vendredi 1 août 2014

Mensonges, oligarchie et guerres (1ère partie)

Les mensonges ont toujours fait partie de la panoplie des puissances politiques et financières. Nous croyions être sortis de la propagande communiste qui a abusé tant de français sur l’arrivée du bonheur en URSS, régime vers lequel on voulait nous entraîner. La dure réalité nous étreint de nouveau avec une dimension européenne et planétaire. Le seul changement réside dans les moyens de communication, internet et les réseaux sociaux. Le mensonge est en danger parce que plus facilement connu, démasqué. Il peut devenir contre-productif pour la manipulation des peuples. Pour le museler il faut soustraire au peuple son moyen d’action, la démocratie. 

C’est ainsi que l’on dit au peuple européen que la démocratie progresse en lui susurrant qu’il va élire le nouveau président de la Commission Européenne. Tromperie manifeste puisque le seul candidat présenté aux députés européens, déjà fort éloignés de la représentation de ceux qui les ont élus, est le résultat de tractations entre pays. Angela Merkel ne voulait pas de Junker, elle l’a finalement défendu au prix de la colère de Cameron mais pour éviter l’élection du candidat socialiste. Qu’avons-nous décidé ? Rien mais on nous a insufflé un parfum de démocratie qui a pu encore en enivrer quelques-uns. 

Mensonges des politiques français sur la fin de la crise, la fin de l’augmentation du chômage, sur une politique d’austérité qui diminuerait réellement et significativement les dépenses de fonctionnement de l’État, essentiellement la masse salariale pléthorique des fonctionnaires, mais fait en réalité porter le poids principal sur les subventions aux régions qui ne vont pas se priver de les répercuter sur leurs administrés. 

Mensonges sur « l’interrégionalité » qui va d’abord nous coûter au moins 10 milliards à emprunter, ne va pas supprimer avant longtemps les régions existantes qui survivront d’autant mieux qu’elles s’accrocheront à une métropole urbaine, mais éloigne le peuple des centres de décision. C’est là évidemment le principal intérêt, plus le peuple est éloigné, plus l’oligarchie politique et financière accouplée a les mains libres. SI la France a eu du mal à se faire c’est qu’elle s’est affrontée à de grandes régions, de grands duchés puissants financièrement donc militairement forts. Les grandes régions ne sont qu’un pas de plus vers la destruction des nations et l’imposition finale du fédéralisme européen… et transatlantique. 

Mensonges européens sur les bienfaits du Traité Transatlantique, directement utilisable par les grandes entreprises multinationales et bancaires ; traité qui de plus va donner juridiquement du poids à celles-ci par rapport aux Etats. Mensonge sur l’utilisation des armes chimiques par le régime syrien alors que l’on ne peut plus produire le rapport de l’expert délégué par l’ONU qui accuse les insurgés syriens, mensonge dans le but de justifier l’armement des djihadistes, la justification de démocratie en ayant pris un coup depuis avec l’élection de Bachar al Assad. Ce mensonge aboutit au massacre des chrétiens en Syrie qui vivaient en paix dans un régime qui prônait la laïcité… Bravo Fabius ! 

Mensonges sur l’Ukraine où le soutien aux contestataires de Kiev, leur formation et l’apport d’aide financière par la CIA, la présence des israéliens, ne pouvait que se faire affronter deux populations que seul un trait sur la carte avaient réunies. Les ukrainiens de l’ouest, très inclus culturellement dans l’Europe occidentale n’ont pas oublié les massacres russes de 1932-1933. Il suffisait de mettre le pouvoir en question pour que saute le couvercle de la marmite. Désormais ce sont les russophones de l’est qui doivent sauver leur peau. Leur sort est scellé « mourir ou fuir ». 

Mensonge donc de notre intervention occidentale pour raison de démocratie, mensonge sur le véritable but de l’opération qui est de mettre l’OTAN, son armement et ses stations d’écoute aux portes de celui que les États-Unis s’ingénient à nous éloigner, la Russie. L’Ukraine, bien avant d’être entrée dans l’UE, va devenir un partenaire militaire des États-Unis qui va y mettre de l’armement nucléaire… à tout hasard. Un conflit mondial n’effraie pas l’oligarchie mondiale… elle s’y prépare. 

Mensonge avec l’argumentation pitoyable des États-Unis sur la culpabilité de la Russie dans le crash de l’avion malaisien, alors qu’ils ont claironné avoir des preuves incontestables qu’ils se refusent de divulguer. Mensonge du président ukrainien qui ne livre pas les rapports du contrôle aérien de Kiev qui a dérouté l’avion sur la région de Donetsk et probablement fait descendre à une altitude le mettant à portée des chasseurs Sukhoï SU-25. L’analyse des impacts sur la carlingue prouve déjà que ce n'est pas un Buk-M1-2 qui a provoqué ceux-ci, car ils ne projettent que des tiges d’acier. Si la culpabilité des russes ou pro-russes était clairement établie, on voit mal comment les États-Unis ne profiteraient pas de l’aubaine pour détruire la respectabilité de la Russie aux yeux du monde. En affirmant détenir les preuves, on laisse un doute qui permet de lancer une nouvelle vague de sanctions. 

Cette affaire continuera d’être exploitée avec le maquillage des rapports du contrôle aérien de Kiev, celui des boîtes noires aux mains des anglais accoquinés aux américains. L’ennui ne vient que des photos des débris de l’avion qui sont arrivées sur la toile, il importait que les experts n’arrivent pas sur les lieux. La zone devait donc être au centre des combats. Manque de chance les experts sont arrivés par un chemin détourné. Un bon pilonnage du lieu du crash peut encore les dissuader de rester. 

Mensonge à propos de l’attaque israélienne sur la bande Gaza ; Israël doit avoir les mains libres avec le Hamas qui jouait sa dernière carte. Son armée doit être prête pour un autre combat, c’est l’occasion de rôder ses forces. La Syrie est trop occupée par sa guerre civile pour présenter un danger. L’approche de l’Iran par l’Irak est en cours avec des troupes djihadistes formées par la CIA. Même difficilement contrôlables, elles affaiblissent le régime chiite irakien qui détient encore une bonne partie des richesses pétrolières. 

L’accélération de la stratégie du chaos par le mensonge et les armes est le reflet de la peur des États-Unis de perdre l’hégémonie du dollar et la suprématie militaire. Ils nous entraînent dans une spirale infernale où l’Europe sera sollicitée pour verser cette fois beaucoup plus de sang que celui de leur peuple. Nous n’avons pas abordé tous les sujets de mensonge que nous complèteront dans un prochain article, en particulier sur le massacre des chrétiens et sur l’Afrique, mais on peut déjà en tirer trois constats :
  • Pulvérisation des états nations à des fins géopolitiques et de pillage énergétique...
  • Souveraineté nationale, nous faisons désormais partie d'un bloc dirigé par les États-Unis, qui est de plus en plus agressif à l'égard du reste du monde...
  • Ukraine, risque de conflit planétaire avec la Russie...
Devant la menace d’un bouleversement monétaire affaiblissant le dollar, 

Conscients qu’ils détiennent encore la suprématie militaire, 

Les puissances de l’Ombre jouent la carte de la guerre 

Dans une course de vitesse englobant l’Europe ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon