jeudi 21 mai 2015

Monde multipolaire contre théorie du chaos



Le monde est à feu et à sang partout où les occidentaux mettent la main. Une puissance hégémonique et ses pays prostitués alimentent une progression du chaos qui sème la mort, dresse les uns contre les autres et crée des migrations qui ne sont que des fuites pour survivre. Alimentés en permanence par des médias, simples perroquets, les citoyens occidentaux regardent ces massacres en prenant partie pour les uns ou pour les autres selon les infos, en applaudissant aux réussites de nos forces, et en ayant le sentiment que nous nous battons pour la bonne cause. La bonne cause n’est pourtant que celle qu’on leur insinue à longueur de presse, de radio et de télévision. 

Les forces spéciales françaises ont tué deux chefs au Mali dont un berbère. Bravo nous voyons où passe notre argent. Hollande est un grand chef. Avons-nous le moindre doute sur le droit de tuer ? Non, nous tuons un chef berbère, un chef de clan, ce n‘est donc qu’un terroriste pour nous. Tout comme l’étaient nos résistants durant la dernière guerre sur notre territoire, non ? Pensons-nous un seul instant que les berbères récusent leur appartenance au Mali, pays dessiné par nos soins à coup de crayons sur une carte, dessin qui mélange des noirs chrétiens, descendants d’esclaves, avec des musulmans descendants des esclavagistes. Les berbères sont les rois du désert, peuple fier et en perpétuel mouvement. Comment ne pas penser qu’ils veuillent défendre ce qu’ils considèrent comme leur territoire, le désert. Il suffit de regarder la carte du Mali, pays formé de deux parties distinctes pour comprendre que la géographie s’impose aux hommes. Alors où est le terroriste ? Ne devrait-on pas leur donner l’appellation de résistants, terme qui permet de tuer pour la liberté, et nous donner l’appellation d’envahisseurs qui permet de tuer, mais pas au nom des Droits de l’Homme ? 


Nous sommes au Mali depuis 2013 pour une opération dite éclair. Or nous y sommes toujours car, si nous en partons avec toutes les forces étrangères, ce pays « libéré » par l’Occident sombrera de plus en plus profondément dans le chaos. Ceci peut s’appliquer à tous les pays actuellement en conflit, où Washington et ses sbires occidentaux et moyen-orientaux ont imposé la guerre dans un chaos perpétuel, générant la misère, la mort et l’asservissement. On ne cherche plus à « gagner » une guerre ou un conflit, mais à susciter un chaos continuel, sans fin, pour contrôler les gens, les nations et leurs ressources, comme au Yémen, en Ukraine, en Syrie, en Irak, au Soudan, en Afrique Centrale, en Libye… faites votre choix. Qui se bat contre qui n’a pas d’importance.

Palmyre est tombée. Qui la défendait ? Le régime syrien. Qui combat le régime syrien ? Nous avec l'aide de l'EI. On a formé, créé l’Etat islamique et on l’alimente en argent et en armes pour combattre le régime syrien, on le pousse jusqu’en Ukraine, et on fait semblant de le combattre. Washington s’engage le moins possible au sol sur la ligne de front et excite les belligérants qui se disputent des bouts de territoire, des prééminences religieuses, des puits de pétrole. Un cortège de pays prostitués assiste l’Empire anglo-saxon/sioniste comme l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Bahreïn et d’autres États du Golfe; puis le Royaume-Uni et la France, bien sûr.

C’est la façon de contrôler les gens, les nations et leurs ressources; de garantir à l’Occident un besoin incessant en troupes et en équipement militaire – souvenez-vous que plus de 50% du PIB des USA dépend du complexe militaro-industriel et des industries et services connexes. Mais nous avons, nous aussi, droit à la part du gâteau avec les Rafales au Qatar et à l’Arabie Saoudite grâce au chaos auquel nous participons. A cause de nous des centaines de milliers de réfugiés cherchent à sauver leur vie. La Méditerranée est un grand lac de transhumance dans lequel des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants meurent. Alors Sarkozy et Hollande sont-ils des sauveurs de notre pays ou des bouchers, des criminels de guerre à juger comme tels ? 

Pendant ce temps des nations construisent un monde multipolaire, où les pays (BRICS et pays futurs associés) s’unissent, pour se défendre certes, mais pour promouvoir un monde nouveau, économique et monétaire respectant l’identité des nations. On parle des routes de la soie, maritime et terrestre, reliant l’Asie à l’Europe et à l’Afrique. On créée une banque d’investissement pour que les grands projets ne tombent pas dans les Fourches Caudines du FMI et de la Banque mondiale au service de la Cabale mondialiste. On parle du nouveau canal reliant l’Atlantique au Pacifique, projet voté au Nicaragua qui rentre dans la phase active avec la Chine pour construire une alternative à la prééminence des USA sur le canal de Panama, etc. Tout un autre monde s’organise et repousse le chaos perpétré par le monde occidental.

Ces deux mondes sauront-ils éviter la guerre ? Je n’ai aucune confiance en ceux qui ne désirent pas « gagner » les guerres; en ceux qui veulent un chaos sans fin et la misère et des gens pouvant facilement être soumis à la domination à large spectre (full spectrum dominance, ndlr), comme ils disent. Je n’ai aucune confiance dans l’OTAN et la CIA qui commandent quelques 6000 soldats US en Ukraine, des instructeurs bien entendu. Ces derniers entraînent les troupes de Kiev à mieux et plus rapidement tuer leurs frères dans le Donbass; ils les entraînent à susciter un chaos qui perdure et leur fournissent armes et argent. Tout cela se passe aux frontières russes avec des « conseillers US » et la CIA qui cherchent à provoquer le Président Poutine à entrer en guerre et qui n’excluent pas l’éventualité d’une Troisième Guerre Mondiale.

L’arme nucléaire jouera-t-elle encore l’effet dissuasif qui nous a valu de ne plus connaître de guerre sur notre territoire, si j’excepte l’Algérie, depuis soixante-dix ans ? D’un côté il y a la moitié des habitants de la terre qui veulent prendre leur part du gâteau et de l’autre un puissant pays, maître d’un monde occidental prostitué, avec un arsenal militaire impressionnant, un argent illimité dans une prééminence monétaire et une puissance industrielle et économique de tout premier ordre… mais une puissance en déclin devenue dangereusement offensive. Alors la paix dans tout cela survivra-t-elle ? 

« Celui qui contrôle l’alimentation contrôle la population; celui qui contrôle l’énergie contrôle des continents entiers; celui qui contrôle l’argent peut contrôler le monde entier. » (Paroles rapportées par Henri Kissinger) 

Notre pays perd son identité, la civilisation européenne se délite, 

Le monde anglo-saxon défend son Empire par le chaos,

L’Allemagne veut réaliser son rêve de puissance. 

L’Union Européenne au bord de l’implosion,

Ne survit que par la prostitution ! 

Claude Trouvé
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon