lundi 11 mai 2015

Leçon de Présidence par Poutine



François Hollande a décliné l’invitation qui lui a été faite de participer à la commémoration à Moscou de la victoire sur le régime nazi. Angela Merkel n’est pas venue non plus mais elle était présente le lendemain pour saluer les millions de morts de cette seconde guerre mondiale. Entre ces deux représentants des pays occidentaux, il y a une énorme différence de comportement. Autant celle d’Angela Merkel répond aux exigences des principes élémentaires de la diplomatie et des valeurs humaines, autant celle de notre Président les bafoue. S’il est un pays qui peut ne pas être présent pour saluer la victoire sur le nazisme, c’est bien l’Allemagne, mais la chancelière a respecté les valeurs diplomatiques et surtout humaines. Elle était parfaitement dans son rôle. Il n’en est pas de même pour la France qui montre une désinvolture qui est un affront diplomatique et une trahison des combattants français, comme ceux de notre escadrille Normandie, mise à disposition des russes pour combattre à leurs côtés.

Notre empressement à commémorer le soixante-dixième anniversaire du 6 juin 1944, date du débarquement, où Poutine a honoré l’invitation, donne toute l’ampleur de cet affront fait à la Russie en mai 2015, affront qui fait honte à la France. Nous commémorons en grande pompe un débarquement anglo-saxon, sans l’aval de De Gaulle, au nom de l’amitié franco-américaine et de leurs 400.000 soldats morts et nous faisons fi des 26 millions militaires et civils russes. An nom de divergences sur le sort de l’Ukraine, nous ne faisons aucun cas de tous ces morts dans lesquels nous devons inclure nos résistants et ceux tombés en 39-40. C’est un véritable déni de notre histoire et un profond mépris pour une nation, partenaire incontournable de notre pays. Le fait de ne pas donner suite à la signature d’un contrat pour le Mistral donne déjà une piètre idée de notre sérieux mais ne pas aller à Moscou et fuir aux caraïbes pour finalement aller à Cuba, en chien suiveur des Etats-Unis voulant devançer le maître, montre que la France a perdu toute dignité. 

Aller à Moscou puis à Cuba aurait eu encore un peu d’allure pour montrer que nous n’effaçons ni l’histoire de la seconde guerre, ni la baie des Cochons. Hélas notre Président préfère les réceptions des militants socialistes de Martinique et les discours électoraux à une attitude où la France honore les morts et sa signature. Ce n’est d’ailleurs pas le seul moment où Hollande oublie l’histoire qui semble ne se résumer qu’aux attentats de janvier 2015 ou aux repentances sur l’esclavage et les morts algériens. Il a même laissé passer le 800ème anniversaire d’une bataille qui scelle la véritable émergence de notre pays, celle de Bouvines le 27 juillet 1214. La victoire remportée par le Roi de France, Philippe Auguste, et quelques milices communales sur Jean sans Terre, duc d'Aquitaine, de Normandie et roi d'Angleterre, soutenu par l'empereur du Saint-Empire Otton IV. Ce fut la fin des guerres seigneuriales qui divisaient notre territoire en guerres incessantes de possession. Est-ce parce que nous créons de nouveaux de grandes régions où vont régner de nouveaux ducs ? L’intérêt que portent les grands noms de politiques des différents partis semblent bien indiquer que nous allons de nouveau à l’envers de ce qui a permis de créer une France unie derrière l’étendard du Roi et le drapeau de la République.

L’utilisation de l’histoire par le Chef de l’Etat est malheureusement le signe de la perte de notre identité, de notre dignité. Le fait de vouloir rassembler les français sur le souvenir de la manifestation du 11 janvier 2015 signe la volonté d’effacer les repères pour s’en tenir à l’histoire récente. D’ailleurs de plus en plus d’observateurs des assassinats de janvier émettent des doutes sur la version officielle à partir du constat d’incohérences factuelles. Un grand journaliste allemand, spécialiste de ces questions, vient d’ailleurs d’affirmer dans la presse de ce pays que cette affaire était montée pour répandre la terreur dans notre pays et pouvoir prendre ainsi des lois plus liberticides qui n’auraient eu aucune chance d’être votées sans cela. Je lui laisse pour l’instant la responsabilité de ses propos. 

En stigmatisant la Russie pour son implication dans la guerre civile ukrainienne, Hollande occulte ce qui se passe actuellement dans ce pays avec une montée du nazisme, nazisme sur lequel la Russie fête la victoire. Le 8 mai 1945, l’Allemagne nazie signait sa capitulation face aux Alliés après que les russes aient enlevé le drapeau nazi sur le Reichstadt. Aujourd’hui, alors que cette page de l’histoire semble lointaine, une flambée de violence secoue l’Ukraine. Après avoir pris le pouvoir par la force, des bataillons (Azov, Pravvi Sektor, Karkiv 1) se réclament directement du nazisme, plus particulièrement de l’idéologue pronazi Bandera. Ils sont animés par la même fièvre anti-communiste et antirusse de leurs ancêtres, menacent, pillent, violent, tuent comme ils l’ont fait lors du massacre d’Odessa du 2 mai 2014.

Voilà l’histoire racontée aux français, celle d’un Président aux ordres d’un pays étranger, préoccupé de remonter dans les sondages par tous les moyens, flattant les jeunes jusqu’à l’outrance, parsemant des aides électoralement ciblées, se parant le plus possible de l’habit du chef de guerre, et laissant se dénaturer un peu plus notre enseignement scolaire. Face à lui nous voyons un Président Poutine qui lui donne une leçon de présidence en honorant la mémoire de son pays, assumant toute son histoire, glorieuse ou non, et n’oubliant pas de remercier les autres pays engagés dans le conflit contre le nazisme, dont la France… Belle leçon de civisme, de courtoisie diplomatique et d’apaisement, Monsieur le Président Hollande ! Vous avez voulu faire comprendre par les médias que Poutine était bien seul sans vous, oui il n’avait à ses côtés que les représentants de deux milliards et demi d’êtres humains chinois et indiens. 

Heureusement que le ridicule ne tue plus désormais

Sinon nous n’oserions plus nous dire français 

Tant il se dégrade au vu et au su du monde ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon