mardi 9 août 2016

L’occident complice et lâche devant l’Islam

On ne peut pas en même temps pactiser avec l’Arabie Saoudite et le Qatar, alors que la Mecque diffuse cinq fois par jour sur le monde entier des messages d’égorgements des infidèles, et de lutte totale contre eux, alors que la télévision Al Jazeera est le relais de l’intégrisme salafiste et du djihad. On ne peut faire semblant de lutter à l’extérieur contre l’ISIS et être complice de sa création, de sa formation, de son armement, de son soutien logistique, et de son expansion en Irak, en Syrie et de nouveau en Libye. Car c’est malheureusement la vérité que l’on prend bien soin de nous cacher mais que des médias et des journalistes étrangers ont suivi depuis quatre ans au Moyen-Orient. La vérité de l’intervention de Sarkozy en Libye devient une information de plus en plus diffusée, et elle n’a rien à voir avec une intervention humanitaire. Depuis il y a le chaos et la guerre là-bas, des ethnies du sud ont été obligées de fuir ou ont été massacrées, et ce pays devient une base arrière pour la continuation du chaos en Afrique.

Désormais nous récoltons les fruits d’une politique pro-arabe qui est devenue pro-islamique. Notre attitude envers le Conseil Français du Culte Musulman n’a aucune intention de contrainte mais de coopération alors que ces soi-disant modérés ne font rien en dehors de paroles, celle du « padamalgam » pour éradiquer les porteurs des messages de terreur qui prêchent chez nous et sont installés au cœur des cités et dans nos campagnes en assurant leur incognito par la peur. Les jeunes sont ainsi de plus en plus radicalisés. Quel plan propose le CFCM pour changer les choses dans la communauté musulmane ? Rien, sinon de demander le soutien pour la construction des mosquées ajointes à des centres culturels, lieux idéaux pour la propagation… de la foi. A l’extérieur on fait la guerre, ou tout au moins on fait grand bruit autour depuis quatre ans, et on se barricade à l’intérieur derrière des rangs de policiers et de militaires en laissant les portes ouvertes ou très perméables vers l’extérieur du pays. Vendredi quelque 200 migrants aidés par l’association No borders ont traversé sans obstacles la frontière italo-française et se sont retrouvés à Menton. Les migrants ont ensuite été arrêtés par la police française qui les a remis à l’Italie, dont la ville de Vintimille abrite toujours un millier de migrants.

 On a laissé la Turquie jouer double jeu, comme nous d’ailleurs, et il a fallu que la Russie intervienne pour que l’expansion de Daech s’arrête, sauve le régime syrien d’un chaos voulu, arrête le partage du Moyen-Orient avec un Grand Israël en réalité colonie américaine des ploutocrates mondiaux, et l’encerclement de la Russie en lien avec la Turquie. Poutine a cassé les plans occidentaux qui se retournent vers la Libye, base de départ vers toute l’Afrique où nous avons mis nos militaires un peu partout. Après nos discours honteux de repentance envers l’Algérie, nous allons pactiser avec les USA pour désagréger celle-ci en profitant de la guerre de succession pour y semer le désordre. On trouvera bien une organisation pour appeler l’OTAN, donc nous, pour donner une couverture à notre intervention. Seulement après la première intervention en Libye où la Russie n’est pas intervenue, Poutine a compris et, comme en Syrie, il ne laissera plus faire. Les liens de la Russie se retissent avec l’Egypte, l’Algérie et le Maroc. L’Islam va servir comme moyen du chaos en minimisant nos troupes au sol. Notre suprématie aérienne suffit… sauf si la Russie s’en mêle. Autant dire que soit du côté de la mer de Chine, soit de l’Ukraine, du Yémen et de l’Afrique, les raisons d’un conflit entre deux mondes sont multiples. La fabrication de petites bombes nucléaires par les USA augmente encore la probabilité d’un conflit localisé qui peut dégénérer selon Poutine.

Notre politique de l’argent sale avec les pays du Golfe, où la démocratie et les droits de l’homme sont foulés aux pieds sans vergogne, notre complicité doucereuse avec la représentation de l’Islam en France, les précautions prises avant de fermer tout centre de propagande de la haine contre les infidèles, les reculs successifs devant les demandes de l’islam sur les lieux de culte et culturels, celles sur la pratique de la religion dans les entreprises, la nourriture et l’habillement spécifiques porteurs de messages qui défient la laïcité et la religion historique de notre pays, sont autant de lâchetés que nous allons payer par de nouveaux morts. Nous n’avons d’ailleurs plus le contrôle de nos frontières. La peur ou la lâcheté complice ne peuvent qu’encourager un Islam qui se sent de plus en plus fort par le nombre, de plus en plus en mesure d’apeurer par l’islam combattant une population autochtone qui va réduire ses activités festives, accepter des modus vivendi qui ne sont les siens, et finir par dénaturer sa législation par des accommodements successifs au nom du « vivre ensemble » et de la pression de groupes politiques musulmans qui se font jour et vont se proposer au vote du peuple. 

La Belgique n’est pas loin d’être islamisée, le Royaume-Uni a senti le danger dans lequel tombe l’Allemagne volontairement, et la France, de plus en plus détestée dans toute l’oumma, est la prochaine victime. Elle est devenue le maillon faible incapable d’assumer sa souveraineté et en proie à la politique du chaos menée par la ploutocratie mondiale avec la force des banquiers juifs, de la CIA et de l’OTAN. Celle-ci est détentrice des principaux médias français, l’endormissement et l’enfumage du peuple français bat son plein. Les larmes de crocodile des gouvernants se sèchent dans des commémorations, des voyages à l’étranger pour des ventes honteuses ou des évènements à portée électorale, des promesses et des taxes nouvelles insidieusement promulguées ou transférées régionalement pour faire croire aux impôts d’Etat sans augmentation. Je vous propose d’écouter le message d’un tunisien qui vient conforter cette vision de la France lâche et complice. 


video


La France est dans un état de sidération frappant autant les soi-disant élites que les masses, ainsi qu’on l’observe en entendant Hollande ou Valls. Dire que l’arsenal juridique actuel est suffisant alors que les crimes continuent de plus belle revient à avouer qu'on ne l'utilise pas ou qu’il n’est pas en réalité adapté. La position gouvernementale est intenable. Envers et contre toute évidence, on enfouit la tête dans le sable pour ne pas voir qu’un ennemi mortel est dans notre sein. La tentation du déni est encore plus puissante que du temps d'Hitler où la menace était essentiellement extérieure. En ce sens, le péril qui cerne la France est aujourd'hui plus terrible que celui qui l'a mise à terre en 1940. Il est pathétique de voir comment la présence de quelques musulmans à des messes -  tour des futurs propriétaires ? – a été portée en triomphe par des commentateurs avides de se rassurer. La masse musulmane grossit sur notre territoire et la radicalisation progresse nourrissant en son sein soit un terrain favorable de dissimulation soit des forcenés primo-délinquants, souvent indics et payés, prêts à mourir… pour exister dans le souvenir et dans l’au-delà.

Combien de morts faudra-t-il pour que la France se réveille ?

Pour que le peuple cesse enfin de collaborer à sa perte,

Pour que son identité et sa souveraineté survive, 

Pour que sa servilité à la ploutocratie cesse,

Pour que notre civilisation soit reine, 

Assimile ou expulse les réticents ?

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon