jeudi 16 juillet 2015

Hollande l'audacieux en route pour l'haut des cieux



Notre Président est résolument en campagne. L'audacieux est optimiste sur le chômage de 2017 qui va s'infléchir même si les impôts sur les sociétés rentrent moins que prévu, 50% en moins... une paille qui n'augure pas très bien de la solidité des entreprises françaises. On dira que c'est l'impact du crédit d'impôt mais que l'économie frémit entraînant la baisse du chômage dans 6 mois. La France avait une croissance en 2014 en deçà de ses voisins mais tout cela va repartir avec les ouvertures supplémentaires du dimanche et les autocars plus nombreux sur nos routes. Si j'étais mauvaise langue, je dirais que cela va faire des morts en plus sur les routes et donc faire croître le PIB/habitant et diminuer le poids des retraites si ces transports en commun s'ingénient à ne tuer que... des retraités. Plus sérieusement on ne peut s'attendre qu'à 10 ou 15 mille emplois en plus à condition que la SNCF ne diminue pas ses effectifs ou ne soit en difficulté sous la concurrence de l'air et de la route.

On constate d'ailleurs que ce sont les lignes au départ de Paris pour des trajets longs qui sont proposées par les sociétés d'autocar, les lignes rentables pour tous les modes de transport. On aurait pu s'attendre à des liaisons entre cités dépourvues de liens commodes comme en Ardèche où ne passe aucun train de voyageurs. Le client des autocars qui va payer moins cher une prestation moins bonne car plus longue et plus risquée aurait tout aussi bien pu être aussi bien servi par des trains omnibus. Mais l'audace Macrollande se permet un effet d'annonce d'une loi dont on sera bien incapable de mesurer les effets réels par rapport à l'évolution des paramètres exogènes du pétrole, de la parité au dollar et du taux d'emprunt qui grimpe d'ailleurs doucement. 

Mais l'audacieux œuvre à merveille dans la crise grecque. Un accord a été trouvé grâce à lui, la Grèce ne sort pas de la zone euro... elle est essorée par la zone et l'UE. Elle va payer la note de l'austérité démocratiquement puisque son Parlement a voté l'accord au petit matin ce 16 juillet. Varafoufakis est mis hors jeu et le Premier Ministre, dépossédé de sa majorité, voit désormais ces jours comptés. Schäuble, le ministre allemand des Finances, n'avait laissé que deux possibilités, l'accord à la Carthaginoise ou la sortie de l'euro, c'est-à-dire l'humiliation, la mise sous tutelle et la potion encore plus amère de l'austérité ou le coup de pied au cul en briffant la BCE pour qu'on laisse la Grèce sans ressources.

Ce faisant la deuxième solution présentait un risque. Il ne manquerait plus que la Grèce s'en sorte hors de la zone. Tsipras ne pouvait le faire de lui-même et se renier mais deux précautions valent mieux qu'une et notre audacieux Hollande a définitivement fermé la porte de la sortie. Aucune fuite n'était possible et Tsipras avait la tête sur le billot avec des banques presque à sec. L'Audacieux a donc apporté une contribution non négligeable... à la lente agonie de la Grèce dans le carcan d'une tutelle qui va la déposséder de son patrimoine, miner son tourisme et exploiter ses ressources minières et pétrolières futures. Le peuple grec n'en verra rien d'autre que l'austérité et la pauvreté... à moins que le pays soit mis à feu et à sang par un peuple en colère. 

L'audacieux a encore montré la puissance de la France dans le conflit nucléaire iranien. Nous avons tenu notre place, mandaté que nous étions par les USA, pour jouer le rôle des méchants, des intransigeants, des durs en négociation... tant que les USA avaient envie de continuer d'étrangler économiquement l'Iran par les sanctions. L'audacieux a fêté l'accord obtenu avec le crâne d'œuf de Fabius qui a appuyé pour que les armes classiques soient introduites dans l'accord...nucléaire. L'audacieux s'est gaussé de notre participation... au revirement de la stratégie géopolitique des USA qui voulait cette fois l'accord à tout prix. Les iraniens font la fête et ils ont raison car la possession de l'arme n'est pas fermée, comme je l'ai expliqué dans le précédent article, et les sanctions vont être levées et permettre au pays de booster son économie.

Pourtant nous devrions nous inquiéter des propos de la candidate Hillary Clinton aux primaires démocrates américaines, car elle n'exclut pas la guerre avec l'Iran si elle est élue. L'Iran va jouer un double jeu. Il va d'une part rétablir des relations commerciales avec tous les pays participant aux sanctions dont la France, et d'autre part se rapprocher de Moscou et négocier un partenariat avec les BRICS ou même intégrer ce cartel de pays. Les sanctions n'ayant pas créé le chaos espéré dans ce pays, il est facile de se servir du non-respect vrai ou inventé, comme pour l'Irak, des accords pour envenimer les relations jusqu'à la guerre. Il faut bien comprendre que les USA pensent que leur sécurité ne sera assurée que lorsque leur hégémonie sera étendue à la terre entière et l'Iran est une pièce maîtresse qui faut vassaliser ou détruire. En aucun cas il ne faut laisser ce pays s'agglutiner au BRICS où la Chine et la Russie sont les pièces maîtresses, donc les ennemis. 

L'audace de notre Président est celle de Don Quichotte

Qui va bravement s'attaquer aux moulins à vent 

Dans la réunion mondiale pour le climat

Dont Obama se fout éperdument 

Mais laissera notre Audacieux

Se croire en Haut des cieux ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon