vendredi 16 janvier 2015

2015, l’année islamique et celle de l’euro



Après la France, l’Europe prend conscience du danger islamique que certains persistent à nommer "danger djihadiste" et même, pour ne froisser personne, danger terroriste. De même on parle du Daech car l’Etat Islamique laisserait à penser que l’Islam y est pour quelque chose. On s’auto-persuade toujours qu’il y a plusieurs Islam, alors qu’il n’y a que des musulmans suivant les préceptes du prophète et ceux qui préfèrent la civilisation occidentale avec le rejet de la religion dans la sphère privée. Tout pratiquant, qui ne reconnait pas la primauté de l’Etat sur la religion, est un candidat potentiel au djihad et peut y participer passivement ou activement.

Les jeunes d’aujourd’hui n’ont pas connu la deuxième guerre mondiale et leurs parents souvent non plus, les transmissions familiales se font plus rares. Seule l’école peut encore passer des messages sur ce qu’était l’esprit de Résistance. Tous ceux, qui ne collaboraient pas ou n’étaient pas plus préoccupés par le marché noir, étaient susceptibles de participer de près ou de loin, modestement ou non, à la Résistance à la moindre sollicitation. Ecouter Radio-Londres était plus difficile pourtant que de brancher son ordinateur ou orienter sa parabole vers le Qatar. 

Quelle réaction ont certains catholiques pratiquants lorsqu’ils apprennent que des chrétiens sont massacrés ? Ils oublient vite les principes de tolérance et se réjouissent de nous voir en découdre en Irak. On est chrétien donc solidaire. On est musulman donc solidaire. Le plus étonnant c’est que certains s’offusquent que des jeunes n’aient pas voulu observé une minute de silence et n’approuvent pas la une de Charlie Hebdo. Ceux-là ne peuvent imaginer qu’accepter cela c’est comme insulter la République et la démocratie. C’est comme déboulonner la statue de Jésus et cracher dessus. C’est intolérable. Ne pas le comprendre, c’est rentrer dans un univers de deux mondes sans communication possible, un univers partagé en deux par un véritable rideau de fer. 

Il est illusoire de penser que la communauté musulmane peut survivre en acceptant de renier ses valeurs fondatrices et en tolérant que l’on ne les respecte pas. Il est illusoire de penser qu’une telle religion, comme beaucoup d’autres n’est pas expansionniste par nature, ou c’est oublier nos missionnaires qui se sont répandus dans toutes nos colonies. Il est illusoire de penser qu’une population musulmane qui, mathématiquement par sa simple fécondité, va devenir la population la plus importante dans 20 ou 30 ans, puisse continuer à être musulmane et fondre en même temps ses valeurs et ses symboles dans la République laïque prônant l’égalité pour tous et la liberté de blasphémer. Il n’est que de regarder ce qui se passe dans le monde où les musulmans deviennent majoritaires et même ce qui se passe bien avant qu'ils le soient avec une évolution notable des lois vers les lois coraniques. 

L’Europe est confrontée à un phénomène qu’elle ne maîtrise plus car le loup est désormais dans la bergerie et les brebis seront dévorées. Il sait qu’il fait peur et il n’a pas peur de la mort alors que nous sommes morts de peur quoiqu’on dise. La Belgique est gangrénée et certains imams affrontent les médias en disant qu’ils sont chez eux en Belgique et que, si on n’accepte pas leurs désidérata, la porte est grande ouverte. Pendant ce temps certains croient encore qu’en « dé-ghettoïsant » certaines banlieues, on va résoudre le problème. Quand vous êtes envoyés vivre à l’étranger, que faites-vous ? Vous vous rapprochez de vos congénères. C’est donc mission impossible. Certains pensent qu’il faut durcir l’appareil législatif et répressif, armer les policiers jusqu’aux dents, mais c’est dans le milieu carcéral que se développe la haine et l’envie d’en découdre et c’est dans les contrôles incessants d’identité que se forge le sentiment de discrimination. 

Rien ne peut réellement avancer si l’Etat et les musulmans assimilés ne font pas pression sur les guides religieux et les représentants de l’islam pour qu’ils mettent l’Etat au-dessus de la religion et excluent ceux qui ne veulent pas le reconnaître. La loi de 1905 ne peut subir aucun accommodement comme on est en train de le faire sous prétexte d’apaisement, c’est-à-dire de détruire la République à petit feu. 

Un petit mot pour terminer ira sur l’euro. Les élections grecques vont être un tournant pour l’euro quelles qu’en soient l’issue. Un autre évènement d’importance vient de se produire, c’est la réévaluation du franc suisse par rapport à l’euro après avoir cessé son accolement aux variations de l’euro. La baisse spectaculaire de l’euro d’environ 15% en peu de temps a alerté ce pays qui constatant que son économie marchait très bien avec un euro à 1,35€/dollar n’avait plus que des inconvénients à le suivre à 1,16€. En conséquence l’Etat suisse a décidé de relever sa monnaie de 15%. La Suisse, après nous avoir donné des leçons de démocratie, vient de nous donner une leçon d’économie en nous montrant que la maîtrise de sa monnaie est la première des fonctions régaliennes avec la sécurité du pays. Messieurs les européistes, à bon entendeur salut ! 

Il n’y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre 

Il n’y a pas de pire attitude que celle du laisser faire 

Il n’y a pas de pire soumission que 

Celle que l’on s’inflige 

Par aveuglement ! 

Claude Trouvé 
Coordonnateur MPF du Languedoc-Roussillon