mercredi 14 janvier 2015

Horreur et manipulations politiques

Avec ces deux drames des 7 et 8 janvier la France a revécu les horreurs de la rue des Rosiers et du métro Saint Michel. A cette époque nous nous sommes sentis en danger et l’Etat a promis, comme toujours, les peines les plus sévères pour les auteurs et un renforcement des moyens policiers et juridiques. A la différence d’aujourd’hui le monde entier n’est pas venu participer à une marche silencieuse. Cette fois de gentils dessinateurs sont sauvagement abattus, gentils d’ailleurs plusieurs fois condamnés ou absous pour incitation à la haine raciale. Il y a donc bien deux lectures de l’évènement et sur les limites de la liberté d’expression. 

Si rien ne peut justifier des assassinats pour des dessins ou des propos, suivant l’humeur du temps la liberté d’expression est portée aux nues ou devant les tribunaux. Les survivants de Charlie Hebdo ne seront pas traînés devant les tribunaux mais au contraire félicités pour leur courage et encouragés à continuer dans la satire irresponsable. Par contre le Premier Ministre vitupère contre Dieudonné pour avoir accolé le nom d’un tueur à celui de Charlie et le traduit devant la justice. Je n’ai aucune attirance pour cet homme qui fait pourtant rire un certain nombre de nos concitoyens. A quel moment incite-t-on à la haine raciale ? Est-ce en ridiculisant Mahomet, symbole et figure de l’islamisme, ou en associant un tueur au nom d’un périodique volontairement provocateur ? Charlie Hebdo a pris le parti de ridiculiser les religions, c’est son droit mais ne disons pas que cela incite à la paix sociale et à la tolérance. Il semble bien qu’il y ait deux poids deux mesures et que la liberté d’expression se conforme à la volonté politique.

Il me faut insister sur l’incompétence de nos dirigeants qui sont enfermés dans une idéologie laïque, censée représenter la République, mais qui devient une religion avec ses prophètes et son cortège d’intransigeances d’une part et d’accommodements avec la loi d’autre part, en particulier celle de 1905. Cette dualité contradictoire amène une politique nationale incohérente sur l’immigration par exemple. Mais la récupération politique ne leur échappe pas et l’occasion était trop belle pour ne pas saisir l’émotion du peuple, savamment orchestrée par les médias, pour en faire tant et plus, jusqu’à en faire trop. Il ne devrait pas nous échapper par exemple que les tueurs ont été abattus sans qu’aucune négociation, dont on dit qu’elles sont longues, n’ait vraiment été entreprise. On a ainsi délibérément perdu toutes les révélations et indications que la police et la justice auraient pu récolter. Les forces de l’Ordre, agissant donc aux ordres, n’y sont pour rien mais pas le Président de la République. 

« Il y a une lepénisation de l’islam qui le rend terroriste », a dit Romain Goupil à la soirée d’hommage pour les victimes des attentats sur France 2.

Place nette était donc faite à la loi du talion et à la récupération politique où les voix n’ont pas manqué pour voir dans ces actes le résultat de l’action de l’extrême droite responsable de la montée de l’islamophobie engendrant de fait un racisme civilisationnel. Nous assistons à un joli détournement politique réussi pour l’instant par le Président en perte de vitesse dans les sondages avec un coup de pied au FN et la mise en sourdine de l’UMP qui doit suivre. Le peuple sera-t-il dupe longtemps ? Pas si de nouveaux massacres ont lieu. Si ce n’était pas le cas on fera croire que c’est grâce aux mesures prises. Toutefois comme on sait qu’on n’arrête pas ces gens-là, la question de savoir à qui profite le crime se posera. 

L’incohérence de la politique française ne s’arrête pas là et j’ai eu l’occasion de fustiger notre politique étrangère comme l’a fait récemment Dominique De Villepin en traitant de folie notre intervention en Irak. Dans la politique intérieure ce n’est pas mieux avec cette oscillation entre politique de l’offre et de la demande, toutes vouées à l‘échec malgré les conditions économiques et financières extérieures particulièrement favorables. Le dogme de l’euro produira toujours une croissance molle au mieux. Mais l’incohérence dans les priorités est à l’image de la politique de gribouille. La priorité à la jeunesse a fait place, à la lutte contre le chômage, elle-même transformée en lutte pour la croissance, puis en lutte contre l’austérité à l’allemande, suivie d’un slogan prioritaire sur l’écologie, avec aujourd’hui un retour sur la jeunesse et la sécurité.

Ségolène Royal vient de faire une dernière volte-face sur le nucléaire, laissant bouche-bée Cécile Duflot. On doit désormais réaliser cet exploit de diminuer notre consommation électrique par l’isolation des habitations, promouvoir la voiture consommatrice d’électricité et les énergies renouvelables, mais, c’est nouveau, construire de nouveaux réacteurs nucléaires. La prise de conscience que la France peut se trouver en panne d’électricité et ne pas pouvoir assumer la promotion de la voiture électrique, cheval de bataille de Ségolène, avec le retard du réacteur de Flamanville en raison des incessantes modifications sur la sécurité par l’Autorité de Sûreté, la fermeture programmée de Fessenheim et le retard pris dans l’implantation des EnR, nous amènent dans une incohérence totale. 

Alors que la consommation électrique n’augmente plus en période de croissance quasi-nulle, en raison d’efforts sur l’isolation, et la mise en place de l’énergie photovoltaïque dans les habitations, le gouvernement doit satisfaire des engagements sur la part du nucléaire à 50% en 2025 avec un apport supplémentaire d’énergie éolienne et des nouveaux réacteurs. Comme disait un ancien professeur de français, votre exposé est clair comme du jus de chique. On rentre dans la quadrature du cercle dont seuls savent sortir les politiques qui peuvent dire blanc un jour et noir le lendemain. Comment croire encore que la France a vraiment un cap et un commandant à bord ?

 La politique française vogue au gré du Mistral russe 

Qui nous pousse vers l’Irak, dans l’incohérence

De caps successifs ne répondant qu’à 

La volonté des puissants

Et de leurs suppôts ! 

Claude Trouvé                                            
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon