jeudi 27 août 2015

L’arnaque des chiffres et le deux poids deux mesures


Les chiffres du chômage de juillet viennent de tomber et ils ne sont pas rassurants. Pourtant le gouvernement se flatte d’un léger recul du chômage avec -0,1%... sur la catégorie A. Ce chiffre est pourtant le résultat d’une addition entre les demandeurs qui rentrent à Pôle emploi et ceux qui en sortent et ce résultat c’est 22.200 chômeurs de plus, malgré 303100 radiés ce mois. Toutes catégories confondues l’augmentation est de 6% en un an, Dom Tom compris, soit 6.432.200 privés d'emploi et travailleurs occasionnels officieux. Le gouvernement ne parle jamais de la France et de ses départements d’outremer pour minimiser les chiffres. Il faut ajouter que plus d'1 chômeur inscrit à pôle emploi sur 2 (52 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE. La France c’est ainsi 6 millions de personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté, avec un chômage des plus de 50 ans qui a augmenté de 10% en un an et celui de très longue durée de 18,6%. Voilà la réalité des chiffres, celle où l’on dit tout. 

Le gouvernement manipule les chiffres du chômage pour tromper le peuple mais il le fait dans d’autres domaines comme la croissance. L’objectif de la croissance maintenue à 1%, voire mieux, pouvait avoir une certaine cohérence encore en début d’année. « La reprise, elle est là » nous avait dit François Hollande le 14 juillet 2013. Pourtant après l’euphorie d’un premier trimestre à 0,7%, il n’y a aucune croissance en France au deuxième trimestre. Pire encore, la croissance du secteur privé est même en recul, la production industrielle et la consommation des ménages baissent. L’embellie éphémère a été due à la baisse de l’euro, à la baisse du pétrole et des matières premières, et à la baisse des taux mais les entreprises performantes quittent toujours le territoire ou sont rachetées par des entreprises étrangères. La France est toujours paralysée, par une lutte des classes qui oppose encore les méchants patrons et les salariés exploités…, par un Code du Travail d’une complexité inquiétante et par des revirements législatifs incessants. La loi Rebsamen qui prétendait offrir « du progrès social aux salariés et de la souplesse aux entreprises » est devenue une loi fourretout qui est une occasion manquée de plus de réformer en France le code du travail. De plus on ne peut affirmer droit dans les yeux que devant une économie chinoise et des pays émergents en baisse que le moteur de la croissance française ne sera pas affectée, c’est pourtant ce que Macron affirme. C’est l’arnaque des chiffres. 

Mais il est un autre domaine où les politiques nous déçoivent en permanence, c’est le deux poids deux mesures que ce soit en France ou dans l’UE. Nous sommes confrontés à des problèmes graves demandant des dépenses non négligeables sur les migrants et la sécurité intérieure notamment. Pour Calais, le Royaume-Uni promet 10 millions d’euros et des policiers anglais (pied de nez à l’efficacité policière française) pour un effort français de moindre ampleur. Nous mégotons sur le renforcement des moyens de la DSI même si un effort est fait. Car c’est bien là un point capital de notre défense territoriale contre la menace terroriste. Le reste est de la poudre aux yeux car les cibles des regroupements humains sont en nombre illimité, les moyens de transport ferroviaires et routiers en nombre impossible à sécuriser, les usines chimiques des cibles de choix, etc. Par contre nous refusons de livrer les deux porte-hélicoptères de type Mistral à la Russie, sur « recommandation américaine », et jetons à l’eau, si je puis dire, 2 milliards d’euros. Les russes n’ont toujours pas autorisé la France à exporter ces navires vers d’autres pays, l’affaire en plus n’est pas finie. Ces deux milliards gâchés ne font-ils pas mal aux agriculteurs avec qui on discute pied à pied un allégement des charges et à qui on fait miroiter un coup de pouce de Bruxelles qui n’arrivera pas. 

Mais nous conservons cette attitude du deux poids deux mesures dans nos actions à l’extérieur dans le cadre de l’UE ou de l’OTAN. Je n’en veux pour preuve que ce qui vient de se passer en Grèce où l’on a obligé la Grèce à signer un 3ème accord plus contraignant que les précédents et dont les chances de réussite sont même contestées par le FMI, un véritable assassinat selon Yanis Varoufakis. Par contre l’accord d’aide qui vient d’être accordée à l’Ukraine, vient de passer comme une lettre à la poste. Jugez plutôt, je cite l’AFP. L'Ukraine a annoncé jeudi avoir arraché un accord "historique" avec ses créanciers occidentaux sur la restructuration de sa dette qui écarte la menace d'un défaut de paiement de cette ex-république soviétique ravagée par la guerre.


« L'accord, trouvé au terme de cinq mois de négociations difficiles, prévoit l'effacement de 20% de cette dette, soit environ 3,6 milliards de dollars, et un allongement de quatre ans de la durée du remboursement des sommes restantes, ont annoncé le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk et sa ministre des Finances Natalie Jaresko au Conseil des ministre de jeudi. "Le défaut de paiement tant attendu par nos ennemis n'a pas eu lieu", a lancé le Premier ministre dans une claire allusion à la Russie. En échange, Kiev a accepté une légère hausse du taux d'intérêt, 7,75% contre 7,2% actuellement. » Et voilà le tour est joué, les médias n’en feront pas leurs choux gras et le bataillon musulman, mis à la frontière de la Crimée, pourra mieux se préparer à y entrer. Si la Russie le repousse, on augmentera les sanctions contre eux et l’armée américaine augmentera ses effectifs en Europe, principalement aux frontières proches de la Russie. 

Nous ne croyons plus du tout en ceux qui nous gouvernent

Car en permanence, effrontément, ils nous bernent. 

Pour nous de la peste ils sont les animaux

Et les porteurs de nos maux ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon