dimanche 19 juillet 2015

Hollande menteur même sur le traité de non-prolifération



Un accord vient d'être signé avec l'Iran pour lui interdire la possession d'armes nucléaires. Hollande s'est vanté d'avoir participé efficacement à un grand pas vers la paix. L'Iran, depuis le Président G.Bush était affublé du titre d'ennemi numéro 1 des Etats-Unis. Effectivement les iraniens étaient chauffés contre ce pays. Aucun ressentiment ne s'exerçait contre la France à ce niveau. Depuis l'axe chiite Liban, Syrie, Iran s'oppose au chaos répandu par les Etats-Unis, tant en Syrie qu'en Irak. L'entrée de l'Iran dans le nucléaire civil, avec une séparation isotopique de l'uranium par centrifugation, a été un excellent prétexte pour les Etats-Unis. Cela a permis à ceux-ci d'exhiber auprès de ses vassaux occidentaux la menace du nucléaire militaire iranien et de déclencher contre l'Iran des sanctions économiques très dures.

Le paysage géopolitique s'est profondément modifié aujourd'hui. Ce n'est plus la lune de miel entre l'Arabie Saoudite sunnite et les Etats-Unis depuis que ceux-ci ont, grâce à leur pétrole et leur gaz de schiste, acquis leur autonomie énergétique. Par ailleurs un nouveau pôle de puissance mondiale se construit autour de l'axe Russie-Chine avec les BRICS. Sous l'influence américaine, l'UE a fermé la porte à la Russie qui était tentée par des accords forts avec l'Europe. Elle s'est donc tournée vers l'Asie. Les sanctions étaient destinées à mettre l'Iran à genoux, y établir le chaos ou (et) demander l'aide des USA. Elles n'ont pas donné l'effet escompté bien que cela ait brisé la modernisation de l'Iran et son introduction dans le marché mondial. 

Ces trois évènements, pétrole, BRICS qui attirent l'Iran et non obtention du but par les sanctions économiques, ne justifiaient plus que l'on fasse traîner en longueur les pourparlers autour du nucléaire militaire. C'est un virage à 180° qu'ont fait les américains, il fallait vite obtenir un accord qui permettrait de mettre une réussite (aux yeux  du peuple américain) dans l'escarcelle d'Obama avant la fin de son mandat. Pris à contre-pied Hollande adopte la même attitude d'autosatisfaction alors qu'il avait claironné une position intransigeante de la France. Il se lance dans une explication sur le grand danger écarté qui menaçait la paix mondiale. Mais où il fait preuve d'un mensonge éhonté, c'est lorsqu'il susurre que si l'accord n'avait pas été trouvé, cela aurait donné des idées à d'autres pays... comme Israël ! Or Il est de notoriété publique qu'Israël a la bombe comme cela a été dit aux USA par des responsables. Il a même la bombe à neutrons qui a l'avantage par rapport à la bombe H de tuer les humains et la vie en général sans détruire les infrastructures et les bâtiments. 

Le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) est un traité international conclu en 1968 et signé par un grand nombre de pays. Il vise à réduire le risque que l'arme nucléaire se répande à travers le monde, et son application est garantie par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). C'est ce traité qu'a signé l'Iran ce qui l'oblige à renoncer au nucléaire militaire. Mais l'Inde, le Pakistan, la Corée du Nord et... Israël n'ont pas signé ce TNP ! Ils n'ont donc eux aucune obligation de renoncer à l'arme nucléaire ! Or d'une façon sûre Israël et le Pakistan ont l'arme nucléaire. Il est connu que, compte-tenu des ses différents frontaliers avec le Pakistan, l'Inde la possède aussi d'autant plus qu'elle a des réacteurs nucléaires en fonctionnement. 

L'explication fournie par François Hollande est significative du mensonge permanent qui le caractérise mais là la ficelle est grosse et elle se voit comme le nez au milieu de la figure. Ce président manie le mensonge et les promesses non tenues d'une façon déconcertante. Son attitude d'aide à la Grèce est d'une ambiguïté du même ordre. Il prétend avoir aidé la Grèce à rester dans l'euro, donc la tête sur le billot. En réalité il s'agissait de sauver la zone euro puisqu'il a approuvé un accord léonin qui laisse peut de chances à la Grèce de retrouver sa souveraineté. Le dogme de l'euro est une religion, et Hollande ne peut envisager être un artisan d'une sortie de l'euro.

Peut-être craint-il que l'Allemagne en ait assez des pays du sud, dont la France, et décide de revenir au mark. Que ferions-nous seuls dans l'euro avec les canards boiteux, le Portugal, l'Espagne, l'Italie, Malte, la Grèce et Chypre ? L'Irlande a tiré son épingle du jeu avec un prêt conséquent et la pratique d'impôts sur les sociétés parmi les plus bas de l'UE. Le Royaume-Uni avec sa livre continuerait à sceller des accords de libre-échange et les Etats-Unis auraient tôt fait de nous vassaliser un peu plus. 

Hollande l'enfumeur, le bonimenteur, perd encore tout crédit.

Il a rompu la confiance du peuple et la France est bafouée 

Dans sa souveraineté et son rayonnement international ! 

Claude Trouvé       
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon