samedi 27 août 2016

Hollande le fourbe, cynique et traître



Je ne suis pas royaliste de naissance même si j’ai un excellent ami qui l’est. Si certains rois ont loyalement servi la France, certains fourbes et cyniques, qui ont traversé notre histoire, l’ont néanmoins été pour défendre ou augmenter l’emprise de notre pays sur des territoires. Souvent ces derniers s’en sont trouvé mieux qu’auparavant, en particulier sur le plan de la sécurité. Les hordes armées qui ont sévi sur ce pays n’ont été chassées que par l’ordre rétabli. Notre démocratie, ou ce qu’il en reste dans une République qui devient bananière, a placé à sa tête le plus fourbe et le plus cynique des présidents que j’ai connus depuis la seconde guerre mondiale. Sarkozy nous a trompés certes en allant faire allégeance à Washington et en nous envoyant, sous un faux prétexte, démanteler une Libye avec les conséquences que nous commençons seulement à payer. Mais, dans les pas de son prédécesseur, Hollande y ajoute une fourberie et un cynisme qui font froid dans le dos. 

Souvenez-vous de son impatience à en découdre avec Bachar El-Assad, alors que le doigt sur le bouton de son État-major, il attendait le feu vert d’Obama. Souvenez-vous aussi de son affirmation de l’utilisation du gaz sarin par celui-ci, ce qui justifiait son intervention militaire. Hollande a été le dernier à reconnaître que c’était Daech l’utilisateur après que les médias et lui avaient caché le rapport de l’émissaire de l’ONU qui dévoilait le mensonge. Osera-t-il dire que c’était pour la bonne cause ? Pour faire bon poids, il avait fait rajouter les 250.000 personnes massacrées par Assad, le boucher, alors qu’il s’agissait du total de morts dans la guerre dite civile. Mais celle-ci s’est révélée guerre fomentée de l’extérieur puis définitivement vue comme une intervention directe de puissances étrangères (qui ne nous sont pas du tout étrangères) sur le territoire de la puissance arabe la plus démocratique du Moyen-Orient. Hollande justifie sans état d’âme le droit d’ingérence et même plus facilement que Bush qui a eu besoin du 11 septembre pour mobiliser son peuple et envahir l’Irak. Hollande ne rend des comptes qu’à Bruxelles et à Obama, pas à son peuple.

Alors Hollande nous gratifie de deux exemples de son cynisme, de sa vassalité et de sa fourberie. Devant la presse à l’issue d’une rencontre avec des dirigeants sociaux-démocrates européens à la Celle-Saint-Cloud près de Paris, il nous déclare tout de go ceci : « Le gouvernement français était, en 2013, au courant de l’utilisation par Daech des armes chimiques en Syrie » ! Donc il a menti sciemment pour entraîner son peuple dans une guerre pour de fausses raisons. C’est une fourberie, et l’annoncer ainsi c’est d’un cynisme éhonté ! Mais il ne s’arrête pas là. « La Turquie elle-même a voulu pénétrer sur le territoire syrien pour lutter contre Daech et nous pouvons comprendre cette attitude compte tenu de ce qu’a été le crime terroriste commis par Daech en Turquie », a déclaré le chef de l’État français. Evidemment puisque nos forces spéciales y sont et qu’il a eu une irrésistible envie d’y aller plus carrément encore avec Obama avant que celui-ci soit barré par Poutine dans cette initiative. 

Mais Hollande nous balance encore un mensonge gros comme lui en justifiant l’intervention turque par les attentats de Daech en Turquie alors qu’il est connu qu’Erdogan y est pour en découdre avec les Kurdes, d’ailleurs soutenus par les « conseillers » américains. Erdogan a des relations complexes avec Daech mais ce n’est pas sa préoccupation principale, il craint la formation d’un grand Kurdistan, créé sur les territoires syriens, irakiens et iraniens. Celui-ci serait une menace directe pour la Turquie où les kurdes turcs se heurtent au pouvoir. Hollande enchaîne même devant la presse : « Mais en même temps, nous devons faire en sorte qu’il y ait à travers cette action une volonté commune d’aller vers la négociation ». Il nous ment encore effrontément et fait semblant de privilégier la négociation alors que nous ne faisons que des actes de guerre. Au lieu de mentir, qu’il se taise !

Ce niveau de mépris du peuple dont il devrait être le guide et le protecteur est difficile à égaler. Chirac et De Villepin nous avaient encore donné une image de la France dont nous pouvions être fier mais nous avons désormais un président félon, à plusieurs titres, parce qu’il a rompu le contrat envers son peuple et parce qu’il aurait révélé à la presse des secrets d’État. Le chef de l'État aurait permis à des journalistes du Monde d'accéder à des documents classés « Confidentiel Défense ». Il s'agit notamment d’un plan des frappes aériennes françaises en Syrie. Personne n'explique la fuite de ce document. Sachant que seul le président, le premier ministre et les plus hautes autorités militaires y ont accès. Nullement désarçonné, il fait savoir que « tout ce qu'il y a dans ce document avait déjà été raconté dans la presse. » Enorme ! Mon parcours professionnel me permet de dire combien les RG sont vigilants sur ces documents même de la plus basse catégorie de documents classés, celle du « Confidentiel Défense ». Toute divulgation est punie par la loi. La transmission de ce genre de documents peut entraîner des amendes de 100.000 euros ou des peines de prison allant jusqu'à 7 ans. Même la perte d’un document vous rend immédiatement suspect et une enquête est ouverte. De plus une personne accréditée à la consultation de ces documents est tenue à garder le secret de ce qu’il a lu pendant toute sa vie. 

Notre président félon est aussi un traître, fourbe et cynique. Cela fait beaucoup et la République se redonnerait un peu de considération en envoyant un tel personnage devant la juridiction compétente pour crime de haute trahison, envers la France et envers son peuple. Ceci n’aura pas lieu tout de suite parce que le clan de la « pensée unique », mondialiste, immigrationniste, multiculturaliste, valet de la haute Finance et des USA, adhère à ces comportements mais l’histoire le jugera, c’est certain. 

La France touche le fond, un grand coup de balai s’impose. 

Trop de compromissions, de fourberies, de tromperies,

Trop de vassalisation à une hégémonie étasunienne 

Trop d’argent des monarchies des pays du Golfe,

Ont pourri tout ce clan de la « pensée unique ». 

Place à de nouveaux leaders non impliqués

Dans ces quarante ans de pouvoir !

Claude Trouvé
Coordonnateur du MPF du Languedoc-Roussillon