mardi 20 octobre 2015

Le Nouvel Ordre Mondial ne supportera pas l’échec



Ce 19 janvier 2015, Oxfam publie son dernier rapport sur la répartition des richesses dans le monde. Sans surprise, les 1% des riches s’accaparent une part toujours plus grande des richesses par rapport aux années précédentes. Très précisément, ce sont 48% des richesses qui sont détenues par les 1%, laissant 52% aux autres. Les mille milliardaires du monde vous remercient donc de les enrichir quotidiennement. Mais rassurez-vous 20% de la population mondiale, dont vous faites probablement partie, se partage 46,5% des 52% restants. Ce qui signifie que les 80% de la population, soit la majorité, doivent aujourd’hui vivre sur les restes d’autres restes… Notons que seulement 80 personnes se partagent 1 900 milliards de dollars en 2014, soit 600 milliards de plus en 4 ans, alors que 3,5 milliards de personnes les moins riches doivent se partager les mêmes richesses que ces 80 personnes extrêmement fortunées.

Mais le processus d’écart entre riches et pauvres ne cesse de s’accentuer. Les riches sont de plus en plus riches. Seule lumière dans ce tableau inquiétant est le recul de la pauvreté. En 20 ans, le nombre d’affamés est passé de 24% à 14% de la population mondiale. L’extrême pauvreté recule, mais beaucoup trop lentement comme si elle acquérait lentement une certaine « normalité ». Il faut constater que la répartition des richesses ne suit pas la théorie du ruissellement, il y a de grands bacs de rétention avant l’arrivée au niveau zéro. Les plus riches s’accaparent l’essentiel de la richesse et 30% des milliardaires sont américains. Ce 1% de la population riche investit dans le lobbying et régit le monde par l’argent en influençant les lois et les décisions gouvernementales. Ces richesses ne sont pas simplement des chiffres stockés dans des ordinateurs. Elles ont le pouvoir de modeler le monde à travers le lobbying. Ce n’est pas pour rien qu’à Bruxelles, c’est près de 5 kilomètres carrés de bâtiments qui sont consacrés au lobbying. 

Tout en haut de cette pyramide de richesse il y a les grandes banques, Morgan et Rothschild entre autres, et tout un monde qui œuvre pour gouverner le monde par la richesse. Cela va jusqu’à la Banque Mondiale qui déverse des dizaines de milliards à des sociétés privées qui investissent pour dépouiller les communautés de leur patrimoine, de leurs ressources du sol. Ce cartel gouverne le monde par la pression sur les Etats où les gouvernants deviennent des marionnettes qui ne peuvent que suivre le chemin qui leur est imposé sous la menace d’être paralysés par l’argent que détiennent les banques privées ou centrales acoquinées. La filière Goldman Sachs en Grèce pour l’adhésion à l’UE, puis Mario Draghi pour mettre la Grèce sous tutelle, l’austérité imposée à de nombreux pays du monde par le FMI, l’adoubement de François Hollande à la City avant son élection, l’arrivée d’un Macron issu de la Banque Rothschild, etc. sont dans le droit fil de la puissance de cette oligarchie prédatrice adepte de la ploutocratie. L’empressement de John Kerry à faire pression sur les pays européens pour la signature du TAFTA traduit l’urgence à enchaîner définitivement l’UE aux USA, donc aux puissances de l’argent.

Mais nous vivons un moment historique, un tournant de l’histoire. La Russie et la Chine s’opposent de front au pays générateur de cette mainmise sur le monde. D’autres pays les suivent dont l’Inde et désormais l’Iran. L’attaque est monétaire, économique, et la puissance militaire des USA est défiée en Syrie et dans tout le Moyen-Orient. Ne nous y trompons pas, c’est un casus belli. La Russie vient de dévoiler non seulement une puissance militaire, une avancée technologique dans les armes, qui, le moment de stupéfaction passé, va obliger à un durcissement de la politique américaine et de ses vassaux occidentaux. Le monde multipolaire défendu par les BRICS autour de l’axe Russie-Chine menace désormais le plan de gouvernance mondiale, dont Attali se fait le chantre en France en défendant cette bien-pensance dans les médias et en introduisant Macron au Ministère de l’Économie. 

Nous allons entrer dans une phase de battage médiatico-politique visant à discréditer la Russie, soupçonnée de vouloir accaparer l’Ukraine toute entière, discréditée pour soutenir un tyran sanguinaire en Syrie, et affublée d’intentions d’annexion des pays baltes voire de la Pologne. Poutine est l’ennemi et la Chine va aussi être accusée de mille maux pendant que la marine américaine se déploie au plus près de ses eaux territoriales. On va exacerber l’antagonisme religieux entre chiite et sunnite. L’UE a déjà augmenté de nouveau les sanctions contre la Russie sans raison impérieuse. Tous les moyens seront mis en œuvre pour préparer les peuples à un envenimement du conflit. En effet aux yeux du cartel des puissants, la Russie est en train de créer l’irréparable, vaincre les anti-Bachar, et permettre à la Syrie et à l’Irak de sortir du chaos. L’arrivée des migrants en Europe s’est d’ailleurs brusquement calmée. Des syriens retournent dans des zones libérées, la panique s’enfle chez les combattants anti-Bachar dont la fuite vers la Turquie devient de plus en plus difficile, même déguisés en femmes. Le plan de repeuplement de l’Europe est remis en cause et les occidentaux ne feront pas main-basse sur la Syrie. Pire la coalition stratégique Russie-Chine menace l’hégémonie américaine. Devant l’inacceptable le complexe militaro-industriel américain est prêt à en découdre. 

Les puissances de l’argent n’ont que faire des démocraties. 

Les puissances de l’argent s’enrichissent par les guerres.

Les puissances de l’argent n’ont que faire des peuples. 

Ceux-ci ne sont que des proies dont on suce le sang

Seuls comptent pour eux le pouvoir et l’argent. 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon