Israéliens voulaient frapper un grand coup colonisateur en Palestine, ils ont trouvé, sinon suscité, leur prétexte. Et tout, absolument tout, est de la même eau, de la même veine. Mais nous le peuple, nous gobons, nous gobons… et nous payons. La folie hégémonique mobilise l’usage de la force, de la force sous toutes ses formes, militaires, policières, médiatiques, financières, technologiques, etc. dans un monde de loups où la raison du plus fort est toujours la meilleure.  

Le chaos, le désordre entraîne guerres et massacres,

L’affrontement des civilisations y participe 

Pour ceux à qui profite le crime ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon