dimanche 1 février 2015

Nous sommes en guerre par imbécilité géopolitique !



Nous avons tout fait pour que la guerre nous arrive. Al-Qaida vient de déclarer la France, ennemie n°1 devant les Etats-Unis. Il va encore y avoir des politiques et des citoyens pour s’en féliciter au nom de la défense de la démocratie, de la Liberté, des Droits de l’Homme, etc. Nous sommes pourtant désormais soumis à des menaces qui vont encore tuer des soldats et des citoyens sur notre territoire. Le drame est que nous avons excité la bête immonde et provoqué les réactions hostiles, prévisibles par simple bon sens. On ne joue pas impunément avec une grenade sans qu’elle ne vous explose dans la main !

Si nous sommes passés ces jours-ci de la place de 2 ou 3ème à la première dans le rang des pays honnis par le djihadisme, ceci est lié à l’attitude des politiques à propos des massacres des 7-8 janvier dernier. Un journal satirique, antireligieux, tire, dans l’impunité libertaire, à boulets rouges sur les religions catholiques et musulmanes et ceci dans l’indifférence par rapport aux menaces dont il est l’objet. Ceux qui n’y voient que du courage et de la défense de la liberté d’expression, certes fondamentale d’une démocratie, devraient réfléchir un instant. On ne parle pas de l'Islam comme on parle de la religion catholique. La religion catholique perd de plus en plus de pratiquants et même de croyants en France. La laïcité a fait son œuvre amenant avec elle de la tolérance mais aussi une baisse de la spiritualité. Le matérialisme d’une société de consommation fait le reste. Les ravages dans les fondements de notre société en découlent malheureusement dans une évolution sociétale exponentielle qui ne sait plus où elle va. L’objectif de transformation de la société est devenu un but en soi… peu importe son intérêt.

Si les catholiques croyants peuvent se sentir choqués, humiliés par des caricatures plus ou moins bonnes ou indécentes sur leur religion, ils ne vont pas mettre pour autant à feu et à sang le journal incriminé. Au plus cela va intéresser la justice. Il n’en va pas de même avec l’Islam pour plusieurs raisons. L’Islam est une religion importée récemment en France par l’immigration et ses fidèles sont très attentifs à la façon dont réagit le peuple d’accueil. Leur poussée démographique a fait sortir les revendications concernant la pratique de leur culte, et des règles de vie, mœurs et coutumes toutes plus ou moins liées à l’Islam et parfaitement codifiées dans les hadiths. La France, qui est le pays ayant accueilli le plus grand nombre de musulmans, est l’objet d’une attention particulière de l’ensemble du monde musulman, l’oumma de 1,7 milliards d’individus.

Caricaturer l’Islam, qui dans sa grande majorité punit le blasphème, a des répercussions toutes autres à l’intérieur et à l’extérieur de notre pays. Si la liberté d’expression doit être soutenue, elle ne doit pas céder aveuglément sans en mesurer les conséquences. Les gentils dessinateurs de Charlie Hebdo sont en fait de dangereux irresponsables que le pouvoir n’aurait jamais dû porter au pinacle tout en punissant ceux qui attendent à leurs vies. Le mouvement d’unité nationale, déclenché par un mouvement politique de gauche et encouragé par le pouvoir a rencontré un ras le bol citoyen privé de droit d’expression et inquiet de la chute de notre pays. Cet ensemble met bêtement la France à l’index du monde musulman, amplifie la montée d’actes racistes, recroqueville la population musulmane sur elle-même, et ralentit le mouvement d’assimilation. L’irresponsabilité de Charlie Hebdo nourrit le djihadisme et le racisme. 

Mais tout cela n’est que la suite de l’imbécilité de notre illisible politique étrangère depuis l’Afghanistan suivie de notre arrimage à l’OTAN. Nous sommes entrés dans une politique d’ingérence irresponsable cachée derrière la puissance des Etats-Unis nous permettant d’interpréter à notre guise les recommandations de l’ONU quand il y en a. C’est ce que nous avons fait en Libye par exemple avec la conséquence de voir ce pays servir de base arrière et d’approvisionnement des mouvements djihadistes. Notre armée a empêché les groupes fondamentalistes de s’emparer de Bamako et de créer un Etat Islamique dans le Nord Mali. Le Mali possède peu d’importance économique pour la France, en revanche, le Niger voisin est notre principal fournisseur d’uranium pour la filière nucléaire. C’est notre approvisionnement énergétique et pas autre chose  que nous protégeons, mais pour cela il nous faut combattre les fondamentalistes auxquels nous avons fourni les conditions matérielles et psychologiques permettant de nous attaquer.

Nous avons porté la guerre en Afghanistan, en Libye, en Syrie, au Mali et en Irak. Nous avons agressé le monde musulman. Nous nous sommes portés en première ligne pour nous ingérer dans les conflits derrière les Etats-Unis. Nous nous sommes mêlés des conflits interreligieux entre chiites et sunnites au risque de devenir l’ennemi commun. Le résultat est là. La France est particulièrement menacée depuis notre intervention au Mali. Les attentats de janvier en témoignent et tous nos ressortissants dans les pays musulmans sont menacés. Le chaos qui règne en Libye annule le bénéfice que Total avait retiré de nouveaux contrats d’exploitation du pétrole. L’Etat islamique implante des cellules du califat à Tripoli. Boko Haram mène une guerre ouverte contre le Nigéria et est en passe de créer un nouvel « Etat islamique » en Afrique. Le problème ethnique et religieux du Mali est toujours sans solution mais nous y sommes présents pour longtemps. Alors dans cet état de guerre que nous assumons, notre réponse est l’instauration d’un service… civil ! 

Notre armée est partiellement mobilisée pour le maintien de l’ordre

Nos soldats meurent sur plusieurs théâtres d’opération 

Le « vivre ensemble » en France est compromis

Qui souffle le vent, récolte la tempête ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon