vendredi 26 juin 2015

Enfin l’Islam vint et la France fut radieuse (1ère partie)



L’histoire ne s’écrit vraiment que 50 ans après, voire un siècle, pour que la survivance des pensées et des motivations de l’époque fassent place à une analyse moins partisane. A l’allure où vont les choses la France de 2065 comptera 97 millions d’habitants dont 32 millions de musulmans, soit un tiers de sa population. Bof les prévisions sont toujours fausses me direz-vous. Oui et non car elles supposent que les causes actuelles se perpétuent, en gros la fécondité des femmes d’abord et le flux migratoire ensuite. Or il se trouve que la fécondité des femmes n’est pas du pouvoir de l’Etat mais tient aux principes d’une civilisation, hors cette fécondité est responsable des ¾ de l’augmentation de cette population. Ce n’est plus ni moins que ce qu’avait proclamé Yasser Arafat, Prix Nobel de la Paix… « Nous vaincrons par l’utérus des femmes ». En 2005, nous avions 2,2 millions de musulmans, en 2010 ils étaient 4,3 millions. A partir de ces données, j’avais prévu en 2012 6,7 millions en 2015. Nous y sommes, comme quoi une étude sérieuse peut éclairer l’avenir. Compte-tenu du fait que l’arrêt de l’immigration aujourd’hui ne diminuerait que de 5 millions le nombre de musulmans en 2065 soit 27 au lieu de 32, on conçoit que l’évolution n’en sera retardée que de moins de 10 ans sans changer la nature des problèmes qui se posent à notre pays.

Plenel vante la chance de la France, il ne sera sans doute plus de ce monde en 2065 et n’en verra pas les conséquences. Ceci étant, sur le plan de la démographie, il a parfaitement raison. La démographie française est une des meilleures d’Europe grâce… à la fécondité des femmes venues du Maghreb et de l’Afrique noire. Chacun peut l’observer dans les grandes surfaces fréquentées par les femmes arabes où elles sont visiblement enceintes avec un enfant dans les bras et un autre dans la poussette sans compter ceux qui sont à l’école. Chacun peut aussi observer que les jeunes couples de la population de souche ou assimilée se bornent pour la plupart à créer une famille de deux enfants. Ceci aboutit globalement à un taux de fécondité de 1,8 pour cette population, taux qui ne permet pas le remplacement de la génération précédente. Cette population décroît donc actuellement au rythme de 0,54% par an. 

La France va changer de visage et c’est ce qu’elle amorce. Ces racines chrétiennes s’effondrent au rythme de la désertification des églises à la grande satisfaction de la Franc-maçonnerie du Grand Orient, comme se complait à le dire notre Ministre de l’Intérieur, ministre des Cultes ! La France a rejeté la Royauté soutenue par l’Eglise catholique mais ce n’est pas avec la mort de Louis XVI que la France a changé mais avec la loi de 1905 de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Si ceci avait été fait en 1789, la Royauté existerait peut-être encore comme en Espagne, au Royaume-Uni, en Suède, aux Pays-Bas, au Danemark. Dans ces pays la démocratie règne sans aucun doute mieux que chez nous.

Contrairement à ce que Vincent Peillon ose dire, l’Eglise catholique peut survivre sans atteinte aux libertés si elle reste dans le domaine spirituel. En plus d’un siècle, les églises chrétiennes ont montré qu’elles étaient compatibles mais que la laïcité les faisaient disparaître lentement mais sûrement. Ceci étant dit, la laïcité peut et devrait être un facteur de paix si elle s’abstient de toute collusion avec la religion. Ce qui est en cause c’est une perte de spiritualité dans notre civilisation occidentale. Le matérialisme et l’individualisme, qui est sa conséquence, lui font perdre sa force. C’est cette perte de repères et de spiritualité qui laisse le champ libre à une religion conquérante redonnant des principes de vie stricts comme l’a connu la France au Moyen-Age. 

Le devenir de la France n’est plus entre les mains de ceux qui ont hérité de l’histoire de leurs ancêtres. Ce devenir leur échappe, ce devenir nous échappe si un grand sursaut ne se produit pas. Celui-ci ne peut plus se faire dans la paix, c’est déjà trop tard. Or la peur du sang conduit à la soumission et alors notre destin ne nous appartient plus. C’est malheureusement ce qui risque de se produire et nous en verrons les raisons dans le prochain article car ceux qui nous conduisent sont prêts à l’accepter. 

Nous avons laissé entrer le cheval de Troie de l’Islam. 

Au nom des bienfaits rêvés du multiculturalisme

Nous faisons mieux que le « melting pot » 

Nous changeons de civilisation !

 P.S : Chronique écrite avant l’attentat d'aujourd'hui à  Saint-Quentin-Fallavier

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon