mercredi 27 mai 2015

Au « Panthéon » de la géopolitique occidentale : Etats-Unis, Israël, Allemagne (1ère partie)



Les évènements extérieurs actuels ont pris le pas sur la politique interne française sauf dans les médias. Pour la politique extérieure, ceux-ci ne s’intéressent qu’aux nombres de morts, de réfugiés, aux massacres au-delà de la centaine, aux villes prises ou perdues, à nos succès dans l’industrie de l’armement et aux déplacements du Chef de l’Etat. Si notre quatre résistants, morts pour la Patrie, méritent de figurer au Panthéon en ce 70ème anniversaire, encore que Jean Zay dans son poème « le Drapeau » l’a sali de façon indigne et a aussi rendu difficile la cohésion des mouvements résistants, l’occasion d’y faire un « discours fondateur de la deuxième partie du quinquennat » nous sort de l’hommage pour nous plonger dans la basse politique.

L’arrivée de Marion Maréchal sur la région Paca ne changera pas fondamentalement la situation de notre pays en dehors de consacrer l’arrivée d’une jeune politicienne douée. On aimerait seulement que ce ne soit pas dans un seul camp. Les tergiversations de Debout la République, pris entre le gaullisme affiché proche des Républicains par nature et la poussée du FN, ne vont pas non plus changer fondamentalement les choses. On attend toujours l’homme ou la femme providentielle réalisant l’union des petits partis pris entre l’ex-UMP et le FN pour tourner la page du fascisme et de la pensée unique. Le congrès socialiste est bouclé d’avance sans que les points de vue se soient rapprochés et la cote du parti est en berne. La politique française est figée dans une médiocrité qui la rend incapable de tenir son rang de grande puissance autrement que par sa place au Conseil de Sécurité où il avalise la position américaine.

Pourtant il se passe quelque chose dans l’UE et qui atteint la France, c’est la fin de plus en plus probable de l’euro auquel s’adjoint désormais l’idée de sortie de l’OTAN. Que resterait-il alors de l’UE ? La Grèce est poussée au suicide et l’idée de la monnaie commune n’est plus un leurre. L’Allemagne, tout en fermant les portes à la Grèce avec une intransigeance sans faille, lui ouvre officieusement celle de la monnaie nationale, dite monnaie interne dont la convertibilité à l’euro serait fluctuante en fonction des « progrès réalisés » par celle-ci. On voit que nous entrons dans l’émergence d’une autre Europe, celle des peuples qui retrouveraient une bonne partie de leurs pouvoirs régaliens dans une association qui ressemblerait beaucoup plus à ce que les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) sont en train de construire à travers différents traités, dont celui de Shanghai, et organismes divers de développement et de financement. Il y a malheureusement à parier que les Etats-Unis vont tout faire pour empêcher ce mouvement européen qui diminuerait sa mainmise sur l’UE par une indépendance plus marquée des peuples européens. Le Traité de Libre Echange va être poussé en avant le plus vite possible et signé sous la pression américaine sur ses meilleurs vassaux, dont la France, même si l’Allemagne renâcle un peu. 

Pour le reste l’essentiel se passe ailleurs à savoir, en Ukraine, au Levant, en Syrie, en Irak, au Yémen et un peu partout en Afrique mais bientôt en Transnistrie et dans certaines républiques de l’ex-URSS. Partout la guerre s’envenime et les trêves ne sont que des moments de pause pour éviter la défaite et se réarmer comme en Ukraine. La théorie du chaos bat son plein conformément à la stratégie américaine. Nous assistons à une utilisation constante du mensonge sur une réalité virtuelle qui nous crée un réel trompeur. En 2002, le conseiller de W.Bush de l’époque, Karl Rove, interrogé sur cette notre interprétation de la réalité par un journaliste du Wall Street Journal a répondu : « En vérité, le monde ne marche plus réellement de cette manière. Nous américains, nous sommes maintenant un Empire et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudiez studieusement cette réalité, nous ne perdons pas de temps, nous agissons et nous créons d’autres réalités nouvelles qu’il vous est loisible d’analyser... C’est ainsi que les choses se passent, pas autrement. Nous sommes les acteurs et les producteurs de l’Histoire. A vous, vous tous, il ne vous reste qu’à étudier ce que nous créons. » 

Ce néo-conservateur a le mérite d’être clair sur les intentions de l’Empire : Agir là où un dirigeant manifeste une quelconque velléité d’indépendance et de souveraineté politique, affranchie de l’Empire. Comment ? En créant les conditions qui légitiment une intervention militaire. Pour cela, les prétextes ne manquent pas : Droit de l’Homme, Droit Humanitaire...Avec ce que cela implique comme ’’fardeau civilisateur’’: Devoir d’ingérence, Responsabilité de protéger. Mais il faut créer les circonstances qui pousseront le Chef suprême de l’Empire a donné son aval pour une intervention. Intervention qui ne peut-être au final que militaire parce que toutes les entreprises politiques locales ou internationales auront été sabotées. C’est une suite de mensonges relayés, amplifiés ou atténués selon le cas, par les sherpas de l’Empire. Des exemples ? La Yougoslavie et le fameux charnier, l’Irak et le fameux tube à essai...le Soudan et l’usine de production d’aspirine. 

C’est ce que Michel Raimbaud, auteur de l’excellent livre « Tempête sur le Grand Moyen-Orient », nomme « politicide ». « Le mot politicide s’applique à la destruction d’un gouvernement, d’un groupe social ou politique (...) ou d’un Etat. ». Ceci a remarquablement fonctionné en Libye où grâce à notre « philosophe » BHL, travaillant pour le compte d’Israël et consentant à l’Empire, qui a fini par persuader les télés du monde avec quelques « experts arabes » que Khadafi allait massacrer la population de Benghazi. La décomposition en profondeur de la société libyenne est maintenant ce chaos créateur dont ont rêvé Néo-conservateurs et sionistes. C’est aussi ainsi que les « Printemps arabes » sont passés des mains de cyber-révolutionnaires, formés en Occident pour cela, aux rythmes de l’« Liberté, Démocratie et Dégage » à celles des contre-révolutionnaires islamistes au son de ’’Allah ou Akbar pour un néo-libéralisme enveloppé dans le salafisme mais cependant sans entraves’’. Tout ceci continue en Ukraine, en Syrie, en Irak, au Yémen, et va encore s’étendre au Liban, à la Transnistrie (enclave russe dans la Moldavie), etc. mais nous en parlerons dans un prochain article. 

Le monde se reconstruit entre un Empire aux abois, 

Assisté de ses sherpas et vassaux prostitués,

Et une émergence d’un nouveau monde 

Qu’il faut détruire avant son apogée

Au prix même de la guerre 

Totale et suicidaire ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon