vendredi 20 février 2015

La fin des paradis fiscaux ? Pour qui ?



300 millions récupérés sur l’évasion fiscale par les Finances françaises font-ils un titre de gloire à notre pays ? Les fraudeurs sont-ils désormais circonscrits ? Autant de questions auxquelles nombre de citoyens répondent désormais oui après les imprécations des politiques français et européens. Certes on y trouve beaucoup de petits fraudeurs qui faisaient le voyage en Suisse en cachant une petite mallette de billets, quelques centaines de milliers d’euros voire seulement quelques dizaines. Ils sont venus à Canossa pour se faire pardonner mais la fraude fiscale en France est évaluée à 80 milliards ! Est-ce pour autant la fin des paradis fiscaux ? Certainement pas, Panama et les Iles Vierges (joli nom pour un paradis fiscal) existent toujours ainsi que le Delaware aux Etats-Unis qui reste un fief américain auquel on ne touche pas.

HSBC est éclaboussée par le dossier Swissleaks, un scandale aux multiples facettes, de la fraude fiscale en France aux affaires politiques et financières en Espagne ou en Grèce. Dès ses origines, la banque est mêlée au commerce international de drogues dures. Après avoir été l’arme financière de l’empire britannique en Asie, les scandales n’ont pas fini de rattraper la Hong Kong and Shanghai Banking Corporation. Elle reste incontournable à Hong Kong dont elle émet 70 % des billets de banques (le dollar de Hong Kong). En 2014, le groupe mondial HSBC emploie 260.000 personnes, est présent dans 75 pays et déclare 54 millions de clients. Hong Kong constitue encore un élément clé, notamment pour recycler l’argent accumulé par la nouvelle classe dirigeante chinoise. 

En plus du blanchiment d’argent de la drogue et du terrorisme, HSBC est impliquée dans d’autres affaires : la manipulation du marché des taux de change (l’affaire a éclaté en 2013 et porte sur un marché quotidien de 5.300 milliards de dollars), la manipulation des taux d’intérêt interbancaire (dont le Libor), la vente abusive et frauduleuse de dérivés sur les taux d’intérêt, la vente abusive et frauduleuse de produits d’assurances aux particuliers et aux PME au Royaume-Uni, la vente abusive de Mortgage Backed Securities aux Etats-Unis, la manipulation du cours de l’or et du cours de l’argent et l’organisation à une échelle massive de l’évasion fiscale des grosses fortunes. A part cela la fraude fiscale est jugulée !

Le vaste truandage organisé par HSBC a particulièrement profité aux Espagnols qui ont dissimulé 1,8 milliard d’euros en Suisse, l’équivalent annuel du budget du Trésor Public du pays. Certes, on nous a jeté en pâture quelques noms de vedettes du showbiz ou du football (pauvre Christophe HSBC Dugarry !). Mais il s’agit de la crème du lait. Au fond de la casserole il y a des sociétés qui utilisent des banques complices d’HSBC et qui envoient d’énormes sommes d’argent vers des filiales situées dans des paradis fiscaux. Et pourtant, la classe politique française (UMP/Solfériniens) est douce, depuis bien longtemps, avec les banques. En 1970, elles recrachaient 50% de leurs bénéfices sous forme d’impôts, 8% aujourd’hui en 2014 ! 

Regardons quelques chiffres révélateurs. Les banques (aux trois-quarts étasuniennes ou britanniques) détiennent la moitié des 9.000 fonds spéculatifs de la planète. L’autre moitié étant la propriété d’investisseurs institutionnels. En 2009, ceux-ci pesaient 2.000 milliards de dollars. Les 50 plus grandes banques et entreprises mondiales détiennent plus de 4.000 filiales dans les paradis fiscaux (214 pour la BNP, par exemple). Une sorte d’antimonde économique qui creuse les inégalités entre les pays et dans les pays. La porosité entre la haute Fonction publique et les banques est désormais banale. Le banquier milliardaire Macron en est actuellement l’exemple français le plus typique. 

Stephen Green, le baron Green de Hurstpierpoint, a présidé HSBC jusqu’en 2010 avant de devenir ministre d’État pour le Commerce et l’Investissement et siéger à la Chambre des Lords. La presse britannique estime que Green a été l’auteur du système d’évasion fiscale mis en œuvre par HSBC. Il a démissionné après la révélation des pratiques de HSBC. En quittant ses fonctions il a eu l’impudence de déclarer ceci : 

« Chez HSBC nous avons essayé de placer les valeurs au cœur des affaires et de jouer un rôle positif pour le monde en général […] Nous avons aujourdhui une chance de redéfinir le capitalisme, de reformuler son dessein de montrer quil peut être éclairé, quil peut être meilleur. Échouer nous ferait courir le risque de briser la promesse sacrée de laisser une meilleure société à nos enfants. Réussir consisterait à transformer le cours de l’Histoire. ” »

Oui mais la France lutte de toutes ses forces contre l’évasion fiscale. D’ailleurs Michel Sapin l’affirme : « L’époque où l’on pouvait frauder est révolue ! » Bigre ! Sauf que au sein même de son Ministère l’AFD, l’Agence Française pour le Développement, lutte d’une drôle de façon contre la pauvreté et pour le développement dans les pays du Sud et d’Outremer en finançant des projets, des programmes et des études. Comment ? L’AFD a créé, avec l’argent public, une société financière mixte : la Proparco, qui « Sous couvert d’aide au développement, investit à tour de bras dans des fonds qu'abritent les plus opaques paradis fiscaux ». « L'argent du développement emprunte donc les mêmes circuits financiers opaques que celui de l'évasion fiscale. » Michel Sapin est soit menteur soit incompétent soit mal informé… au choix ! Faites ce que je vous dis, mais ne faites pas ce que je fais. 

La fin des paradis fiscaux est un mythe car les principaux bénéficiaires disposent de tous les moyens de les faire perdurer quitte à les rendre inaccessibles au commun des mortels… même un peu fortunés. Le monde politique et bancaire est suffisamment imbriqué pour que toutes les révélations et grandes directives françaises européennes ou mondiales, ne soient que des petits orages cycliques qui ne laissent qu’un ciel radieux pour ceux qui sont à l’abri. Ce qu’il faut retenir c’est plutôt ceci :

"Si on comparait le nombre d’hommes mangés par des requins au nombre d’hommes poussés au suicide par leur banque on verrait tout de suite que le prédateur est celui qui porte une cravate et un costard" (Narcose). 

Selon que vous serez riche ou bien misérable

Vous devrez vivre absout ou alors punissable 

Car jamais les petits ne voient la cour des grands

Là où l’argent se joue sur un trop vaste écran ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon