mardi 24 février 2015

L’UE et le TAFTA dépassés par les Routes de la Soie !



Le sentiment de la France d’être toujours le pays phare de l’Humanité, pour avoir fait la Révolution et promu les Droits de l’Homme, nous fait toujours considérer la Chine comme un pays qui n’est pas réellement sorti du communisme et qui est en proie à tous les problèmes d’un pays en devenir. On est toujours dans le live d’Alain Peyrefitte « Quand la Chine s’éveillera ». Les USA ont compris récemment que leur axe d’effort était l’Asie et que les liens transpacifiques prévaudraient sur les liens transatlantiques. En effet le Traité Transatlantique de Libre-Echange, le TAFTA, est déjà considéré comme acquis tant l’Europe offrira peu de résistances, persuadée qu’elle est que sa croissance économique est lié à la croissance américaine. Par ailleurs l’emprise de l’OTAN sur l’Europe est suffisante pour assurer la mainmise économique des Etats-Unis sur ce grand marché et repousser les tentatives de lien avec la Russie. Il suffit désormais de pourrir l’Ukraine et de la récupérer avec la Géorgie dans le giron de l’UE et de l’OTAN pour verrouiller l’Europe dans le camp occidental.

L’ennemi numéro 1 déclaré est pour l’instant la Russie qu’il faut déstabiliser et en éliminer Poutine qui est en train de redresser économiquement le pays et de rétablir son influence diplomatique et militaire sur les destinées du monde. Mais le pays qui est visé est en réalité la Chine qui devient le pivot de la lutte contre l’hégémonie américaine et d’un nouveau pôle mondial dans les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). A ce pôle de nombreux pays sont en train de s’agglutiner autour du type TAFTA, du type bancaire, voire même stratégique comme l’ASCR Chine-Russie. Nous assistons en quelque sorte à la naissance d’une nouvelle forme de vie géopolitique, une alliance informelle entre deux pays, Chine et Russie, beaucoup plus profonde que ne le sont la plupart des alliances habituelles : ce que nous voyons, c’est une entente mutuelle en vue d’une symbiose géostratégique intégrale entre deux espaces civilisationnels. Ce sont d’anciens empires multiethniques, multinationaux, aux traditions religieuses diverses, dont l’influence s’étend au-delà de leurs frontières nationales actuelles et dont le poids stratégique sur la scène internationale en fait plus des continents que des pays. 

En ce qui concerne l’ASCR, ce que nous voyons est quelque chose qui ressemble beaucoup plus à la naissance de frères siamois. Il s’apparente à un mouvement tectonique géopolitique. La Russie et la Chine ont décidé de ne pas seulement s’unir à la taille, mais de partager aussi de nombreux organes et appareils vitaux, dont les secteurs énergétiques et de la défense, bien sûr, mais aussi leur économie et leur politique de développement à long terme. Il s’agit de l’évolution politique la plus importante, et de loin, depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, et le fameux pivot vers l’Asie d’Obama s’en trouve réduit à quelque chose de parfaitement dérisoire et de totalement dépourvu d’intérêt en comparaison de cette nouvelle réalité.

La Russie et la Chine sont des nations souveraines qui font figure de combattants de la résistance contre la Puissance hégémonique, l’Empire des USA. C’est la résistance au TAFTA, au  Partenariat transpacifique (PTP) et au Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (PTCI) des Etats-Unis. Dès maintenant, le Made in China devient mondial. Pas moins de 87 entreprises chinoises sont sur la liste de Fortune Global 500 – leurs échanges mondiaux explosent lorsqu’elles prennent des participations dans toutes sortes d’actifs à l’étranger. Le commerce transatlantique ? C’est du passé. La vague du futur, c’est le commerce transpacifique, puisque l’Asie dispose de quinze des vingt premiers ports de conteneurs au monde (la Chine est au premier rang avec Shanghai, Hong Kong, Shenzhen, Guangzhou). En Chine (et dans le reste de l’Asie), les transactions en ligne représentent maintenant le double de la valeur combinée des transactions aux Etats-Unis et en Europe. Des liaisons électroniques, et de transports à travers toute l’Asie, sont prévues pour permettre des transactions ultrarapides et des liens forts entre les pays asiatiques. Les Routes de la Soie terrestre et maritime vont transformer le paysage asiatique. 

« La nouvelle politique étrangère de la Chine et sa configuration stratégique apparaissent évidentes dans la cour assidue que fait la Chine à ses voisins asiatiques, qui sont invités à s’embarquer dans la double stratégie extrêmement ambitieuse de la Chine et dans la plus grande histoire commerciale du jeune XXIe siècle : la ceinture économique de la Route de la soie et la Route de la soie maritime du XXIe siècle, en abrégé Initiatives ceinture et route, comme elle est désignée en Chine, maintenant officiellement lancée avec les premiers 40 milliards de dollars attribués à un fonds pour la Route de la soie. » (Le Saker)

C’est un énorme défi qui est lancé par le couple Russie-Chine, où la Chine est le pivot d’un développement sur tout l’hémisphère sud. L’énormité du défi va de pair avec l’ambition de Beijing (Pékin) : une utopie économico-commerciale pan-eurasiatique tissée par un chemin de fer à grande vitesse, des réseaux de fibre optique, des ports et des oléoducs, connectant l’Asie de l’Est, l’Asie centrale, la Russie, le Moyen-Orient et l’Europe. La Chine non seulement regarde vers le monde en étendant ses tentacules vers l’Asie, l’Afrique et l’Europe mais elle se regarde vers l’intérieur en développant une nouvelle ceinture de villes importantes à des centaines de kilomètres des côtes « plus de 200 villes chinoises importantes, recensant plus de 750 000 habitants, sont situées à quelque 150 miles [environ 250 km, NdT] de la côte. » 

Les Etats-Unis, en poussant leur hégémonie aux confins du couple Russie-Chine, ouvrent un champ de bataille tous azimuts. On y voit se développer une guerre aérienne, terrestre, de l’information et électromagnétique potentielle, qui n’exclut nullement les armes chimiques, biologiques et nucléaires, et qui utilisera bientôt les armes laser et hypersoniques. On y ajoute une guerre économique et une guerre par alliés interposés, sans oublier les ONG, les agents secrets et l’opération psychologique de diabolisation et de propagande médiatiques menée à l’échelle internationale. La stratégie américaine du chaos est d’ailleurs en passe de porter ses fruits au Moyen-Orient et en Afrique mais son talon d’Achille reste le dollar dont la suprématie est menacée par le poids de la dette et par l’émergence du yuan qui va s’appuyer sur une certaine convertibilité or que n’a plus le pétrodollar. La guerre monétaire est commencée et sera sans doute plus destructrice que les armes. 

L’alliance de l’Ours et du Dragon n’est pas celle de la carpe et du lapin. 

C’est une alliance profonde qui dépasse le concept de l’UE

Basée sur un nouveau type de relations internationales

Recentrées sur une coopération gagnant-gagnant.

C’est une hydre à deux têtes au corps commun, 

Une nouvelle vision du monde qui refuse

La vision occidentale de la gouvernance 

Du Nouvel Ordre Mondial ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon