vendredi 12 août 2016

L’Islam répète son histoire

Après les déclarations assimilables à du renoncement de la part des autorités religieuses et politiques, après le discours de victimisation des représentants français du culte musulman avec le « padamalgam », un rappel historique devrait nous mobiliser comme le furent les mérovingiens et les capétiens alors que les musulmans envahissaient notre pays. L’Islam de France est une tromperie de plus, si cela était possible ce serait un schisme dont on sait qu’il dégénère en une guerre fratricide entre sunnites et chiites. Il y a l’Islam un point c’est tout avec des musulmans qui suivent plus ou moins les préceptes du Coran, façon sunnite ou façon chiite. Il n’y a pas les « modérés » et les autres, salafistes ou non. Il y a une civilisation dans laquelle la religion est au centre de tout, le Dar al-Islam, qui a ses fidèles enclins à vivre en paix mais ne se soumettant qu’à Allah et des combattants prêts aux pires actes guerriers au nom de celui-ci, ceux du domaine du Dar al-Harb, les djihadistes. Les premiers ne peuvent être insensibles ni aux morts musulmans tués par l’occident ni aux attentats perpétrés par le djihadisme dans le monde et en particulier en France, attentats qu’ils approuvent ou qu’ils craignent. C’est sur eux que le Dar al-Harb met la pression de la peur dès qu’il est présent parmi eux, et ces derniers deviennent des auxiliaires apeurés des « loups plus ou moins solitaires ». C’est ce que nous vivons aujourd’hui. 

Depuis 1830 jusqu’à la fin de la deuxième guerre mondiale, la civilisation musulmane s’est trouvée en recul d’influence mais pas en nombre. Le niveau de vie des populations musulmanes s’est écarté de plus en plus de celui de l’occident avec une pauvreté endémique mis à part une caste d’émirs et de princes. Le besoin de main-d’œuvre pour la reconstruction et le redémarrage de l’économie française ainsi que l’exploitation intensifiée des richesses pétrolières du Moyen-Orient ont complètement changé la donne. L’immigration d’origine principalement maghrébine a apporté un nombre de musulmans que le regroupement familial a implanté en France. Par ailleurs les pays du Golfe ont accumulé des richesses et un pouvoir de pression géopolitique qui a engendré la crise pétrolière de 1973. L’Islam avait les armes de sa renaissance après une extinction de ses ambitions d’expansion de plus d’un siècle. C’est une courte accalmie au regard de plus d’un millénaire d’exactions sur l’Europe comme nous le décrit un article dont j’ignore l’auteur mais dont on peut vérifier la véracité de son rappel historique. Jugez plutôt et tirez-en la conclusion que l’histoire de l’Islam ne fait que reprendre son cours un instant interrompu.

«  Les musulmans sont entrés pour la première fois en 714 dans ce qui était la France de l’époque. Ils se sont emparés de Narbonne, qui est devenue leur base pour les 40 années suivantes, et ont pratiqué des razzias méthodiques. Ils ont ravagé le Languedoc de 714 à 725, détruit Nîmes en 725 et ravagé la rive droite du Rhône jusqu’à Sens. En 721, une armée musulmane de 100 000 soldats mit le siège devant Toulouse, défendue par Eudes, duc d’Aquitaine. Charles Martel envoya des troupes pour aider Eudes. Après six mois de siège, ce dernier fit une sortie et écrasa l’armée musulmane, qui se replia en désordre sur l’Espagne et perdit 80.000 soldats dans la campagne. On parle peu de cette bataille de Toulouse parce qu’Eudes était mérovingien. Les Capétiens étaient en train de devenir rois de France et n’avaient pas envie de reconnaître une victoire mérovingienne. 

Les musulmans ont conclu alors qu’il était dangereux d’attaquer la France en contournant les Pyrénées par l’est, et ils ont mené leurs nouvelles attaques en passant à l’ouest des Pyrénées. 15 000 cavaliers musulmans ont pris et détruit Bordeaux, puis les Pays de la Loire, et mis le siège devant Poitiers, pour être finalement arrêtés par Charles Martel et Eudes à vingt kilomètres au nord de Poitiers, en 732. Les musulmans survivants se sont dispersés en petites bandes et ont continué à ravager l’Aquitaine. De nouveaux soldats les rejoignaient de temps en temps pour participer aux pillages. Ces bandes n’ont finalement été éliminées qu’en 808 par Charlemagne. Les ravages à l’est ont continué jusqu’à ce qu’en 737 Charles Martel descende, au sud, avec une armée puissante, et reprend successivement Avignon, Nîmes, Maguelone, Agde, Béziers et met le siège devant Narbonne. Cependant, une attaque des Saxons sur le nord de la France obligea Charles Martel à quitter la région.

En 759 enfin, Pépin le Bref reprit Narbonne et écrasa définitivement les envahisseurs musulmans qui se dispersèrent en petites bandes, comme à l’ouest, et continuèrent à ravager le pays, notamment en déportant les hommes pour en faire des esclaves castrés, et les femmes pour les introduire dans les harems d’Afrique du Nord, où elles étaient utilisées pour engendrer des musulmans. La place forte des bandes se situait à Fraxinetum, l’actuelle Garde Freinet (le massif des Maures). Une zone d’environ 10 000 kilomètres-carrés, dans les Maures, fut totalement dépeuplée. En 972, les bandes musulmanes capturèrent Mayeul, Abbé de Cluny, sur la route du Mont Genèvre. Le retentissement fut immense. Guillaume II, comte de Provence, passa 9 ans à faire une sorte de campagne électorale pour motiver tous les Provençaux, puis, à partir de 983, chassa méthodiquement toutes les bandes musulmanes, petites ou grandes. 

En 990, les dernières furent détruites. Elles avaient ravagé la France pendant 2 siècles. La pression musulmane ne cessa pas pour autant. Elle s’exerça pendant les 250 années suivantes par des razzias effectuées à partir de la mer. Les hommes capturés étaient emmenés dans des camps de castration en Corse, puis déportés dans les bagnes du Dar al islam, et les femmes d’âge nubile dans les harems. Les repaires des pirates musulmans se trouvaient en Corse, Sardaigne, Sicile, sur les côtes d’Espagne et celles de l’Afrique du Nord. Toulon a été totalement détruite par les musulmans en 1178 et 1197, les populations massacrées ou déportées, la ville laissée déserte. Finalement, les musulmans ayant été expulsés de Corse, Sicile, Sardaigne, du sud de l’Italie et de la partie nord de l’Espagne, les attaques sur les terres françaises cessèrent mais elles continuèrent sur mer par des actions de piraterie.

Ce n’est qu’en 1830 que la France, exaspérée par ces exactions, se décida à frapper le serpent à la tête, et à aller dans ce qui allait devenir l’Algérie détruire définitivement les dernières bases des pirates musulmans. Ce fut l’origine et la raison de notre présence en Afrique du Nord. Vous savez ce qu’est devenue ensuite l’Algérie… et l’histoire ne s’est pas figée… » 

L’article conclut : Ce qu’il y a de frappant, c’est qu’entre 714, la première entrée, et 1830, l’écrasement définitif des pirates arabesques, il s’est écoulé plus d’un millénaire, ce qui montre qu’ils ne renoncent jamais… Et aujourd’hui, effectivement, ils reviennent en masse, par le biais “pacifique” d’une immigration de peuplement, qui exploite à fond les failles de nos lois, de nos principes démocratiques, et de nos avancées sociales… Bientôt ils seront assez nombreux pour prendre démocratiquement le pouvoir dans les villages, les banlieues, les villes, les régions, les pays d’Europe ! Il ne faut pas croire ceux qui les décrivent comme “modérés” !

Car les exemples des “printemps arabes” qui se déroulent sous nos yeux en Tunisie, Libye, Égypte, montrent s’il en était besoin que les “modérés” se font toujours évincer par les "enragés" ! Qui ne cherchent qu’une chose : appliquer la charia et transformer nos pays d’Europe en un “Dar al Islam”, une terre d’islam. Il suffit de voir les exactions actuelles contre les chrétiens d’Afrique du Nord, d’Égypte, d’Indonésie, du Nigeria, etc. pour imaginer quel serait le sort réservé à nos familles, à nos peuples européens de souche judéo-chrétienne ! La France est le pays européen avec la plus importante population musulmane qui augmente très rapidement avec l’immigration de peuplement et une natalité galopante, voulue et encouragée par notre système social ! 



L’histoire de l’Islam se répète 1300 ans plus tard 

Nos rois d’alors savaient bouter l’envahisseur.

Nous proposons des « accommodements ». 

Cette guerre du couteau et des bombes

Tue principalement des innocents,

Pourrit la France de l’intérieur

Car nous ne savons plus… 

Ce que nous voulons ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MF du Languedoc-Roussillon