mercredi 29 octobre 2014

L’État contrôle tout sauf la désespérance !

Les actes de rébellion se multiplient pacifistes ou non et le dernier acte dans le Tarn pour le barrage se traduit par mort d’homme. La violence s’empare de notre pays et les motifs de désespérance et de rébellion, qui sont son aboutissement, ne cessent de s’accumuler. Les idéologies deviennent porteuses d’affrontements disproportionnés ou abêtissants. L’État se veut partout, bien au-delà des tâches régaliennes mais la société se délite et la loi de la jungle progresse. Il a oublié cette règle simple : « Qui trop embrasse, mal étreint ». Les mesures de simplification de la vie administrative pour les entreprises, les réformes structurelles, la prise en compte de l’assimilation d’une population étrangère et de la réduction des zones de non-droit attendent toujours mais les gabegies s’accumulent avec les déficits.

On ne résoudra pas la réduction du déficit en sortant 3,6 milliards du chapeau tel un prestidigitateur. On ne résoudra pas le problème de la montée du racisme par une ouverture non contrôlée de nos frontières. On ne peut se targuer de notre démographie quand on accueille en nombre une population, par ailleurs plus féconde et d’une civilisation différente, à laquelle on n’a pas de travail à donner, sans une véritable politique d’assimilation. On ne résoudra pas le problème de la formation et de la qualification si elle ne se fait pas dans un grand partenariat école-patronat-Etat et si l’on ne considère pas que la meilleure période d’apprentissage commence à 12 ans. Non seulement on ne résoudra pas le problème de la France avec les énergies vertes… mais on augmentera la désespérance de notre jeunesse qui cherche désespérément à donner un sens à sa vie et se lance, à défaut de mieux, dans des opérations idéologiques, facilement vendables.
 
Je voudrais revenir sur l’immense gâchis qui se prépare avec les énergies vertes, gâchis dont commencent à se rendre compte l’Allemagne et l’Espagne. Les éoliennes et le solaire photovoltaïque vont conduire la France vers le chaos énergétique et financier. Des groupes de pression écologistes et antinucléaires leurrent les Français et les bercent d’illusions avec des discours lénifiants sur les possibilités « mirifiques » des éoliennes et du photovoltaïque. Disons les choses clairement : les éoliennes et le solaire photovoltaïque sont nuisibles à la production électrique et aux intérêts des Français. Je le dis tout net : aimer l’écologie, celle du bons sens que personne ne réfute, ne permet pas de faire des conneries.

De nombreux fonctionnaires et responsables politiques ont aujourd’hui le jugement engourdi et se laissent berner. Ils sont victimes d’une pression politique et médiatique qui s’appuie sur un réflexe de protection qui nous conduit à adopter d’office des mesures sensées protéger l’homme et son environnement. Cela leur suffit et ils ignorent toutes les publications qui ont montré l’ineptie d’un tel virage énergétique, que les pays plus engagés que nous commencent à comprendre à leurs dépens, la nocivité financière, énergétique et environnementale des énergies renouvelables intermittentes.

Si nos responsables persévèrent et investissent massivement dans ces énergies aléatoires qui constituent une impasse financière, alors les Français paieront très cher cette idiotie majeure dans le domaine stratégique de la production d’énergie pour les 20 ans à venir. Ils ont déjà commencé à payer via leurs impôts directs et la « CSPE » (pudiquement appelée Contribution au Service Public de l’Electricité) sur leur facture d’électricité. Pourtant, les productions éoliennes et photovoltaïques ne représentent encore que 4% de la production d’énergie électrique en France. Malgré ce faible pourcentage, les Français payent déjà un impôt de… plusieurs milliards d’euros par an. Cet impôt sert principalement à payer les surcoûts dus aux EnR, et il est en augmentation rapide. Il atteignait 3,6 Md€ en 2011, puis 4,3 Md€ en 2012, puis 5,1 Md€ en 2013 et il atteindra 6,2 Md€ en 2014. De plus, ces sommes sont dépensées quasiment en pure perte, sauf pour les bénéficiaires des effets d’aubaines et ne feront qu’augmenter avec 7,5 Md€ en 2020.

Comment peut-on encore prétendre combattre le chômage par la croissance « verte », quand on augmente la facture énergétique, et en même temps améliorer la compétitivité des entreprises alors que c’est un fiasco en Allemagne, en Espagne et en Italie, pays dit « en avance » sur la France dans l’investissement raté dans les énergies renouvelables ? La Grande-Bretagne a fait un choix différent et s’engage résolument dans le nucléaire en prévoyant de construire 10 réacteurs nucléaires avec l’aide des Français (!) et des… Chinois. Le nucléaire russe et coréen s’exporte bien (Turquie, Jordanie, Arabie-Saoudite). La vente de la production d’électricité d’un réacteur nucléaire de 1000 MW rapporte un million d’euros par jour. La production de 420 TWh /an d’électricité nucléaire évite l’importation de 20 à 30 milliards d’euros de gaz par an. 

C’est à hurler devant tant de bêtise quand nous creusons le déficit et qu’après la fausse baisse du mois dernier, imputable aux augmentations des radiations, le rééquilibre se fait, donc, avec une moyenne hélas courante d'environ 1000 chômeurs de plus par jour (lissée sur les 2 derniers mois), qu’1 inscrit sur 2 ne perçoit aucune indemnité de Pôle emploi et que 2 chômeurs sur 10, sortent des listes pour "reprise d'emploi déclarée". Toutes catégories confondues, nous en sommes à 6.134.200, demandeurs d’emploi (Dom-Tom compris) en septembre 2014 et 67.400 de plus malgré 283 300 radiés (42.700 pour punition administrative, 194.800 pour défaut d’actualisation et 45.800 pour suicide, mort, emprisonnement…). Comment ne pas hurler quand on entend sur BFM un Ministre du travail socialiste avouer l’échec de la politique du chômage et apporter comme solution le renforcement des contrôles, dont on voit déjà l’efficacité chiffrée sur septembre avec une augmentation continue des radiations. Le comble de l’hypocrisie est d’en profiter pour faire comprendre que les chômeurs en France sont beaucoup trop gâtés et les préparer à des mesures restrictives ! 

Jusqu’à quand les français avertis pourront-ils supporter

Que l’on paye les énergies renouvelables et l’AME

Sur le dos des chômeurs et des familles ?

Arrêtons d’écouter la propagande pour

Les lobbies et leurs suppôts ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon