jeudi 8 septembre 2016

Hollande, du vent, rien que du vent !



Notre Président est un vendeur de vent, un vent guerrier derrière les USA, un vent d’impôts qui nous place au premier rang des nations européennes, un vent d’insécurité, un vent de migration, un vent éolien, un vent chaud de COP21. Un Président qui a tant de vents qui ne font pas avancer la France est producteur de vents contraires qu’il emmagasine jusqu’à l’explosion comme la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf. Le discours d’aujourd’hui est dans la droite ligne de son dieu Eole. La croissance du premier trimestre légèrement positive voit des perspectives à la baisse pour le deuxième semestre. On peut budgéter des embellies pour 2017, on aura le temps de voir et de justifier, si besoin, que des circonstances exceptionnelles n’ont pas permis d’atteindre le but fixé. Il en est de même pour le chômage qui ne fait que de se maintenir à son niveau et dont on peut prévoir que, faute d’une croissance suffisante, il va avoir tendance à repartir. Alors le sujet bateau du terrorisme permet de détourner le débat sur l’économie et la perte de souveraineté de la France dans ce domaine comme dans celui du flux migratoire.

Le flux migratoire n’envahit pas la France comme l’Allemagne parce que nous n’avons pas de travail à lui donner. Voilà ce qui nous sauve provisoirement d’un afflux que nous ne pourrions intégrer. Il n’est que de voir combien Angela Merkel s’est mise en fâcheuse position et risque de perdre sa réélection. Nous sommes allés en Syrie pour combattre Bachar el-Assad et nous nous sommes réjouis de voir Daech le combattre. Nous l’avons aidé en lui livrant des armes, comme cela vient d’être avoué, en passant éventuellement par des groupes de rebelles « modérés » qui servent de point de transit. Nous avons fait semblant de le combattre en évitant de lui infliger des pertes dommageables. Mais du coup nous avons allumé une mèche de revanche musulmane qui projette le terrorisme dans notre pays. La « petite France », la Belgique pour la nommer, est déjà noyautée et sert de base arrière à un terrorisme dont on ne sait plus qui en est le commanditaire. Le Président, qui se dit le défenseur de l’Etat de droit, manipule les états d’urgence, le 49.3 et le refus de référendum qui laissent peu de place à la démocratie. Se présenter comme le représentant de l’ordre, du Droit, le défenseur de la laïcité et de la démocratie, ne sont que les attributs normaux d’un Président qui ne devrait même pas en faire état. Quand on doit proclamer qu’on est le chef, on ne l’est déjà plus. 

Tout cela sonne creux et léger comme un courant d’air qui n’a rien d’un vent porteur et cesse au moindre claquement de porte. On est abasourdi quand on entend un commentateur, expert politique, dire qu’il s’agit d’un véritable discours cadre, un discours de campagne oui, mais un cadre qui n’encadre aucun tableau. Quid de la politique étrangère, de la politique économique, de la simplification du Code du Travail, de la résolution du scandale humanitaire de Calais, du chômage et de la politique énergétique… ? Le cadre se résume-t-il à la lutte contre le terrorisme, le maintien de la démocratie, la cohésion nationale et le non-cumul des mandats ? Seul ce dernier est une proposition mais ne constitue alors en rien un cadre. Quant aux trois autres c’est du vent, car tout nouveau Président devra prendre à son compte les trois premiers. Parler pour ne rien dire, même avec talent, mobilise les « causeux » des médias qui tournent et retournent ce cadeau d’actualité pour en abreuver les antennes de discours aussi creux qu’inutiles, voire abêtissants, que le discours présidentiel.

Pendant que le Président cite les droits de l’Homme et vend des armes au pays du Golfe dont on sait combien ils sont respectueux des droits de la femme et de la démocratie, il découvre qu’en politique la traîtrise est de mise. Mais le capital de voix qui lui reste ne lui permet que l’élimination de tout compétiteur crédible dans les primaires de la Gauche pour espérer l’emporter. C’est possible, car Arnaud Montebourg hésite à y aller et Macron se présentera seul. Affublé de la candidature de la gauche socialiste à la Présidentielle, il espère rameuter des voix sur les frondeurs et le Centre. Pour ce dernier point il faut attaquer Sarkozy, présenté de facto comme le gagnant des primaires de droite. Cela libère un espace au Centre où il espère puiser pour passer devant Sarkozy, ainsi débarrassé de Juppé qui flirte au Centre. Ce n’est qu’une manœuvre politique à la Mitterrand, son modèle, qui n’a rien d’un débat d’idées, projet innovateur contre projet conservateur. L’avenir de la France dans l’UE, dans l’euro, dans l’OTAN sera évidemment complètement occulté puisque les deux sont dans la « pensée unique », non la « pensée commune » selon le Président. 

Mais Il est un domaine où Hollande se meut au niveau mondial faisant tourner les moulins à vent pour faire tourner la tête des chefs d’État après la COP21. Avec celle-ci Hollande va sauver le monde en péril de finir sur le gril du réchauffement. Avec le triplement annoncé du parc éolien français au cours des prochaines années, le nombre de machines installées dans notre pays devrait passer d’ici 2023 de 7.000 à 21.000. On sait que pour soutenir chaque éolienne, 1.500 tonnes de béton et 40 tonnes de ferraille sont nécessaires. Et que même lorsqu’elle sera démontée – pour la modique somme de 300.000 euros environ à la charge du propriétaire du terrain -, ce béton et cette ferraille continueront de polluer, de façon irréversible, notre sous-sol et nos paysages. Avec les 30 millions de tonnes de béton nécessaires à l’ancrage des 21.000 éoliennes prévues, la France égalera le record de l’organisation Todt, qui en avait utilisé autant pour la construction du mur de l’Atlantique !

La France est exportatrice d’électricité à hauteur de 6 à 8%, le nucléaire ne produit pas de CO2, mais il faut développer les énergies vertes pour réduire le parc d’énergie nucléaire au nom du réchauffement climatique… un non-sens, encore un vent de Hollande qui va nous coûter très cher. Je viens d’avoir plusieurs coups de téléphone de démarcheurs d’EDF ou plus ou moins liés. Nous sommes devant un véritable scandale. En effet on commence par vous demander si vous avez reçu la circulaire annonçant l’augmentation de la facture d’électricité. Puis on vous indique qu’un moyen de diminuer la facture est de mettre des panneaux solaires. Autrement dit la facture d’électricité augmente à cause de celle de la taxe CSPE (Contribution au Service Public de l’Électricité). Cette dernière augmente au rythme de l’augmentation de l’implantation des énergies vertes et on peut s’attendre d’ici 2020 à rejoindre le prix du kWh allemand qui est deux fois plus cher que le nôtre actuellement. Donc disent-ils, puisque les taxes augmentent, vous devez vous équiper d’énergies vertes qui vous permettront de récupérer de l’argent sur les taxes d’énergies vertes. Comprenez donc que si nous ne vous équipez pas… vous êtes le dindon de la farce. Vous paierez l’électricité plus chère et vos impôts augmenteront pour payer les subventions aux énergies vertes et le fait que l’on paiera le courant produit deux fois le tarif abonné aux détenteurs de panneaux solaires. Un vent d’arnaque et d’anti-démocratie, puisque vous n’avez pas de véritable choix, souffle sur la France. 

Notons enfin que l’accord de Paris est encore loin d’être signé, malgré la signature récente des États-Unis et de la Chine détenteurs de 40% de la pollution en CO2, car il faut celle de 55% des Etats participants et de nombreux pays européens résistent. Qu’à cela ne tienne, la France est un des pays émettant le moins de CO2 au monde mais la France de Hollande veut laver plus blanc que blanc comme disait Coluche, aux frais du contribuable car il s’agit de dizaines de milliards qui sont en jeu chaque année. Hollande c’est du vent, un émetteur de vent vers un cap que lui seul connaît parce qu’on le lui a imposé. 

Hollande fait penser à ce marin qui souffle dans ses voiles 

Pour faire avancer son embarcation vers les États-Unis

Pays qui nous mène à la dépendance 

Et pire encore à la guerre ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon